Le Mont Salva

3.5

LE MONT SALVA restaurant à SIX-FOURS - Le Bouche à OreilleTout là-haut et pourtant si proche des bateaux, très éloigné de Fontainebleau et quand il fait beau, c’est la ruée des initiés au « Mont Salva »: les tables sous les pins sont magnifiques! Quand la météo fait grimace en hiver, la cheminée se charge de vous remonter le moral avec la cuisine à la cheminée: véritable andouillette basque, côte de bœuf, gigot d’agneau à la broche… recettes qui côtoient les spécialités vissées à l’année comme les pieds paquets, la bouillabaisse ou le poisson en croute de sel. Chaque année à la même époque, Mauricette se visse l’appétit chez Yolande Lisbonne, son fils Loïc et toute l’épique. Pardon: l’équipe. Dans un cadre naturel au romantisme printanier, elle a dit: j’ai faim. Et quand Mauricette a faim, faut personne devant sinon ça la contrarie. Elle avait invité à déjeuner un jeunot de sa famille à l’air un peu mou et au grand appétit. Qui choisit direct le menu à 50€, comme la dame au chapeau vert. Devinez qui paye? Bibi! Cela dit ce menu est une véritable affaire. Entrées au choix. Dont un superbe « foie gras de canard maison, toasts », souple et de caractère, cuisiné au naturel, sel, poivre. Faire bref pour un cuisinier et un signe de sagesse. 15/20.

LE MONT SALVA restaurant à SIX-FOURS - Le Bouche à Oreille La « terrine de St-Jacques, corail sauce crustacés » est semblable à un soufflé, sauce née pour la gourmandise. A cœur, une St-Jacques entière fait coucou. Mauricette elle, fait « 15,5/20 ». Arrive le moment tant attendu pour les papilles et aussi pour l’œil: « poisson frais en croute de sel 800g à 1 kg suivant arrivage ». En l’occurrence un superbe bar de ligne, chair délicieuse, une incomparable cuisson. Le maitre d’hôtel Didier Soinard fait le spectacle en cassant la croûte, Mauricette et sa descendance font le reste en se régalant. 15/20. Impasse sur le plateau de fromages pourtant compris dans le menu, préférant une « tarte aux pommes » à 14,5/20 et un « café gourmand » qui fait le tour de la carte, dont une panacotta finement dopée à l’arôme pistache. Tout seul dans mon coin, les deux m’ont laissé devant un « pressé de lotte aux tomates confites, curry ». Belle idée sucrée-salée, terre et mer. 15/20. Et moi? Nouveauté avec la « bourride de filets de loup », un plat gourmand « à la cuillère », saveurs et rondeurs: on pige que le cuisinier goute ses sauces et ses jus. Sous des airs faussement détachés, Loïc Hilaire est un exigeant. Bref! La bourride de filet de loup? 15,5/20. Service sérieux, dans une forme de cérémonial à l’ancienne que Mauricette adore. Et toujours pas l’ombre d’un hamburger ou d’une pizza. Moralité: on fonce mes chevaliers!

LE MONT SALVA restaurant à SIX-FOURS - Le Bouche à Oreille

MARIAGES – DINER DANSANT – CAFE PHILO – DINER-CONCERT JAZZ