Le Beau Moqueur restaurant La Ciotat – Déjà et pour commencer, la boutique est belle de sa bonne humeur. Tant de tauliers sont si blasés que parfois, on s’excuserait presque de les avoir dérangés. La dame est enjouée, surjoue même un peu, gentiment théâtrale dans l’adrénaline du service. Quand même, je boude. Elle m’a un peu flingué le moral juste en m’installant dans la petite salle d’une dizaine de couverts, à proximité d’une table de trois femmes en leur disant: “si vous voulez, je vous mets le purificateur d’air”. C’est vexant. Je me suis même discrètement reniflé sous les ailerons, pour vérifier. Mon haleine. Non plus. Bref! Elle s’est rattrapée en m’amenant de grosses olives vertes de type olives italiennes de Cerignola. Ça change des olives vertes peintes en noir au gout de pneu.

Bref! Si on y mange, c’est aussi une épicerie avec des produits artisanaux en direct de producteurs. Quand on y réfléchit un peu, les produits viennent toujours de producteurs, petits paysans ou industriels. Chacun colle le sens qui l’arrange, qu’il veut entendre. Enfin bon. A la carte, des raviolis artisanaux visibles en vitrine, des œufs (mayo, omelette), des salades, des pâtes, des tartines. La table est visiblement appréciée de la gente féminine. La patronne en fait quand même un peu trop en me vendant sa salade périgourdine: “elle est faite ici maison dans le Périgord”. Trop d’entrain tue l’entrain. Alors mon problème: existe-t-il un cuisinier ici ou non? J’en sais rien, mais je pense pas. De l’assemblage plutôt de qualité, mais de cuisine… On s’en tape un peu parce que mes cannelloni brousse et blettes s’en tirent bien. Trois gros flutiaux pas assez chauds à cœur mais joliment gratinés. Je préfère la blette moins hachée, elle est ici poussiéreuse. J’aime les morceaux plus grossiers pour la mâche, le blanc comme le vert, comme à Nice. Avec sur le côté dans l’assiette, un copieux mélange de salades avec des petites tomates jaunes coupées en deux. Comme la maison aime faire plaisir, alors elle apporte aussi un bol rempli d’un encore copieux mélange de salades avec des petites tomates jaunes coupées en deux. Ton sur ton, belote et rebelote. 14€ et 14/20 car fait ici ou pas: c’est bon. Le porridge à la mangue est un loupé. Dans un généreux verre à pied. Au fond, un pâté gris avec de la graine. Une cuillère me suffit. Dessus, de la mangue en petits morceaux en sirop archi-sucrée avec le coulis du même fruit. Je suis gentil avec un 11/20. Le plâtrier qui l’a fabriqué l’est beaucoup moins avec moi: 6€.

Paradoxalement, je vous conseillerais presque de déserter les pièges à touristes qui pullulent sur les quais de la ville pour ici, à deux pas de l’eau dans un quartier piétonnier. Ne serait-ce que pour zieuter la jolie boutique qui met de la couleur à la rue!

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 2.5/5★ Ψ½
Adresse
8 rue Maréchal Foch
13600 LA CIOTAT
Tél:09.81.02.65.60
Mobile:06.64.34.28.69
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20
Service:
15/20
Qualité/prix:
13/20
Cadre:
15/20
Pain:
14,5/20
Café: pas pris
Thé:
Toilettes:
(marches) 14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : je sais pas
Spécialités
  • bonne humeur
Menus
  • Carte et suggestions
Fermetures
  • Ouvert le midi en semaine et vendredi et samedi soirs
Plus…
  • Terrasse rue piétonne
Sur place et...
A emporter
Livraison
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 2.5/5★ Ψ½
Adresse
8 rue Maréchal Foch
13600 LA CIOTAT
Tél:09.81.02.65.60
Mobile:06.64.34.28.69
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20
Service:
15/20
Qualité/prix:
13/20
Cadre:
15/20
Pain:
14,5/20
Café: pas pris
Thé:
Toilettes:
(marches) 14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : je sais pas
Spécialités
  • bonne humeur
Menus
  • Carte et suggestions
Fermetures
  • Ouvert le midi en semaine et vendredi et samedi soirs
Plus…
  • Terrasse rue piétonne
Sur place et...
A emporter
Livraison

Le Beau Moqueur restaurant La Ciotat – Déjà et pour commencer, la boutique est belle de sa bonne humeur. Tant de tauliers sont si blasés que parfois, on s’excuserait presque de les avoir dérangés. La dame est enjouée, surjoue même un peu, gentiment théâtrale dans l’adrénaline du service. Quand même, je boude. Elle m’a un peu flingué le moral juste en m’installant dans la petite salle d’une dizaine de couverts, à proximité d’une table de trois femmes en leur disant: “si vous voulez, je vous mets le purificateur d’air”. C’est vexant. Je me suis même discrètement reniflé sous les ailerons, pour vérifier. Mon haleine. Non plus. Bref! Elle s’est rattrapée en m’amenant de grosses olives vertes de type olives italiennes de Cerignola. Ça change des olives vertes peintes en noir au gout de pneu.

Bref! Si on y mange, c’est aussi une épicerie avec des produits artisanaux en direct de producteurs. Quand on y réfléchit un peu, les produits viennent toujours de producteurs, petits paysans ou industriels. Chacun colle le sens qui l’arrange, qu’il veut entendre. Enfin bon. A la carte, des raviolis artisanaux visibles en vitrine, des œufs (mayo, omelette), des salades, des pâtes, des tartines. La table est visiblement appréciée de la gente féminine. La patronne en fait quand même un peu trop en me vendant sa salade périgourdine: “elle est faite ici maison dans le Périgord”. Trop d’entrain tue l’entrain. Alors mon problème: existe-t-il un cuisinier ici ou non? J’en sais rien, mais je pense pas. De l’assemblage plutôt de qualité, mais de cuisine… On s’en tape un peu parce que mes cannelloni brousse et blettes s’en tirent bien. Trois gros flutiaux pas assez chauds à cœur mais joliment gratinés. Je préfère la blette moins hachée, elle est ici poussiéreuse. J’aime les morceaux plus grossiers pour la mâche, le blanc comme le vert, comme à Nice. Avec sur le côté dans l’assiette, un copieux mélange de salades avec des petites tomates jaunes coupées en deux. Comme la maison aime faire plaisir, alors elle apporte aussi un bol rempli d’un encore copieux mélange de salades avec des petites tomates jaunes coupées en deux. Ton sur ton, belote et rebelote. 14€ et 14/20 car fait ici ou pas: c’est bon. Le porridge à la mangue est un loupé. Dans un généreux verre à pied. Au fond, un pâté gris avec de la graine. Une cuillère me suffit. Dessus, de la mangue en petits morceaux en sirop archi-sucrée avec le coulis du même fruit. Je suis gentil avec un 11/20. Le plâtrier qui l’a fabriqué l’est beaucoup moins avec moi: 6€.

Paradoxalement, je vous conseillerais presque de déserter les pièges à touristes qui pullulent sur les quais de la ville pour ici, à deux pas de l’eau dans un quartier piétonnier. Ne serait-ce que pour zieuter la jolie boutique qui met de la couleur à la rue!