Les années passent et ne se ressemblent pas. On est sur le point de sortir du marasme ambiant, prêt à décoller vers des jours meilleurs et puis patatrac ! voilà qu’arrive une guerre par ci, une autre par là, l’Irak, le Kosovo, une flambée du prix du pétrole par ci, une menace d’Al Qaïda par là et c’est toute l’économie mondiale qui s’écroule. Et on voit les saisons touristiques, année après année perdre du chiffre et des clients étrangers. On peut se demander jusqu’à quand ? La saison 2004 pour ce qui concerne la région PACA, il semblerait qu’elle soit la pire de toutes. Certains restaurateurs annoncent des pertes de 30%. Voire 40% ! Mais où sont-ils donc passés ? A quoi est due cette désaffection de la clientèle ? aux incendies, aux abus de certains hôteliers, à la crainte de la canicule ? à l’accueil déplorable généralisé dont se plaignent tant les étrangers ? à la peur d’une récession économique ? Aux craintes des attentats terroristes ? peut-être un peu de tout ça ! Plus grave, dans le reste du pays, une sensible augmentation de la fréquentation touristique est enregistrée. C’est donc bien notre région qui est visée, sanctionnée ! Reste à en connaître les raisons. Et arrêter de croire qu’on est les meilleurs parce qu’on a les plus jolis paysages de la terre, un environnement de rêve et parce qu’on a le soleil pendant qu’il pleut ailleurs. Le touriste veut aussi des prestations. A l’heure qu’il est, le 23 août, il est peut-être encore trop tôt par faire un bilan définitif. On s’appuie simplement sur des chiffres annoncés par des restaurateurs interrogés. Ceux là même qui, justement, ont fait de gros efforts pour renforcer l’image de la restauration en région PACA. Mais ils sont en minorité et ne peuvent à eux seuls renverser la tendance.

Paul Bianco