L'OS ET L'ARÊTE du Bouche à Oreille n°65 Fév 2008

NOS ROUTES NE SONT PLUS SÛRES

APPÉTIT DÉPITÉ SUR BITUME AUTOROUTIER

Avez-vous déjà déjeuné sur une aire d’autoroute? Bon courage! Pas bon et bien trop cher pour ce que c’est, mais coincé, on s’arrête. Bien fait pour nous. Donc, Mauricette a voulu s’arrêter à un “Autogrill”, celui de Morières-lès-avignon. Pas de doute, l’esprit “chaîne” est omniprésent. Self-service et plats affichés en photo pour faire baver le client dans la queue. Je prends des saucisses de Montbéliard, tandis que Mauricette opte pour un steak haché. Question péril en la papille, on peut difficilement faire moins risqué à part peut-être un thé vert. La cuisinière, si tel est son statut, précise qu’elle nous apportera le steak à table, car “il faut le temps de le décongeler”. On m’annonce franco la couleur, sans hypocrisie pour romantique. Mais à 6,95 euros l’assiette et vue la qualité des produits servis, si une affaire est réalisée, c’est par le service comptabilité d’ “Autogrill”! Pour être sûrs de digérer, nous nous servons deux coca dans des verres de 40cl. Et moi, tête de linotte qui ne calcule pas, j’oublie de remplir complètement les verres. Au moment de payer, la sympathique et finalement très polyvalente serveuse-cuisinière-caissière me glisse: “remplissez les verres, car c’est tellement cher”. Je fais des billes toutes rondes en la remerciant. Autant d’honnêteté amène même un certain malaise. Car oui: 2,70 euros c’est très cher, surtout si on imagine le salaire que doit toucher cette jeune demoiselle que je sens dépitée et consciente du cynisme de l’enseigne pour laquelle elle travaille. “Repas” sans âme, nous avalons dans une triste atmosphère inhérente à ce type de lieu, les gens ne parlent pas, ne se regardent pas, ont tous un air évasif, mélancolique. A une table voisine de retraités en goguette, un homme récupère les bouts de poulets à peine mordus, des restes d’assiettes non débarrassées, pour son chien, apparemment. Pauvre bête. Fin du voyage. Le comble arrive lorsqu’on se rend sur le site Internet d’ “Autogrill“. On y apprend que “Sa mission (Autogrill) est de faire en sorte que chaque client trouve, dans toute occasion d’achat, une bonne raison pour revenir encore, pour la qualité des produits, du service et de l’ambiance.”. Et lorsqu’on lit “L’esprit innovateur des concepts d’Autogrill permet de proposer aux voyageurs de faire un véritable “Arrêt avec un grand A”.” là, c’est franche rigolade. Citons les marques du groupe: Ciao, Côté France, Pains à la Ligne, Chips & Snacks, Salad Dreams, Pub O’Conway’s, Burger King, Starbucks Coffee, Pizza Hut, Sbarro, Chilli’s Too, Casa Bacardi, Haagen Dazs, Brioche Dorée Café, Il Caffè di Roma. Nous sommes cernés. Belles photos, beaux concepts, et sans vouloir préjuger arbitrairement de la prestation des enseignes citées, un réseau qui participe au déclin de la restauration traditionnelle en tirant la qualité vers le bas. Alors que sûr! Avec de tels tarifs pratiqués, un cuisinier peut faire très correctement son travail! Ça n’empêche pas “Autogrill” de vouloir rester copain avec nous. Toujours sur son site, il nous tutoie allègrement: “depuis 30 ans en voyage avec toi“. Ah bon? Mais alors on se connaît?

Damien