L'OS ET L'ARÊTE du Bouche à Oreille n°75 Sep 2010

GANTIÉ ET BACQUIÉ SONT SUR UN BATEAU

PUB RÉCIPROQUE DÉGUISÉE EN INFORMATION

Comme chaque année à la même époque, le très sérieux départemental “journal de référence puisqu’il est le seul” Var Matin salue la sortie du non moins sérieux Guide Gantié. Mais cette année, l’article à la gloire du cireur de toques porte un faux-nez. Expliquons. Gantié n’est plus salarié du groupe Nice Matin. En tous cas le conflit d’intérêt qu’on révélait depuis 20 ans dans le BàO entre le “journaliste salarié Gantié” et le “rédacteur du guide gastronomique Gantié” n’est théoriquement plus: Gantié n’écrit plus dans la bible régionale quotidienne. Gantié va faire un caprice si ses copains de Var Matin ne parlent pas de son guide bien élevé que personne ne lit? Que nenni les amis! Les liens restent! Le truc pondu: Gantié n’ira pas à la pêche aux chefs, mais les chefs démarcheront Gantié. On dira comme ça. Et comme “Le Monte Cristo” du Castellet veut faire parler de lui également, on le met dans la sauce. Un article, deux pubs. Et paf! Titre de l’article: “Christophe Bacquié a fêté le guide Gantié 2010″*. Avant que le dandy préféré des toques locales ne quitte le bateau Hersant, les titres étaient “Le guide Gantié a fêté ses chefs”. Grossière mise en scène que les chefs en vue de la région invités pour la cause ont cautionnée de leurs présences.

Sauf que la grossière recette journalistique est bien connue en marketing: prendre deux désireux de notoriété et d’image qui veulent vendre leur soupe. Les glisser dans le même sac à l’occasion d’un rédactionnel à leurs gloires réciproques. Vous obtenez ainsi un vrai-faux évènement créé de toutes pièces. Pour ce faire, vous devrez nécessairement obtenir la collaboration d’un “petit soldat du journalisme” (article signé “P.F.” en l’occurrence) qui acceptera la mission sans mauvaise conscience ni déontologie mal placée. Ainsi il est écrit dans le journal mes frères que les guides n’éliront plus des cuisiniers mais les cuisiniers adouberont le guide. Le jour de l’événement, l’Indiana Jones du bassin de St-Tropez Jacques Gantié parait-il n’en pouvait plus. Selon nos informations, celui qui s’est toujours supposé sous-marin régional du Michelin a repris une septième coupe de Champagne en touchant le septième ciel.

Olivier Gros


*Var Matin du mercredi 23 juin 2010