amateur

Dans cette interminable zone de commerces en file indienne de chaque côté de la Nationale 7, il n’est pas compliqué d’être au-dessus des autres restaurants. Suffit d’être au 1er étage, comme lui. Le patron n’y fait pas deux choses à la fois. Encaisser un client et dire bonjour à celui qui entre. Un bonjour même furtif, ça permet de patienter quand il reste debout, le client.

Lire la suite SUSHI CITY’S

Il parait que le chef en cuisine coréenne bénéficie d’une expérience professionnelle de 20 ans. Sinon, le contexte est similaire à la plupart des restaurants dits asiatiques de zone commerciale: ample parking, salle spacieuse pouvant accueillir les chœurs de l’Armée Rouge, une dizaine de menus possible, et un choix de plats aussi large que la salle de ping-pong de Kim Jong-un.

Lire la suite BUSAN

Anciens partis, nouveaux arrivés. La grande danse du mercato pré-estival du littoral: repris depuis juin 2017. Restaurant visuellement mal organisé: petite salle coupée en deux avec un couloir au milieu, une sensation de pas rangé.

Lire la suite LA FOLIE

Encore du changement pour ce coin de resto de Port-Fréjus face à la fameuse passerelle et aux bateaux qui vont sur l’eau. La statistique voulait qu’à la suite des deux anciens proprios le troisième tienne la route. Pas de pot: on verra pour le quatrième. Déjà, la patronne fait la tronche.

Lire la suite LE NICOIS

Trois restaurants dans le joli village au compteur de Tripadvisor: j’ai tenté le 1er de la liste au moment où je vous cause. On ne m’y reprendra pas. Faut pas lire ce qui est écrit dans les journaux. Internet encore moins. Alors Tripadvisor, je ne vous raconte pas. Voyons plutôt. Avant ici, ça s’appelait Le Bouche à Aureille. Terre cuite au sol, crépi rustique aux murs. Et nappage aux tables. Mais pas de couvert pour ma pomme.

Lire la suite L’ANTRE-METS

Coin du littoral varois magnifique, pas comme les autres. Le village où je déjeune est lui-même remarquable grâce aux atouts offerts par la nature, le vert et la pierre. Par contre question restaurants, c’est pas le grand tremblement. Entre saisonnier qui plantent le touriste en attendant sa CB au coin du bois et les rares …

Lire la suite LE BISTRO

L’adresse était prometteuse. D’autant que le numéro rappelle du souvenir: ex « Fleur de Thym » dont les draps s’en souviennent.

C’était avant! Une ruelle du centre-ville qui sent bon le bon coup, la table d’initiés qu’on veut être le premier à découvrir, le bon filon qu’on racontera aux copains. Alors bon. J’ai le regret de vous décevoir mais c’est complètement à la ramasse. L’esprit de la boutique se veut dans l’air du temps! L’annoncé est sans ambigüité: « restaurant bio et 100% sans gluten. Plats végétariens/vegan. Plats sans lactose. Produits frais et locaux ». J’ai rien contre la posture modeuse en diable, le créneau fait partie du monde. Sauf que avant même de manger, ya comme qui dirait un noyau dans la mayo: les deux apprentis jouent à l’ordinateur pendant le service derrière le comptoir, laissés en liberté même pas surveillée par le patron. En salle, ils récitent lourdement une poussive caricature du B-A-BA de leurs attributions, à s’excuser à longueur de temps sur ceci et sur cela sans la moindre sincérité. Limite que ça se moque des 5 malheureux clients. Bref!

Lire la suite SO GREEN

On va pas enfoncer trop fort les épines, ya pas matière. Même que ça me rend un poil tristounet vu que l’endroit n’est pas facile pour les affaires. Juste que volonté et motivation, créativité et courage ne suffisent pas pour ouvrir un restaurant. De tout ça, les deux jeunes femmes n’en manquent pas. De professionnalisme, …

Lire la suite LE BOUDOIR DE LA RODE

Un peu d’esbroufe ne mange pas de ciabatta: le drapeau italien flotte au frontispice de la petite boutique. On y croirait presque. Dedans c’est « cosi fan tutte » et pas très grand, comme un couloir aménagé avec des murs orange, quelques masques de carnaval vénitien aux murs. Au fond le comptoir et la cuisine. La jeune …

Lire la suite BUENA SERA