Pinchomania restaurant Toulon – Rue de l’Étoile mais simplifions: il se situe (presque) sur la placette Dame Sibille planquée derrière le Lycée Hôtelier, les fureteurs de repas en discrétion apprécieront. Pas de nom de restaurant au frontispice, il s’agit plutôt d’une grotte, d’un cagibi, un repère un peu sombre où il faut baisser la tête pour entrer. A gauche le comptoir avec l’attirail de cuisson du cuisinier (c’en est un), son plan de travail, des outils, une ligne de flacons entamés qui chantent l’Espagne viticole.

Au fond, quelques tables non dressées et quelques-unes exposent des témoignages des agapes de la veille, verres ou assiettes. Cagettes de légumes frais, un peu foutoir. Alors puisqu’il me prend l’idée saugrenue de manger ce midi et que la maison semble ouverte, l’hirsute dab allume la lumière, m’installe au fond de sa tanière et me formule oralement un extrait de ses ardoises tout autant hirsutes dans les intitulés à la craie dont la moitié est mal effacée. La spécialité est visiblement hispanique version tapas, augmentée de quelques plats: 15€ pour dos cabillaud frais à l’escabèche, paella choucarde (fruits de mer de qualité) à 23,50€, petites seiches de pêche locale à la plancha pour 17€, des charcuteries fines, un incongru hachis Parmentier à 12€ (?), picana de bœuf argentin à 19€ et ma côte de cochon ibérique (Pata Negra) affiché 18€ à l’extérieur et 17,5€ à l’intérieur. Mais on s’en tape. Vu que c’est un régal. Tu casses une graine avec un pot d’eau pour cause d’abus de la veille et le taulier t’amène quand même d’excellentes olives pour patienter. Et puis c’est au tour de mon cochon, mes petits cochons. Une côte au gras goûteux et fondant arrosée délicatement pendant sa cuisson à la poêle où elle se sera dorée la plume avant de vous graisser le toboggan. Pommes de terre frites épluchées ici façon patatas bravas, quelques petits poivrons pimientos de padron verts frits. Une formidable mayo aillée à votre convenance montée minute et servie à part pour trempouiller ce que vous voulez, y compris les doigts. 18€ et 15/20. Et puis, comment ne pas conclure par un peu de fromage, un Manchego top niveau débité en fines lamelles, cerneaux de noix frais (pas du sachet rance) et confiture de je ne sais plus quoi. Du genre à vous faire regretter de ne pas avoir siroté un verre de rouge espagnol: 14/20 et 5€.

Le taulier a son caractère retors, ne croit visiblement plus en grand-chose mais pour tout vous dire, je crois bien que son comportement est cohérent avec son exigence de travail. Le contraire d’un restaurateur qui s’en tape tant que tombent les biftons. Un choix de vie. Sinon le Jean-Pierre Ferrer serait ailleurs à dealer des tapas décongelés et des mojitos à 12€. Tandis qu’ici, il fait son marché et notre bonheur, gambas sauvages et viandes choisies. Comment dit-on « bon plan » en espagnol?

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2023 4/5★ ΨΨ½
Adresse
3 rue de l'Étoile
83000 TOULON
Tél:
Mobile:06.09.58.71.86
Site : el-pinchomaniak.eatbu.com/?
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14/20
Service:
14/20
Qualité/prix:
15/20
Cadre:
11/20
Pain:
13/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
12/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Jean-François Ferrer
Spécialités
  • vrais tapas faits ici, produits espagnols
Menus
  • Ardoise du jour, tapas du moment ou plats c'est suivant
Fermetures
  • Fermeture se renseigner
  • Réservation conseillée (peu de chaises)
Plus…
  • Terrasse rue piétonne
Sur place et...
A emporter
Livraison
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2023 4/5★ ΨΨ½
Adresse
3 rue de l'Étoile
83000 TOULON
Tél:
Mobile:06.09.58.71.86
Site : el-pinchomaniak.eatbu.com/?
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14/20
Service:
14/20
Qualité/prix:
15/20
Cadre:
11/20
Pain:
13/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
12/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Jean-François Ferrer
Spécialités
  • vrais tapas faits ici, produits espagnols
Menus
  • Ardoise du jour, tapas du moment ou plats c'est suivant
Fermetures
  • Fermeture se renseigner
  • Réservation conseillée (peu de chaises)
Plus…
  • Terrasse rue piétonne
Sur place et...
A emporter
Livraison

Pinchomania restaurant Toulon – Rue de l’Étoile mais simplifions: il se situe (presque) sur la placette Dame Sibille planquée derrière le Lycée Hôtelier, les fureteurs de repas en discrétion apprécieront. Pas de nom de restaurant au frontispice, il s’agit plutôt d’une grotte, d’un cagibi, un repère un peu sombre où il faut baisser la tête pour entrer. A gauche le comptoir avec l’attirail de cuisson du cuisinier (c’en est un), son plan de travail, des outils, une ligne de flacons entamés qui chantent l’Espagne viticole.

Au fond, quelques tables non dressées et quelques-unes exposent des témoignages des agapes de la veille, verres ou assiettes. Cagettes de légumes frais, un peu foutoir. Alors puisqu’il me prend l’idée saugrenue de manger ce midi et que la maison semble ouverte, l’hirsute dab allume la lumière, m’installe au fond de sa tanière et me formule oralement un extrait de ses ardoises tout autant hirsutes dans les intitulés à la craie dont la moitié est mal effacée. La spécialité est visiblement hispanique version tapas, augmentée de quelques plats: 15€ pour dos cabillaud frais à l’escabèche, paella choucarde (fruits de mer de qualité) à 23,50€, petites seiches de pêche locale à la plancha pour 17€, des charcuteries fines, un incongru hachis Parmentier à 12€ (?), picana de bœuf argentin à 19€ et ma côte de cochon ibérique (Pata Negra) affiché 18€ à l’extérieur et 17,5€ à l’intérieur. Mais on s’en tape. Vu que c’est un régal. Tu casses une graine avec un pot d’eau pour cause d’abus de la veille et le taulier t’amène quand même d’excellentes olives pour patienter. Et puis c’est au tour de mon cochon, mes petits cochons. Une côte au gras goûteux et fondant arrosée délicatement pendant sa cuisson à la poêle où elle se sera dorée la plume avant de vous graisser le toboggan. Pommes de terre frites épluchées ici façon patatas bravas, quelques petits poivrons pimientos de padron verts frits. Une formidable mayo aillée à votre convenance montée minute et servie à part pour trempouiller ce que vous voulez, y compris les doigts. 18€ et 15/20. Et puis, comment ne pas conclure par un peu de fromage, un Manchego top niveau débité en fines lamelles, cerneaux de noix frais (pas du sachet rance) et confiture de je ne sais plus quoi. Du genre à vous faire regretter de ne pas avoir siroté un verre de rouge espagnol: 14/20 et 5€.

Le taulier a son caractère retors, ne croit visiblement plus en grand-chose mais pour tout vous dire, je crois bien que son comportement est cohérent avec son exigence de travail. Le contraire d’un restaurateur qui s’en tape tant que tombent les biftons. Un choix de vie. Sinon le Jean-Pierre Ferrer serait ailleurs à dealer des tapas décongelés et des mojitos à 12€. Tandis qu’ici, il fait son marché et notre bonheur, gambas sauvages et viandes choisies. Comment dit-on « bon plan » en espagnol?