Chez Nous

1

J’y entre comme 1er client du service.

Moi qui tient encore la poignée de la porte et à l’autre bout d’une salle toute en longueur, un comptoir derrière lequel se cachent 4 personnes. Je reste planté devant l’entrée. Le quartet me zieute de loin comme si j’étais un martien. Le fond musical Jean-Luc Lahaye des années 80 en ajoute au surréalisme de la situation. Avec Ennio Morricone et « il était une fois dans l’ouest », je filais. Bref! Finalement la serveuse se lance, à moins qu’on ne l’ait poussée dans le dos façon « vas-y toi ». On comprend rapidement que le couple de nouveaux tauliers arrivés depuis début 2019 (ex Chez Gino) n’est absolument pas du métier. Il a fallu que j’aille aux toilettes proches du bar pour entendre le monsieur me susurrer un salut forcé tant je le regardais avec insistance.

Le reste du repas, il s’est assis au comptoir côté client et à tapoté son téléphone. La serveuse est en compensation permanente, elle s’occupe de tout et plutôt bien. La carte: des salades de 12,90€ à 15,90€, des pierres (je ne sais pas de quoi précisément il s’agit), et des pizzas de 10€ à 15€. Vu le contexte qui ne laisse pas de place au risque inconsidéré, ça sera une « pizza royale » au feu de bois. Elle est servie avec un bol de salade verte avec du maïs et une fadasse rondellasse de tomatasse. La pâte à pain n’est pas maladroite mais manque de cuisson. Le problème est surtout la qualité des produits dessus: le jambon (si c’est du jambon) est en cubes trop salés et de basse qualité, le trop gros champignons de Paris frais mais noirci par une taille prématurée, les olives noires bas de gamme sont de la pire espèce d’importation, comme botoxées et au gout de caoutchouc.

Gratter sur le produit à ce point sur une pizza qui réserve pourtant une confortable marge au restaurateur n’est pas tellement élégant pour le client. Feu de bois ou pas. Bref! 9/20. Un café et ça ira bien. La serveuse s’occupe aussi des additions manuelles, à l’ancienne. A l’arrivée d’un couple, la patronne planquée jusqu’alors en cuisine s’avance bras au ciel pour les accueillir, frôlant avec son tablier rouge ma table et ma transparence d’inconnu commun dédaigné. Ah oui mais eux je les connais, cépapareil. Le patron a fait un coup d’œil au cuisinier: « allez… deux de plus… bing ». Je suis sorti le moral dans les chaussettes, une fois encore miné par la nature humaine.