window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-46820753-43');

L’Os et l’Arête

L’Os et l’Arête2020-04-23T13:50:05+02:00
1711/2018

JOURNALISME DE DÉVASTATION

2018-11-24T12:06:07+01:00BAO : 108|

Gagner sa croute dans la jungle des blogueurs(euses)de restaurants n'est pas simple: les modèles économiques pour subsister sont limités. Surtout quand le propos est pertinent et crédible. Plus l'information est sérieuse, plus elle coûte cher à produire. Recopier un dossier de presse est à la portée de n'importe photocopieur sur pattes qui ne mange dans un restaurant dont il faut pourtant parler, à la portée de n'importe quel annuaire ambulant en talons-aiguilles ou mocassins à glands. Cette intrigante faune constitue la majeure partie des gens du métier fort habile à squatter les cocktails où elle est invitée pour se montrer l'artichaut en s'esbaudissant devant les petits fours de chez Brake.

311/2018

Allo Docteur?

2018-11-24T18:50:07+01:00BAO : 108|

La mauvaise image de la profession. Pour la comprendre, faut piger que les restaurateurs eux-mêmes l'ont fabriquée en tapant bien fort dessus pour que ça rentre, et depuis belle lurette. Nombre de"professionnels", puisqu'il faut bien les appeler ainsi, véhiculent l'idée selon laquelle que tu payes quelqu'un bien ou mal, c'est pareil.

2508/2018

La poule aux eaux d’or

2018-08-25T11:52:30+02:00BAO : 107|

La bouteille en verre "Reine des Basaltes" est consignée, et on sait que le prix de vente facturé au restaurateur est bien inférieur à 1€ à l'achat. Amusant: plus la taule est mauvaise, plus l'eau Reine des Basaltes est revendue chère. Vue la latitude tarifaire observée, il parait évident qu'en Ardèche, aucun tarif de revente n'est imposé par le fournisseur. Que je vous dise quand même: cette eau est agréable et parait-il, excellente pour la santé! Et meilleure encore à 2€ le litre qu'à 5€!

2508/2018

Obsession du prix Hantise de la visibilité

2018-08-25T11:32:40+02:00BAO : 107|

Une bonne bouteille, saucisson et fromage. Nous sommes cinq sous la tonnelle. Un ami d'ami restaurateur de la région parisienne explique aux autres qu'aujourd'hui tous les clients utilisent les réseaux sociaux pour aller au restaurant. Il déroule les exemples qu'il transforme en règle. Je lui fais remarquer que ce sont des clients qui utilisent les réseaux sociaux. Et non tous, loin s'en faut. C'est tout bête mais quand un restaurateur spécule comme ici sans discernement sur un style de communication pour rameuter la clientèle, cette clientèle est généralement le reflet de la prestation proposée!

2907/2018

Vu et Entendu

2018-07-29T15:30:48+02:00BAO : 107|

Var, station balnéaire. Le patron-cuisinier picole avec des amis en terrasse, té ilé bon mon rosé. Avec ma joyeuse tronche de comptable-protestant pas rigolo, il me prend pour un inspecteur de l'URSSAF ou autre. Alors il fonce mettre en service sa caisse électronique. Des fois que. Tellement flippé qu'il m'a donné 3 tickets de caisse!

1905/2018

LA GROSSE GAMELLE DU CHEF

2018-05-26T09:33:27+02:00BAO : 106|

LA GROSSE GAMELLE DU CHEF A peine plus de 5000 entrées pour 50 copies dans les salles de cinéma de France, en incluant peut-être Monaco où réside Alain Ducasse… monégasque depuis 2008. On appelle ça un flop… malgré le battage médiatique de la profession avec en 1èreligne les blogueurs qui aiment à ramasser les miettes des budgets publicitaires contre un peu de prose à compliments. Le film "La quête d'Alain Ducasse" est une déception quant à sa quête de reconnaissance auprès du grand public. D'ici qu'à la sortie du Louis XV et des autres adresses étoilées du groupe Ducasse, le portier offre un DVD à chaque client qui sort, ya pas loin. DVD aujourd'hui disponible pour 10€ à la FNAC (et 6€ ailleurs), le documentaire à la gloire du célèbre "18 étoiles" est tout juste passable à la télé selon quelques critiques*. L'amusant de l'histoire n'est certainement pas l'échec. Echec d'ailleurs [...]

2904/2018

“C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule” (M.Audiard)

2018-05-26T09:32:27+02:00BAO : 106|

dans le domaine de la critique gastronomique pourtant: si.En tous cas selon nos principes. Toujours fortiche quand faut se faire prendre la main dans le sac, le guide Gault et Millau nous en dégaine encore une bonne. Propos relevé fin avril 2018 sur leur site*, le restaurant cité ici pourrait en être un autre: le cas n'est pas unique.

2904/2018

J’embrasse pas

2018-05-26T13:46:16+02:00BAO : 106|

Comme toute entreprise, le Gault et Millau reçoit des factures, loue des locaux, paye des charges… Alors faut trouver des rentrées d'argent autres que les sponsors de l'agro-alimentaire habituels appelés partenaires **, ce qui dans le cadre d'une éventuelle indépendance éditoriale est déjà très ambigu. Alors bon, on couche un peu à droite et à gauche, vite fait, pas vu pas pris, on fait une entorse à sa propre morale désorientée de guide à l'éthique indiscutable, on s'acoquine avec le diable en lessivant d'une rhétorique fumeuse dopée de déontologie de circonstance les naïves oreilles de ceux qui aiment entendre les belles histoires.

