Wok Udon restaurant à Marseille – Foire d’empoigne commerciale du côté de la Joliette, point de vue restaurants ou assimilés, c’est le cocotier. On se croirait à l’Isle-sur-la Sorgue mais sans les antiquaires et en beaucoup moins cher. Bref! Les tarifs d’ici sont indexés sur les tickets restos des employés de bureau qui pullulent de ce côté de la ville, mais pas que. Des touristes sac à dos, des maçons en double file, des copines maigres comme des allumettes chercheuses de plats vegan, des cloués à l’écran qui se remplissent de hamburgers, des groupes d’étudiants heureux de vivre… Séduit par l’effort marketing visuel, je suis entré dans ce restaurant asiatique. Ils sont nombreux (au moins une dizaine dans la rue), mais lui semble récent de l’ouverture.

Boutique-couloir à la déco émancipée des codes usés du genre asiatique, contemporain. La serveuse se cantonne dans une fonctionnalité mécanique, pour la pédagogie et les explications, c’est du laborieux. Ça peut expliquer l’obsession des photos de plats. Qui ne ressemblent jamais à ce qu’on mange. Une cinquantaine de plats possibles. C’est dingue. Je m’échappe de la formule à 13,5€ pour laisser la chance à mon entrée assortiment d’Horus. Que vient faire ici la divinité égyptienne? Allez savoir! Un assortiment d’hors-d’œuvre à la vapeur. On peut ajouter un “U” dans “hors” de “hors-d’œuvre” pour faire Horus… Deux bouchons vapeur aux crevettes 12/20, deux ravioli vapeur au porc 9/20, deux ravioli vapeur crevette 13/20. 6,5€ n’est pas cher, mais rien qui fasse grimper au plafond même si les deux sauces livrées avec sont intéressantes, pas communes. La franche déception arrive avec nouilles sautées, canard laqué. Les nouilles udon, longues pâtes japonaises élastiques, seraient faites ici: pas fréquent. “Servi avec des légumes” qu’elle m’a dit la petite: des bouts de chou et un poil de carotte. Radin du légume. Passe encore. Mais le canard laqué est une horreur façon friture KFC! Un maigrelet filet de canette de réforme passé à la friteuse, rien à voir avec le canard laqué. Du croustillant aride qu’on trempouille dépité dans sa sauce, ici encore le meilleur du plat. 8/20. Il convient de mettre en face de l’accident culinaire son tarif aimable: 8,90€. Quand je vous dis que la bataille des tarifs fait rage dans le coin. Ça n’excuse pas tout, le problème étant l’intitulé “canard laqué” qui abuse le chaland.

Volonté de me rincer le toboggan avec la coupe de lychees aux fruits énormes. Après la pénible friture, c’est comme passer d’une séance sauna avec une douzaine de sumotori qui reniflent des ailerons à une paisible sieste dans un jardin japonais fleuri d’odorantes fleurs shibazakuras. 2,95€ pour 13/20. Je ne vois vraiment rien à ajouter, sinon que si vous connaissez un restaurant chinois qui pratique l’art délicat du véritable canard laqué, merci d’en communiquer l’adresse à la rédaction qui appréciera.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 2/5★ ½
Adresse
59 avenue Robert Schuman
13002 MARSEILLE
Tél:09.72.87.26.86
Mobile:06.42.62.57.79
Site : wok-udon.business.site/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
13/20
Service:
14/20.
Qualité/prix:
12/20
Cadre:
14/20
Pain:
Pas de pain
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
14,5/20.
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
    Spécialités
    • asiatiques
    Menus
    • Formule 13,5€
    • Carte
    Fermetures
    • Ouvert 7j7 midi et soir mais vérifiez quand même
    Plus…
    • Terrasse trottoir
    Sur place et...
    A emporter
    Livraison