Mamma Mia restaurant Sanary – Ce soir avec Mauricette, repas à Sanary. Et ses tarifs qui nourrissent les bailleurs de fonds. Ce joli village est incroyable, au moins autant que le prix des loyers des commerces sont considérables! Enfin bon. Alors on est entrés là, à Mamma Mia. Accueil septentrional de la dame sauf avec “les amis”, peut-être stressée par l’abondance de demandes et de réservations. Elle s’avère plus aimable au fur et à mesure le temps du repas. Cuisine ouverte avec pizzaiolo à l’œuvre encore en formation et coaché par un vieux de la vieille, un cuisinier au fond éclairé au néon dans ses gamelles. Et une salle cosy éclairée de lumière rouge, tout est rouge dans cette salle. On se croirait dans une boite un peu louche d’Amsterdam.

Ya que la grande télé allumée sur BFM qui n’est pas rouge. Ça se saurait si BFM était communiste! Bref! Pizza de 13€ à 18€, et ardoise d’une vingtaine de plats. Rien que ça. De 17€ (moules farcies au feu de bois) à 30€ (magret au foie gras), la majorité des plats est dans les 25/28€. Point de vue challenge tarifaire de ne pas dépasser les 40€, on sait déjà qu’on ne prendra ni entrées (ya pas), ni desserts facturés de 7€ à 12€ avec des fraises de fin novembre. La dame au chapeau vert s’engage sur une pizza 4 fromages. Toute rouge. Pas la tomate, mais la lumière rouge qui uniformise tout ce qu’on mange. Cela dit, agréable coulis de tomate pas acide, peu aillé et parfumé. Emmenthal, chèvre, gorgonzola, mozza. Et les olives probablement noires sont correctes, pas du pneu comme celles des gratteurs de centimes qui nous empoisonnent. Pâte légère et souple, ce qui lui confère un défaut, d’autant qu’elle très généreuse en fromage: impossible de la manger à la main! Y en a qu’on essayé, ils ont eu des problèmes! 14/20 pour 17€. Bing. Je vise incontournable escalope milanaise puisqu’elle est incontournable. Je fais ce qu’on me dit, ça permet de vérifier. Elle est totalement contournable, surtout à 25€. Pour être juste, la bestiole fait dans les 350/400 grammes, ce qui est généreux. En plus, pas de cette escalope panée toute prête décongelée à la va-vite et mince comme une feuille de Sopalin et le même gout aussi. Aïe: à côté dans un bol, des linguines à la sauce tomate polluées par un pesto probablement vert mais là, il est rouge. Pas de parmesan, mais du grana panado. Balsamique sur table vendu chez Lidl. Enfin bon. Mon escalope? 13/20 et 25€, donc. Café déca vendu 2,5€. La tarification ponctionne dur dans la tirelire, surtout vu le niveau de cuisine.

Bref! Tout est dans le rouge, y compris l’addition si on se laisse aller. En mangeant, on ne distingue rien du détail des plats et on écarquille nos mirettes comme des lapins au milieu de la route qui se prennent des phares de bagnoles en pleine nuit.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2022 2.5/5★ Ψ½
Adresse
7 avenue des Poilus
83110 SANARY-SUR-MER
Tél:04.94.74.88.39
Réseaux Sociaux :
Accueil:
12/20
Service:
14,5/20
Qualité/prix:
13/20
Cadre:
14,5/20
Pain:
14,5/20
Café:déca 2,5€
12/20
Thé:
Toilettes:
14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
    Spécialités
    • italiennes?
    Menus
    • Carte
    • Ardoise
    Fermetures
    • Fermeture se renseigner
    Plus…
    • Terrasse
    Sur place et...
    A emporter
    Livraison
    - Table testée par Le Bouche à Oreille - 2022 2.5/5★ Ψ½
    Adresse
    7 avenue des Poilus
    83110 SANARY-SUR-MER
    Tél:04.94.74.88.39
    Réseaux Sociaux :
    Accueil:
    12/20
    Service:
    14,5/20
    Qualité/prix:
    13/20
    Cadre:
    14,5/20
    Pain:
    14,5/20
    Café:déca 2,5€
    12/20
    Thé:
    Toilettes:
    14,5/20
    Vin:
    Environnement:
    Aux fourneaux
      Spécialités
      • italiennes?
      Menus
      • Carte
      • Ardoise
      Fermetures
      • Fermeture se renseigner
      Plus…
      • Terrasse
      Sur place et...
      A emporter
      Livraison

      Mamma Mia restaurant Sanary – Ce soir avec Mauricette, repas à Sanary. Et ses tarifs qui nourrissent les bailleurs de fonds. Ce joli village est incroyable, au moins autant que le prix des loyers des commerces sont considérables! Enfin bon. Alors on est entrés là, à Mamma Mia. Accueil septentrional de la dame sauf avec “les amis”, peut-être stressée par l’abondance de demandes et de réservations. Elle s’avère plus aimable au fur et à mesure le temps du repas. Cuisine ouverte avec pizzaiolo à l’œuvre encore en formation et coaché par un vieux de la vieille, un cuisinier au fond éclairé au néon dans ses gamelles. Et une salle cosy éclairée de lumière rouge, tout est rouge dans cette salle. On se croirait dans une boite un peu louche d’Amsterdam.

      Ya que la grande télé allumée sur BFM qui n’est pas rouge. Ça se saurait si BFM était communiste! Bref! Pizza de 13€ à 18€, et ardoise d’une vingtaine de plats. Rien que ça. De 17€ (moules farcies au feu de bois) à 30€ (magret au foie gras), la majorité des plats est dans les 25/28€. Point de vue challenge tarifaire de ne pas dépasser les 40€, on sait déjà qu’on ne prendra ni entrées (ya pas), ni desserts facturés de 7€ à 12€ avec des fraises de fin novembre. La dame au chapeau vert s’engage sur une pizza 4 fromages. Toute rouge. Pas la tomate, mais la lumière rouge qui uniformise tout ce qu’on mange. Cela dit, agréable coulis de tomate pas acide, peu aillé et parfumé. Emmenthal, chèvre, gorgonzola, mozza. Et les olives probablement noires sont correctes, pas du pneu comme celles des gratteurs de centimes qui nous empoisonnent. Pâte légère et souple, ce qui lui confère un défaut, d’autant qu’elle très généreuse en fromage: impossible de la manger à la main! Y en a qu’on essayé, ils ont eu des problèmes! 14/20 pour 17€. Bing. Je vise incontournable escalope milanaise puisqu’elle est incontournable. Je fais ce qu’on me dit, ça permet de vérifier. Elle est totalement contournable, surtout à 25€. Pour être juste, la bestiole fait dans les 350/400 grammes, ce qui est généreux. En plus, pas de cette escalope panée toute prête décongelée à la va-vite et mince comme une feuille de Sopalin et le même gout aussi. Aïe: à côté dans un bol, des linguines à la sauce tomate polluées par un pesto probablement vert mais là, il est rouge. Pas de parmesan, mais du grana panado. Balsamique sur table vendu chez Lidl. Enfin bon. Mon escalope? 13/20 et 25€, donc. Café déca vendu 2,5€. La tarification ponctionne dur dans la tirelire, surtout vu le niveau de cuisine.

      Bref! Tout est dans le rouge, y compris l’addition si on se laisse aller. En mangeant, on ne distingue rien du détail des plats et on écarquille nos mirettes comme des lapins au milieu de la route qui se prennent des phares de bagnoles en pleine nuit.