Les Cent Canailles restaurant Jouques – Nous eûmes ici-même quelques émois culinaires à l’époque de Rouge Guinguette. Depuis deux années le repreneur ambitionnait la pizza dont on m’avait vanté la qualité. C’est l’automne, les pizzas sont tombés comme les feuilles: yapu, finito, ze end. Dehors, la carte affichée annonce le propos dont un menu déjeuner à 24€ décliné en formule à 19€.

Dedans, c’est joli et bien ordonné sinon les sacs de farine à pizza au 1er plan dans la vitrine, la 1ère chose que voit le client en poussant la porte. Ardoise commentée, le dab explique avec désinvolture que manquent plus de la moitié des entrées, tarifées de 9€ à 14€. On change de carte gnagnagna. Les plats sont pour partie différents de ceux affichés dehors, de 18€ à 24€. Ça commence à être rigolo. Haro sur crumble de poireau, Saint-Nectaire et noix. Présenté comme une crème brûlée avec un mélange de salades mal assaisonné à côté, trop vinaigré. Poireau: oui. Fromage oui, encore que sa croûte noire peut ragoutante aurait pu être retirée. Surtout: pas de noix. C’est une coquille. L’oubli, pas la noix. Mais c’est bon. 13/20 pour 13€: trop cher! Mon plat côte de cochon marinée au soja et boulgour de légumes croquants. M’arrive une planche maousse équipée d’une belle côte visiblement de qualité, deux ou 3 cms d’épaisseur. De qualité elle l’est aussi en bouche, d’une saine fermeté. Sauf que l’abondant gras est immangeable car non cuit. Je l’apprécie en général, mais lorsqu’il est confit, qu’il a pris son temps dans le four à se dorer le poil. Et puis, la sauce est trop salée. Hého chef! Faudrait goûter avant de sortir un truc pareil! La direction ne manque pas d’humour: dans le coin de la planche… un petit tas de gros sel. Au cas où ça manque, on sait jamais. Enfin bon. Et puis pas du “boulgour aux petits légumes” annoncé mais des patates au four ail/persil. De toute façon, il ne va pas nous le faire remarquer le client. Il est gentil le client, tu peux lui servir n’importe quoi, de toute façon il comprend rien, on le sait bien. Tu briscardes à la sauce folklo en faisant ton cinéma en salle, il aime ça, le client. Ça fait partie du métier coco, de le promener par le bout du nez. Tiens, c’est comme le verre de vin bio de la Réaltière “cul sec” 2020 qui, aussi sérieux que soit le vigneron, n’a rien à faire dans un restaurant. Servi glacé “il va se réchauffer dans votre verre” qui me dit l’autre qui a réponse à tout.

Ben voyons. En attendant, il me troue le duodénum. Pas fini. Hein? Quoi? La note de ma côte de porc? 11/20 pour 22€. Bilan: ambition louable de cuisine malgré une carte brinquebalante et une fausse convivialité. Ça se mord le clignotant point de vu tarifs vu le niveau d’approximation générale. Impec pour se faire aspirer la CB sans voir venir car anesthésié par la jolie déco.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 1.5/5★ Ψ
Adresse
41 chemin de Citrani
13490 JOUQUES
Tél:09.70.90.31.24
Site : www.centcanailles.com/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14/20
Service:
12/20
Qualité/prix:
11/20
Cadre:
15/20
Pain:
15/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : absent
Spécialités
  • plus de pizza
Menus
  • Formule 19€ et menu 24€ déjeuner semaine
  • Ardoise
Fermetures
  • Fermé dimanche et lundi
Plus…
  • Terrasse
Sur place et...
A emporter
Livraison
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 1.5/5★ Ψ
Adresse
41 chemin de Citrani
13490 JOUQUES
Tél:09.70.90.31.24
Site : www.centcanailles.com/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14/20
Service:
12/20
Qualité/prix:
11/20
Cadre:
15/20
Pain:
15/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : absent
Spécialités
  • plus de pizza
Menus
  • Formule 19€ et menu 24€ déjeuner semaine
  • Ardoise
Fermetures
  • Fermé dimanche et lundi
Plus…
  • Terrasse
Sur place et...
A emporter
Livraison

Les Cent Canailles restaurant Jouques – Nous eûmes ici-même quelques émois culinaires à l’époque de Rouge Guinguette. Depuis deux années le repreneur ambitionnait la pizza dont on m’avait vanté la qualité. C’est l’automne, les pizzas sont tombés comme les feuilles: yapu, finito, ze end. Dehors, la carte affichée annonce le propos dont un menu déjeuner à 24€ décliné en formule à 19€.

Dedans, c’est joli et bien ordonné sinon les sacs de farine à pizza au 1er plan dans la vitrine, la 1ère chose que voit le client en poussant la porte. Ardoise commentée, le dab explique avec désinvolture que manquent plus de la moitié des entrées, tarifées de 9€ à 14€. On change de carte gnagnagna. Les plats sont pour partie différents de ceux affichés dehors, de 18€ à 24€. Ça commence à être rigolo. Haro sur crumble de poireau, Saint-Nectaire et noix. Présenté comme une crème brûlée avec un mélange de salades mal assaisonné à côté, trop vinaigré. Poireau: oui. Fromage oui, encore que sa croûte noire peut ragoutante aurait pu être retirée. Surtout: pas de noix. C’est une coquille. L’oubli, pas la noix. Mais c’est bon. 13/20 pour 13€: trop cher! Mon plat côte de cochon marinée au soja et boulgour de légumes croquants. M’arrive une planche maousse équipée d’une belle côte visiblement de qualité, deux ou 3 cms d’épaisseur. De qualité elle l’est aussi en bouche, d’une saine fermeté. Sauf que l’abondant gras est immangeable car non cuit. Je l’apprécie en général, mais lorsqu’il est confit, qu’il a pris son temps dans le four à se dorer le poil. Et puis, la sauce est trop salée. Hého chef! Faudrait goûter avant de sortir un truc pareil! La direction ne manque pas d’humour: dans le coin de la planche… un petit tas de gros sel. Au cas où ça manque, on sait jamais. Enfin bon. Et puis pas du “boulgour aux petits légumes” annoncé mais des patates au four ail/persil. De toute façon, il ne va pas nous le faire remarquer le client. Il est gentil le client, tu peux lui servir n’importe quoi, de toute façon il comprend rien, on le sait bien. Tu briscardes à la sauce folklo en faisant ton cinéma en salle, il aime ça, le client. Ça fait partie du métier coco, de le promener par le bout du nez. Tiens, c’est comme le verre de vin bio de la Réaltière “cul sec” 2020 qui, aussi sérieux que soit le vigneron, n’a rien à faire dans un restaurant. Servi glacé “il va se réchauffer dans votre verre” qui me dit l’autre qui a réponse à tout.

Ben voyons. En attendant, il me troue le duodénum. Pas fini. Hein? Quoi? La note de ma côte de porc? 11/20 pour 22€. Bilan: ambition louable de cuisine malgré une carte brinquebalante et une fausse convivialité. Ça se mord le clignotant point de vu tarifs vu le niveau d’approximation générale. Impec pour se faire aspirer la CB sans voir venir car anesthésié par la jolie déco.