2502/2018

“SI C’EST GRATUIT, LE PRODUIT C’EST VOUS”

2018-02-25T16:29:27+01:00BAO : 105|

Les réseaux sociaux sont une réalité du monde actuel. Dans le cadre de "l'information", les journaux "version papier" classiques apparaissent pour beaucoup comme décalés, figés. "Le Bouche à Oreille" trouve intérêt dans le numérique, toucher beaucoup de monde rapidement etc

1702/2018

GUIDE DE RESTAURANTS RÉPUTÉ CHERCHE DIRECTEUR DE LA RÉDACTION UN PEU SÉRIEUX

2018-02-25T12:06:21+01:00BAO : 105|

GUIDE DE RESTAURANTS RÉPUTÉ CHERCHE DIRECTEUR DE LA RÉDACTION UN PEU SÉRIEUX INTOX MÉDIATIQUE (AUSSI) Chaque début d'année, le même cinoche pour la sortie du Michelin avec son lot de chefs insatisfaits et aigris ('m'en fous des guides, je suis sur les réseaux sociaux), tandis que l'heureux élu pérore (merci à mon équipe sans qui gnagnagna). Pour chaque opus, les mêmes méthodes de moins en moins floutées pour décrocher la timbale déroulent avec une inlassable régularité. Sauf que le lecteur est moins dupe qu'avant et qu'il change de crèmerie avec aisance. L'amateur de restaurant s'informe, cherche, gratte, préfère parfois user de nouveaux outils (TripAdvisor) plutôt qu'adouber les magouilles de moins en moins discrètes des guides nationaux réputés "sérieux". Malgré tout, le Guide Rouge perdure grâce à l'intoxication médiatique qui atténue sournoisement notre sens critique, intox relayée assidument par les petits soldats de la presse, notamment les correspondants locaux de la [...]

302/2018

LES GUIDES GASTRONOMIQUES SONT-ILS DES FAKE-NEWS ?

2018-02-25T12:03:20+01:00BAO : 105|

On va bien se marrer. Si le moindre embryon de semblant de projet de loi sur les "Fake-News" (fausses nouvelles) nait du ciboulot de nos ronds-de-cuir qui président à la destinée de la nation, on va bien se marrer. Une telle loi envisagée est du grand n'importe quoi en général et du grand art kafkaïen en particulier. Singulièrement appliquée au domaine de la critique gastronomique, certains acteurs de la filière médiatique de la gamelle feraient une tronche à avoir avalé de la soude.

2511/2017

Alors.

2018-01-18T10:22:47+01:00BAO : 104|

Et puis une des deux serveuses blondes (l'autre étant parfaite) (mais partie vers d'autres nappes) s'approche pour prendre ma commande. Debout contre ma table avec son crayon et son bloc, je lisais peinard mon canard. Atterrissage chahuté et retour à la réalité quand elle me dit: alors...

1911/2017

LA MEILLEURE FAÇON DE MARCHER

2018-01-18T10:24:58+01:00BAO : 104|

LA MEILLEURE FAÇON DE MARCHER LÁ OÙ SONT BRANCHÉS LES TUYAUX ET D'OÙ ILS ARRIVENT. Il faudrait insister sur la responsabilité des blogueurs, critiques, guides, journalistes (et pas que gastronomiques) qui nous abreuvent le ciboulot de leur doxa répétitive pour nous donner "le sens de la marche", ce qu'il faut penser avant d'aller mâcher, polluant ainsi notre réalité. La quasi intégralité des écriveurs sur la chose du restaurant perroquettent ce qu'on leur somme de répéter: ils forment ainsi le réseau officiel de la pensée prédéfinie de l'annonceur. Dans cette mixture brouillonne des bavardages, on peut décrypter l'indépendance (et éventuellement la pertinence) d'un "journaliste". Là où sont branchés les tuyaux et d'où ils arrivent. Reniflons le copinage, flairons l'enfumage.  LE MÉCÉNAT: CHEVAL DE TROIE DE LA PRESSE SPÉCIALISÉE. Qui épingle avec jouissance Ducasse et Robuchon, les "guignol et gnafron" parrains de la sauce nationale? Et plus largement leur fameux "Collège Culinaire"? [...]

1911/2017

JACQUES GANTIÉ LIBRE!

2017-11-24T12:48:49+01:00BAO : 104|

On comprend que Jacques Gantié ne puisse pas décrocher. C'est vrai quoi? Que vont-ils faire sans mes petits papiers tous ces cuisiniers étoilés qui m'aiment? Grand reporter retraité de Nice-Matin depuis 2008, l'ex-cireur de pompes des grandes toques de son monde rempile en 2016! Tandis qu'au même moment les correspondants locaux du groupe auquel appartient ce journal exsangue crèvent à petit feu, payés entre 10 € et 17 € l'article, déplacements compris. ...

1908/2017

LES COUPS DE GUEULE DU TRIMESTRE (3)

2017-08-19T11:11:08+02:00BAO : 103|

Bien rares sont les semaines sans une animation de chefs à 4, 6 voire 8 mains! Ça pleut! Mais ça plait aussi! Le principe: mise en lumière de 2 toques (ou plus) sous prétexte de partage confraternel, une simple méthode promotionnelle.

508/2017

VAGUE DE SUICIDES AU RESTAURANT

2017-08-27T11:21:54+02:00BAO : 103|

Dans la radio de mon auto, les infos sont déprimées. Alors bon, décidé à prendre la vie du bon côté, je me pointe la fleur au fusil et la risette au minois dans cet établissement au bucolique sobriquet...

Charger plus d’articles