Au Vieux Pressoir

3.5

AU VIEUX PRESSOIR restaurant à BRIGNOLES - Le Bouche à OreilleMirettes en éveil en arrivant à Brignoles par la route de Marseille. Affamé ou pas pressé? « Le Vieux Pressoir » est posé là, comme une évidence. Parking aisé pour ne pas s’embêter en ville avec des créneaux compliqués, terrasse aux tables dressées chaque jour comme un dimanche, coin à l’ombre pour les obsédés de la cigarette, papillons qui batifolent dans le jardin. Dedans, une salle à la décoration toute provençale: cheminée, santons et tableaux idoines. Selon nos critères personnels, la maison de Luc-Laurent Gramond pourrait donner des cours du soir à nombre d’impétrants de la chose dite « gastronomique »: service plein de jeunesse qui est le sérieux même, dressage de table classique avec serviettes en tissu pour les babines, rythme suivant le souhait du clients et cette somme de détails qui font que le restaurant est un véritable restaurant et non un simulacre de restaurant. Enfin bon. Avec la fausse blonde Mauricette entrée en chantonnant « Dieu m’a donné un foie », on visite la tradition: salade de caille tiède compotée d’oignons rouges, juste saisi de saumon mariné au sésame, croustilles de langue de bœuf ketchup de betteraves, médaillon de foie gras marmelade de fruits jaunes, thon grillé beurre d’anchois, escalope de veau mariné à la provençale, Parmentier de canard confit aux pleurotes et Parmesan… suivant saison.

AU VIEUX PRESSOIR restaurant à BRIGNOLES - Le Bouche à OreillePour tout dire, je n’ai pris qu’un seul plat: les « pieds et paquets cuisinés à la marseillaise, pommes tournées à l’anglaise ». Un pied, quatre paquets, trois pommes de terre. Agneau de Sisteron, je précise. La sauce fait le boulot, puissance et sûre d’elle. 14,5/20. Mon occupation le reste du repas fut d’observer se régaler la dame au chapeau vert, un spectacle son et lumière! Avec « foie gras de canard au torchon, chutney de fruits et cardamome ». Foie parfumé à maturité, pain de mie grillé, la confiture réveille l’ensemble. 15/20. Plat malin que la « gigolette de lapin rôtie aux fruits secs » avec une poêlée de carottes anciennes et quelques champignons, des fèves, et des dés de mangue et non pas Dédé me manque, on ne se connait pas. Bref! Un classique aux couleurs contemporaines, bien enlevé. 14,5/20. Après le fromage prévu dans son menu, fin parfaite de rondeur, il faudra féliciter le missionné en cuisine qui fagote la « crème catalane aux écorces d’oranges confites ». Le côté plan-plan de la recette est dynamisé par l’orange confite, un joli plaisir: 15/20. Détail appréciable, la carafe d’eau servie est filtrée Ogapur et… gratuite! Une maison un peu hors du temps, qui évite les pièges de la modernité qui veut toujours nous faire aller trop vite. Pour notre plus grand plaisir.

AU VIEUX PRESSOIR restaurant à BRIGNOLES - Le Bouche à Oreille

PORTAGE DE REPAS A DOMICILE – AUX PERSONNES AGEES – LIVRAISON PLATEAUX-REPAS ENTREPRISES – MARIAGES 120 PERSONNES – ACCUEIL AUTOCARS