Olivadors

3.5

Mauricette voulait voir le « Village des Marques ».

A l’écart de la stricte ville et cerné de parking, un ensemble commercial de marques à la mode plutôt chères de vêtements, chaussures, chocolats etc. C’est astiqué à la limite de l’aseptisé, on s’y promène la CB en attendant le désir dans des rues idéalisées bien propres. C’est agréable, comme un meilleur des mondes, un peu comme Disneyland sans les marmots qui braillent. On y croise du personnel en uniforme payé 800€ par mois qui souhaite une bonne journée au visiteur qui trimballe cette somme en emplettes dans chaque sac qu’il porte. Curieux. Bref! Fallait manger, c’était l’heure. Aucun restaurant visiblement acceptable, ce fut donc lui, le mieux à l’œil. Et puis quand même: le chef Dominique Frérard (Sofitel Trois Forts à Marseille) serait associé à la boutique. Grande terrasse, belle salle déjà comble, cuisines visibles. Tronches de 6 pieds de long de tout le personnel, y compris les avachis derrière la vitrine. Ah ça donne envie…

Celui qui semble être le patron joue de grands gestes de chef d’orchestre à moins qu’il ne s’entraine pour être agent de piste à Marignane. Il donne bruyamment des consignes aux serveurs un peu blasés, tu vas là, tu vas ici, ajoutant inutilement du stress à leur fonction. Ça doit le rassurer. Enfin bon. Par contre mes cocos, on a bien mangé. Du simple vraiment bien foutu, de l’application dans chaque assiette sortie. Et pourtant, elles sont un paquet pour seulement deux cuisiniers. Les entrées sont au prix des plats, une douzaine de proposition au total entre 14€ et 18€. La dame au chapeau vert tâte du cochon avec son « jambon grillé italien aux herbes, pommes de terre rissolées, tomates provençales et salade ».

Sinon le zigouigoui de balsamique sur la salade, c’est assez parfait, copieux et gouteux. Et enfin: de vrais patates confites au four, grassouillettes ce qu’il faut. Ça change de la frite (fut-elle maison et fraiche) et rappelle la cuisine de la grand-mère que vous avez peut-être eue. 14,5/20 pour 15€. Mon « émincé de volaille sauce champignons maison, ratatouille, tomates cocktail, salades jeunes pousses ». Bravo (encore) pour l’effort de garniture différente, même si la ratatouille n’est pas convaincante, poussée poivrons et peu confite. Le reste, impec’. Blanc tranché marqué au grill comme le petit artichaut, sauce formidable servie à part. 14,5/20 pour 16€. Impasse sur les desserts. Pourtant à 6€, ils sont moins chers que ceux des restaurants approximatifs voisins. Pour casser une graine dans le coin, sans doute la meilleure affaire. Jusqu’à preuve du contraire.