ÉDITO du Bouche à Oreille n°62 Juin 2007

TOUR DÉRISION DES MÉDIAS DE LA TAMBOUILLE

Toujours les mêmes dans les guides, les journaux, la radio et la télé! TF1, la 2 la 3! La TNT maintenant! Toujours les mêmes à faire parler d’eux! A trouver grâce auprès de journalistes de plus en plus enclins à fainéantise! Toujours les mêmes journaux à avoir la main-mise sur « ce qu’il est bien de connaître » sous peine d’être un ringard béotien de la fourchette aux yeux de l’intelligentsia! Et en région? Quels sont donc les critères de choix des tables référencées par la chronique locale? Avec Jacques Gantié, faut prendre le pli. Si vous êtes sage, vous serez dans son guide. Que personne ne lit. Son autorité est ailleurs: il est journaliste au groupe Nice-Matin! Son pouvoir est à la fin du programme télé, le samedi. Par son entremise, quelques chefs espèrent obtenir les faveurs du Michelin. Doigt dans l’œil! Pourtant peu rapide à la détente, le Miche découvre souvent les bonnes tables avant lui! Et nous, avant le Miche: l’Ensouleillado à Cotignac, le Chrissandier à Lorgues… Et Pierre Psaltis de « La Provence »? Vous connaissez? Tellement à court d’imagination qu’il teste le japonais Yamato deux fois de suite, le 15 février 07 et le 28 mars 07. Rappelons au lecteur qu’Aix propose 800 adresses « pour manger ». Les sushi lui font soucis. Ou alors, il est dans la lune, l’ami Pierrot. A la radio sur « France Bleu Provence », il y a bien Bernard Loubat, authentique amoureux de la cuisine dans la lignée d’un Petitrenaud. Jamais, non jamais il ne tombe sur de mauvaises tables dans ses « critiques ». Ainsi implicitement, tout se vaudrait… or non: tout ne se vaut pas! La radio RTL2 Toulon propose des « chroniques gourmandes » chaque semaine. Nous avons le plaisir d’y entendre parfois des cuisiniers peu connus. Dans la région et d’après ce que nous savons, seul « l’Hebdo » de Marseille teste réellement les tables dont il cause chaque semaine et en plus, il paye ses notes! Ça ne les empêche pas de se vautrer dès que ce journal s’amuse à faire des « classements de bonnes tables »! Et de répandre à son tour les poncifs repiqués sur les journaux du coin, qui eux-mêmes ont piochés chez leurs confrères Internet, qui eux-mêmes… Pour finir, revenons sur les acoquinements démesurés de Var matin qui le 2 mai 07 fait un article sur la Bastide des Magnans de Christian Bœuf. Alors que 2 semaines avant dans son programme télé du samedi, le même journal déjà violonait du cirage sur cet établissement.

Cuisiniers! Si vous êtes un obscur soutier de la cuistance et un laborieux du fumet, si vous renâclez à fréquenter les coquetailes mondains, si vous n’êtes pas adhérent d’ « un club », si vous n’êtes pas « parrainé » par un cador de la cuistance et surtout si vous ne baissez pas la tête docilement à son passage, si vous n’aimez pas vous faire lécher la toque, faire du tutu à la guimauve dans la circonvolution et non plus la danse du ventre, alors vous êtes mal barrés pour avoir les faveurs des guides! Du coup, vous êtes condamnés à bien cuisiner pour être connus… de vos clients!

Olivier Gros