Bella Ciao restaurant Allauch – J’effectue trois fois le tour du récent immeuble multi-commerces pour repérer l’entrée officielle du restaurant. Alors que c’est simple, il est à l’étage là où ya le dentiste, enfin voyons. Waooo: superbe établissement! Et terrasse considérable, on dit aussi rooftop, un des mots à la mode! Plus d’une centaine de personnes peuvent s’y attabler. Intérieur clair joliment agencé aux banquettes et tables alignées comme la légion romaine caricaturée dans la BD Astérix.

La patronne est visiblement bien à son affaire, avenante et surtout bien secondée par un serveur qui fait discrètement beaucoup de choses, ne chôme pas pendant qu’elle fait causette aux tables. Le midi, un plat du jour avec une formule 17€, et la carte. L’idée générale des recettes se veut italienne avec la pinsa (ancêtre de la pizza) proposée en 7 recettes de 14€ à 18€ (boum). Aubergines à la parmesane 15€, salade Caesar 17€, salade de poulpe 18€, pâtes aux palourdes 26€, ravioli à la truffe 24€… Des plats: filet de St-Pierre 24€, poulpe grillé 29€ (bim)… et mon plat le pavé de bœuf 200g et sa sauce au Marsala, accompagné de caponata (spécialité sicilienne). Pour tout vous dire, je me foutais un peu de la viande, préférant m’intéresser à la sauce Marsala et à la caponata: je vais vite voir si le chef possède le doigté de ceux de la Botte. Ce qui est bien avec la gastronomie italienne, c’est qu’avec peu de chose on vous régale. Encore faut-il que le cuisinier puisse. Morceau de viande de type rumsteck mal coupé mais bien crouté à la cuisson. Il méritait d’être valorisé façon tagliata. Sauce crémé-émulsionnée, pas intéressante. Et la caponata dite « sicilienne », habituellement élaborée sans poivron et servie froide est ici avec poivron et servie chaude. Pas senti les câpres. C’est là que j’ai compris que le cuisinier ne maitrisait pas les codes de la cuisine italienne. Un peu de salade barbouillée sur l’ardoise pour faire genre. 24€, onéreux pour un voyage italien espéré, me voilà bloqué sur le tarmac de Marignane à attendre un avion pour Florence qui n’arrivera jamais. 11/20.

Les ingrédients d’une réussite sont présents… sauf la cuisine qui n’a d’italienne que quelques recettes. Le mirage ne dure qu’un temps, quelques minutes quand on arrive car le lieu envoie du lourd. Si la clientèle locale y prend parfois ses habitudes, c’est qu’elle apprécie le parking, la terrasse, le confort et la patronne qui cause avec eux de la Toscane, de Lucques et des opéras de Puccini. Je vous dis: il ne manque qu’une bonne cuisine italienne et des serviettes qui ne soient pas des kleenex à de tels tarifs.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2022 1.5/5★ Ψ
Adresse
Centre Commercial Les Tourres 423 avenue du 7ème Régiment du tirailleur algériens
13190 ALLAUCH
Tél:09.88.44.27.94
Mobile:06.19.02.29.78
Site : www.bella-ciao-restaurant-allauch.com/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20
Service:
14,5/20
Qualité/prix:
11/20
Cadre:
16/20
Pain:
Pain sec 13/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
15,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
    Spécialités
    • italiennes dans les intitulés
    Menus
    • Formule 17€ le midi
    • Carte
    Fermetures
    • Fermeture se renseigner
    Plus…
    • Terrasse
    • Groupes
    • Parking
    Sur place et...
    A emporter
    Livraison
    - Table testée par Le Bouche à Oreille - 2022 1.5/5★ Ψ
    Adresse
    Centre Commercial Les Tourres 423 avenue du 7ème Régiment du tirailleur algériens
    13190 ALLAUCH
    Tél:09.88.44.27.94
    Mobile:06.19.02.29.78
    Site : www.bella-ciao-restaurant-allauch.com/
    Réseaux Sociaux :
    Accueil:
    15/20
    Service:
    14,5/20
    Qualité/prix:
    11/20
    Cadre:
    16/20
    Pain:
    Pain sec 13/20
    Café:pas pris
    Thé:
    Toilettes:
    15,5/20
    Vin:
    Environnement:
    Aux fourneaux
      Spécialités
      • italiennes dans les intitulés
      Menus
      • Formule 17€ le midi
      • Carte
      Fermetures
      • Fermeture se renseigner
      Plus…
      • Terrasse
      • Groupes
      • Parking
      Sur place et...
      A emporter
      Livraison

      Bella Ciao restaurant Allauch – J’effectue trois fois le tour du récent immeuble multi-commerces pour repérer l’entrée officielle du restaurant. Alors que c’est simple, il est à l’étage là où ya le dentiste, enfin voyons. Waooo: superbe établissement! Et terrasse considérable, on dit aussi rooftop, un des mots à la mode! Plus d’une centaine de personnes peuvent s’y attabler. Intérieur clair joliment agencé aux banquettes et tables alignées comme la légion romaine caricaturée dans la BD Astérix.

      La patronne est visiblement bien à son affaire, avenante et surtout bien secondée par un serveur qui fait discrètement beaucoup de choses, ne chôme pas pendant qu’elle fait causette aux tables. Le midi, un plat du jour avec une formule 17€, et la carte. L’idée générale des recettes se veut italienne avec la pinsa (ancêtre de la pizza) proposée en 7 recettes de 14€ à 18€ (boum). Aubergines à la parmesane 15€, salade Caesar 17€, salade de poulpe 18€, pâtes aux palourdes 26€, ravioli à la truffe 24€… Des plats: filet de St-Pierre 24€, poulpe grillé 29€ (bim)… et mon plat le pavé de bœuf 200g et sa sauce au Marsala, accompagné de caponata (spécialité sicilienne). Pour tout vous dire, je me foutais un peu de la viande, préférant m’intéresser à la sauce Marsala et à la caponata: je vais vite voir si le chef possède le doigté de ceux de la Botte. Ce qui est bien avec la gastronomie italienne, c’est qu’avec peu de chose on vous régale. Encore faut-il que le cuisinier puisse. Morceau de viande de type rumsteck mal coupé mais bien crouté à la cuisson. Il méritait d’être valorisé façon tagliata. Sauce crémé-émulsionnée, pas intéressante. Et la caponata dite « sicilienne », habituellement élaborée sans poivron et servie froide est ici avec poivron et servie chaude. Pas senti les câpres. C’est là que j’ai compris que le cuisinier ne maitrisait pas les codes de la cuisine italienne. Un peu de salade barbouillée sur l’ardoise pour faire genre. 24€, onéreux pour un voyage italien espéré, me voilà bloqué sur le tarmac de Marignane à attendre un avion pour Florence qui n’arrivera jamais. 11/20.

      Les ingrédients d’une réussite sont présents… sauf la cuisine qui n’a d’italienne que quelques recettes. Le mirage ne dure qu’un temps, quelques minutes quand on arrive car le lieu envoie du lourd. Si la clientèle locale y prend parfois ses habitudes, c’est qu’elle apprécie le parking, la terrasse, le confort et la patronne qui cause avec eux de la Toscane, de Lucques et des opéras de Puccini. Je vous dis: il ne manque qu’une bonne cuisine italienne et des serviettes qui ne soient pas des kleenex à de tels tarifs.