Les Boucans Enfumés restaurant Aix-en-Provence – J’ai les crocs alors vite fait bien fait je passe le portail pour casser une croute dans ce récent établissement en sortie de ville direction d’Avignon, côté Lignane.

Une baraque à étage des années 60/70 vide de charme, vous êtes passé mille fois devant si ça se trouve, et bien c’est juste ici. Voyez? C’est pourtant facile à reconnaitre: dehors c’est triste et faudrait tondre le gravier. Le dedans est beaucoup mieux! C’est ballot: on n’a pas deux fois l’occasion de faire une 1ère impression. Cela dit on s’y gare le véhicule à l’aise Blaise, auto, camping-car, moto, parapente, aéronef… Un bar-comptoir surchargé d’alcools, avec des cartons de vins devant, dessus une vitrine sans rien dedans, une grande terrasse planquée derrière et une salle sur le côté: je suis le seul client dedans. A la carte, le style est marqué au fer rouge par la flamme, cuisine US. 4 ou 5 bricoles comme entrées: tenders, camembert à la braise, pastrami grillé… à moins de 10€. 4 burgers à 14,5€. Au BBQ comme ils disent: magret, entrecôte, saumon aux agrumes, poulpe, 1/2 queue de langouste. Et puisque les indiens ne sont jamais bien loin des cow-boys, rendons à César ce qui est à Sitting-Bull: on trouve même un tomahawk vendu au poids à partager ou pas! A part lui, tout est facturé moins de 20€, ce qui est un bel effort tarifaire mais faudrait gouter pour confirmer. Et puis, un dernier pan original avec une « cuisine au fumoir »: volaille, bœuf et porc. Dont mon pulled work très à la mode et qui m’a sustenté avec un gentil plaisir. De l’échine de porc cuite lentement, confite à souhait et effilochée. Elle pousse sérieusement sur le fumé, beaucoup même. Marque de fabrique de la maison. A côté dans le même plateau: frites non épluchées ici aux reflets un peu vert mais convenables, sauce sucrée, salade verte fraiche avec cubes de tomate d’hiver et agréable huile d’olive, poêlée de légumes fumés eux aussi, ça fait quand même bizarre ce gout monochrome qui remplit tout, linéaire, qui efface la saveur de tout aussi. 14/20 et 14€ pour une assiette roborative qui ravira ceux qui aiment se remplir le potiron. Le café est raté, surtout pour 2,2€. Le jeune homme en charge d’un tas de choses ici est fort amical, aime son boulot.

Difficile de juger le lieu dans une absence de rythme, je rappelle être le seul client dans la taule. Bref! Vu les efforts faits pour marketer le concept, que ce soit au niveau de la déco (intérieure), de l’enseigne, du concept alimentaire, on devrait rapidement voir apparaitre ailleurs des franchises de l’idée. Sauf si j’ai été enfumé: c’est ici ou jamais.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2022 4/5★ ΨΨ
Adresse
6145 route d'Avignon
13540 AIX-EN-PROVENCE
Tél:04.42.91.26.51
Site : www.boucansenfumes.com/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14,5/20
Service:
14,5/20
Qualité/prix:
15/20
Cadre:
15/20
Pain:
14,5/20
Café:Julius Meini 2,2€
11/20
Thé:
Toilettes:
14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
    Spécialités
    • fumoir et barbecue
    Menus
    • Carte
    • Enfant 12€
    Fermetures
    • Fermeture se renseigner
    Plus…
    • A emporter
    • Parking
    Sur place et...
    A emporter
    Livraison
    - Table testée par Le Bouche à Oreille - 2022 4/5★ ΨΨ
    Adresse
    6145 route d'Avignon
    13540 AIX-EN-PROVENCE
    Tél:04.42.91.26.51
    Site : www.boucansenfumes.com/
    Réseaux Sociaux :
    Accueil:
    14,5/20
    Service:
    14,5/20
    Qualité/prix:
    15/20
    Cadre:
    15/20
    Pain:
    14,5/20
    Café:Julius Meini 2,2€
    11/20
    Thé:
    Toilettes:
    14,5/20
    Vin:
    Environnement:
    Aux fourneaux
      Spécialités
      • fumoir et barbecue
      Menus
      • Carte
      • Enfant 12€
      Fermetures
      • Fermeture se renseigner
      Plus…
      • A emporter
      • Parking
      Sur place et...
      A emporter
      Livraison

      Les Boucans Enfumés restaurant Aix-en-Provence – J’ai les crocs alors vite fait bien fait je passe le portail pour casser une croute dans ce récent établissement en sortie de ville direction d’Avignon, côté Lignane.

      Une baraque à étage des années 60/70 vide de charme, vous êtes passé mille fois devant si ça se trouve, et bien c’est juste ici. Voyez? C’est pourtant facile à reconnaitre: dehors c’est triste et faudrait tondre le gravier. Le dedans est beaucoup mieux! C’est ballot: on n’a pas deux fois l’occasion de faire une 1ère impression. Cela dit on s’y gare le véhicule à l’aise Blaise, auto, camping-car, moto, parapente, aéronef… Un bar-comptoir surchargé d’alcools, avec des cartons de vins devant, dessus une vitrine sans rien dedans, une grande terrasse planquée derrière et une salle sur le côté: je suis le seul client dedans. A la carte, le style est marqué au fer rouge par la flamme, cuisine US. 4 ou 5 bricoles comme entrées: tenders, camembert à la braise, pastrami grillé… à moins de 10€. 4 burgers à 14,5€. Au BBQ comme ils disent: magret, entrecôte, saumon aux agrumes, poulpe, 1/2 queue de langouste. Et puisque les indiens ne sont jamais bien loin des cow-boys, rendons à César ce qui est à Sitting-Bull: on trouve même un tomahawk vendu au poids à partager ou pas! A part lui, tout est facturé moins de 20€, ce qui est un bel effort tarifaire mais faudrait gouter pour confirmer. Et puis, un dernier pan original avec une « cuisine au fumoir »: volaille, bœuf et porc. Dont mon pulled work très à la mode et qui m’a sustenté avec un gentil plaisir. De l’échine de porc cuite lentement, confite à souhait et effilochée. Elle pousse sérieusement sur le fumé, beaucoup même. Marque de fabrique de la maison. A côté dans le même plateau: frites non épluchées ici aux reflets un peu vert mais convenables, sauce sucrée, salade verte fraiche avec cubes de tomate d’hiver et agréable huile d’olive, poêlée de légumes fumés eux aussi, ça fait quand même bizarre ce gout monochrome qui remplit tout, linéaire, qui efface la saveur de tout aussi. 14/20 et 14€ pour une assiette roborative qui ravira ceux qui aiment se remplir le potiron. Le café est raté, surtout pour 2,2€. Le jeune homme en charge d’un tas de choses ici est fort amical, aime son boulot.

      Difficile de juger le lieu dans une absence de rythme, je rappelle être le seul client dans la taule. Bref! Vu les efforts faits pour marketer le concept, que ce soit au niveau de la déco (intérieure), de l’enseigne, du concept alimentaire, on devrait rapidement voir apparaitre ailleurs des franchises de l’idée. Sauf si j’ai été enfumé: c’est ici ou jamais.