La Table de Lilou restaurant Garéoult – C’est propret et la carte affichée à l’extérieur est d’une banalité affligeante avec des tarifs pas chers. Petite salade dès 7,5€, magret 17,9€, pâtes autour des 10€, et le camembert au feu de bois à 16,9€. Le feu de bois autorise la maison à pratiquer la pizza. Bon. J’ai vu pour une autre table, alors j’ai pas pris. C’est un métier comme on dit, la pizza.

Du coup, je me suis lancé sur poulet à la crème, salade et frites. Autant vous dire que j’étais sûr de me palucher un truc très éloigné du fantasme de la fameuse spécialité bourguignonne voire bressane, dont je garde un souvenir ému lors d’un repas effectué là-haut accompagné d’un Meursault considérable, suprême duo aussi inséparable que deux ados des années 70 lors d’un slow des Bee-Gees. Bref! M’arrive une assiette grande comme ça en 3 parties, à gauche le blanc d’un poulet loin d’être du haut de gamme taillé en (trop) petits morceaux réguliers, et noyés sous une surabondante sauce, toutefois fort agréable et bien travaillée. Les frites fraiches réussies séparent la cascade de crème de la salade verte, fraiche. J’apprécie la délicatesse du dressage. 14,5/20 et 11,90€. Le patron est préposé à la pizza et à la tchatche avec la clientèle en salle, s’efforçant d’être sympathique, il en fait un peu trop: “fait maison, produits frais, les affaires ne sont plus ce que c’était gnagnagna”. En voulant me vendre un dessert dont les tarifs ne sont pas affichés, j’ai pouffé! “Le fondant au chocolat est au feu de bois” qui me dit. J’ai bien ri, non merci. Je suis allé payer au comptoir. Depuis mon arrivée, j’aurais parié qu’il me supposait inspecteur des impôts ou contrôleur URSSAF grâce à ma dégaine de collaborateur gestapiste affilié au KGB. Sauf que le dab me file un bout de papier gribouillé pour addition. Il me confie être le créateur du “Café Paul” au centre-village, ce qui l’autorise sans doute à avoir un avis sur tout.

Si on garde le meilleur, il s’agit de la cuisinière “qui n’est pas du métier” mais adroite à bien faire à manger au client, comme pour ses propres enfants. Avec les produits que lui refile le taulier. Je lui prédis le meilleur dans le métier en cuisine, ici ou ailleurs. Bref! Oui pour les plats, je suis moins sûr pour la pizza. Et au cas où, vous me direz pour le fondant au chocolat au feu de bois?

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 3.5/5★ ΨΨ
Adresse
39 boulevard du Mourillon
83136 GAREOULT
Tél:04.94.80.11.54
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14,5/20
Service:
13/20
Qualité/prix:
14,5/20
Cadre:
14,5/20
Pain:
14,5/20
Café:Henri Blanc 1,6€
11/20
Thé:
Toilettes:
14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Danitza Sanchez
Spécialités
  • Fondant au chocolat au feu de bois
Menus
  • Carte
  • Enfant 8€ et 8,9€ (?)
  • Pizzas
Fermetures
  • Fermé samedi midi et dimanche midi
Plus…
  • Terrasse en saison
Sur place et...
A emporter
Livraison
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 3.5/5★ ΨΨ
Adresse
39 boulevard du Mourillon
83136 GAREOULT
Tél:04.94.80.11.54
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14,5/20
Service:
13/20
Qualité/prix:
14,5/20
Cadre:
14,5/20
Pain:
14,5/20
Café:Henri Blanc 1,6€
11/20
Thé:
Toilettes:
14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Danitza Sanchez
Spécialités
  • Fondant au chocolat au feu de bois
Menus
  • Carte
  • Enfant 8€ et 8,9€ (?)
  • Pizzas
Fermetures
  • Fermé samedi midi et dimanche midi
Plus…
  • Terrasse en saison
Sur place et...
A emporter
Livraison

La Table de Lilou restaurant Garéoult – C’est propret et la carte affichée à l’extérieur est d’une banalité affligeante avec des tarifs pas chers. Petite salade dès 7,5€, magret 17,9€, pâtes autour des 10€, et le camembert au feu de bois à 16,9€. Le feu de bois autorise la maison à pratiquer la pizza. Bon. J’ai vu pour une autre table, alors j’ai pas pris. C’est un métier comme on dit, la pizza.

Du coup, je me suis lancé sur poulet à la crème, salade et frites. Autant vous dire que j’étais sûr de me palucher un truc très éloigné du fantasme de la fameuse spécialité bourguignonne voire bressane, dont je garde un souvenir ému lors d’un repas effectué là-haut accompagné d’un Meursault considérable, suprême duo aussi inséparable que deux ados des années 70 lors d’un slow des Bee-Gees. Bref! M’arrive une assiette grande comme ça en 3 parties, à gauche le blanc d’un poulet loin d’être du haut de gamme taillé en (trop) petits morceaux réguliers, et noyés sous une surabondante sauce, toutefois fort agréable et bien travaillée. Les frites fraiches réussies séparent la cascade de crème de la salade verte, fraiche. J’apprécie la délicatesse du dressage. 14,5/20 et 11,90€. Le patron est préposé à la pizza et à la tchatche avec la clientèle en salle, s’efforçant d’être sympathique, il en fait un peu trop: “fait maison, produits frais, les affaires ne sont plus ce que c’était gnagnagna”. En voulant me vendre un dessert dont les tarifs ne sont pas affichés, j’ai pouffé! “Le fondant au chocolat est au feu de bois” qui me dit. J’ai bien ri, non merci. Je suis allé payer au comptoir. Depuis mon arrivée, j’aurais parié qu’il me supposait inspecteur des impôts ou contrôleur URSSAF grâce à ma dégaine de collaborateur gestapiste affilié au KGB. Sauf que le dab me file un bout de papier gribouillé pour addition. Il me confie être le créateur du “Café Paul” au centre-village, ce qui l’autorise sans doute à avoir un avis sur tout.

Si on garde le meilleur, il s’agit de la cuisinière “qui n’est pas du métier” mais adroite à bien faire à manger au client, comme pour ses propres enfants. Avec les produits que lui refile le taulier. Je lui prédis le meilleur dans le métier en cuisine, ici ou ailleurs. Bref! Oui pour les plats, je suis moins sûr pour la pizza. Et au cas où, vous me direz pour le fondant au chocolat au feu de bois?