L'OS ET L'ARÊTE du Bouche à Oreille n°65 Fév 2008

LES MAITRES RESTAURATEURS VAROIS

Des cuisiniers (ou qui font croire que), la main posée sur le cœur et le regard haut, prompts à hisser dans le ciel ombragé de la restauration traditionnelle le drapeau de la souveraineté cuistancière qu’ils trimballeraient seuls au centre d’une profession si peu vertueuse, sauf eux, bien sûr. Eux qui, lors d’assemblées festives dédiées à leur propre gloire d’autoproclamés sur-compétents du fumet et pendant que leurs apprentis besognent en cuisine ou en salle, braillent que l’assistanat tue l’emploi! Alors que leur petite coterie est notamment subventionnée par le Conseil Général, La Région et la Chambre de Commerce et d’industrie du Var comme le commente dans un sourire épanoui à la manière de Clark Gable l’indéboulonnable président des MRV Max Callégari, c’est au début du catalogue 2007-2008.
Autant dire que l’impôt finance le clan. Non contents de nous plomber le porte-monnaie, ces gens-là ne tiennent vraiment pas à ce qu’on émette la moindre des critiques à leur encontre! De toutes façons “les gens” ne comprennent rien! Seuls le cuisinier peut critiquer un autre cuisinier! Et encore! Faut qu’il le mérite en devenant adhérent à son tour! Suffit de payer sa cotisation annuelle aux MRV pour être adoubé! Vous comprenez? On ne va quand même pas laisser aux clients de restaurants le soin de juger de qui est bon ou qui ne l’est pas? C’est nous qu’on sait! Pas les autres! Les autres pays rigolent en regardant La France! La patrie du corporatisme*! Manquerait plus que ça que tout le monde donne son avis! C’est nous, “l’avis”!
Mais finalement le plus grave n’est pas la durable mascarade nombriliste des MRV grâce aux perfusions des institutions, qu’ils existent dans leur coin en se faisant plaisir tout seul face au miroir. C’est qu’on croit savoir que les as du marketing ayant pondu les nouveaux MRV ont flairé le bon coup, le filon et l’oseille! Les trois mon capitaine! Nos doués renifleurs ambitionnent d’écarter les coudes sur d’autres départements avec un concept aussi creux qu’il leur rapporte. Financé sur le dos du contribuable-pigeon vache à lait et du restaurateur-adhérent qui passe à la caisse pour mériter d’être dans la fine fleur, selon leurs propres critères franchement troubles voire inexistants aux yeux des consommateurs que nous sommes.
Il suffit simplement de constater dans quel état est devenue la restauration dans le Var depuis 1990, année de la création des redoutables stratèges que sont les maîtres restaurateurs varois, pour mesurer leur efficacité dans le temps! A se demander si ce syndicat déguisé (l’UMIH les soutient) n’est pas subventionné par le Conseil Régional de Bretagne ou l’Office de tourisme de Croatie? Efficace! Les clients potentiels fréquentent de plus en plus assidûment les Côtes-d’Armor et l’Adriatique!

Olivier Gros


* A propos de corporatisme, lisez cet extrait de l’édito du catalogue des MRV: “…représenter l’ensemble de ses adhérents, en particulier auprès de l’Administration et de tous autres organismes et, d’une manière générale, d’entreprendre toutes actions susceptibles de mieux servir les intérêts de ses membres et de leurs hôtes.” L’intégralité sur ce lien.

http://www.maitresrestaurateurs-varois.com/