L'OS ET L'ARÊTE du Bouche à Oreille n°89 Mar 2014

“C’EST COMME SUR LA PHOTO”

Au Buffalo-Grill de Villefranche-sur-Saône (69), le jeune homme qui s’occupe de notre table affiche un minois tout juste sorti de la puberté griffonné d’un sourire permanent. Bravo. Pense t’il que sourire en pilote automatique l’exonère de sa fonction de serveur? Sans doute.

Lors de sa prise de commande, stylo au bout de la main et bouton de pantalon collé au bout de table, Ludovic nous fait bien comprendre que celui qui bouge va m’entendre. Arrive mon tour de choisir: je zieute le “menu Christmas” à 19,90€. Je demande naïvement de quoi est composé le plat appelé “Christmas rumsteck”. Le freluquet raide comme un piquet me répond en souriant et comme si ça allait de soi: c’est comme sur la photo”. C’est pas un service au poil ça? Notre histoire d’amour ne faisait que commencer.

Car il est bien connu que le client, faut le mater. Sinon, on ne s’en sort plus. Alors par quatre fois pendant le repas, le godelureau se posera pieds joints en bout de table et décomplexé, demandera aux premiers de passer les assiettes à l’autre extrémité. Pareil pour desservir, mais dans l’autre sens. Vous comprenez, faire bosser le client, c’est toujours ça de pris pour en faire moins. Ya pas de petits profits! “Service compris”? La bonne blague! Et toujours ce sourire figé, comme inscrit au fer rouge sur son museau. Impossible de refuser de lui donner un coup de main tant il joue sur le mal à l’aise du client gêné aux entournures! Exaspérant, je vous assure. On n’ignorait rien de l’absence de véritable cuisine au Buffalo Grill: le service est désormais en rythme! Parions qu’au train où vont les choses, il sera bientôt “normal” que le client fasse la vaisselle au restaurant! Mais passons!

Peu adepte de la prise de risque, Mauricette choisira en dessert “deux boules de glace chocolat, une caramel”. Le garçon amène. Erreur: “vanille” à la place de “caramel”. Ça arrive à tout le monde. Le damoiseau de Buffalo ramène une boule de glace caramel en commentant: “passque vous êtes sympathique”.

“Il est bien gentil ce p’tit jeune!” commente Mauricette! Histoire de bien me faire comprendre que je vois le mal partout! Sauf qu’à la fin, elle va aux toilettes. Elle en revient si blême que j’ai cru qu’elle avait pris la chasse d’eau sur les pieds! Mais non. En fait, elle entendra le fameux Ludovic s’épancher en cuisine devant ces collègues sur mon cas: “ya une table de 8 sympa, sauf un bonhomme qui veut m’apprendre mon boulot, non mais, je ne me suis pas laissé faire”. Vu le profil, c’est sûrement le genre de zozio qui lorsqu’il fréquente le restaurant, critique immanquablement le serveur. Un profil bien connu de nos services.

Olivier Gros