Le Court Circuit restaurant Marseille – Quartier de la ville délaissé depuis un petit moment par nos services. Une grande terrasse sur la place comme tous les autres désaffameurs en série du midi alignés en rang d’oignons sur la place Notre Dame du Mont. Pourtant, avec un peu de curiosité vous pouvez bénéficier d’un charmant patio au grand calme avec vigne vierge au dessus du chignon et vieux mûrier en coin, terrasse encadrée de vieilles pierres, on se croirait ailleurs mais non, on est bien ici. Ombre au tableau et ce n’est pas le mûrier, le plancher de bois érodé à force de pieds est garni de scories des précédents repas: bouts de serviettes, papiers d’emballage, résidus alimentaires pas encore bouffées par les moineaux et j’en passe.

Ça flingue un tantinet le fantasme d’éden. Dommage car le contexte “maison de ville” a du cachet. Bref! Pas de plat du jour, en tout cas je n’ai pas été informé. Ardoise sous-titrée “produits frais”. Ça va sûrement mieux en le criant. Aucune entrée pure mais quatre salades de 15€ et 17€, deux idées végé à 14€, et une huitaine de plats. Magret entier à 19€, des viandes rouges (entrecôte et côte de bœuf), burger 17€, thon poêlé 18€, souris d’agneau 18€… mes petits voyous j’opte pour un filet de loup bar garni d’un excellent gratin dauphinois que ça fait du bien à la tuyauterie. Cuit sur peau le poisson présente bien, mais on dirait comme du saumon archi-cuit du genre qui colle aux ratiches, façon thon en boite. C’est ballot de bâcler un joli savoir-faire. Quel intérêt de cuisinier du poisson frais si c’est pour le maltraiter de la sorte? Pour encore plus flinguer le plaisir, le chef zigouigouite son assiette de balsamique. C’est pas bon sur le poisson. Bref! 12/20 pour 16€.

Le taulier-serveur qui affiche une dégaine un peu blasée (en fait il n’en est rien) me propose un dessert à 6€, vanté “fait maison”. Du coup, je tente le fondant au chocolat pour rigoler un bon coup. Figurez-vous qu’il n’est pas mal du tout et même s’il arrive en 3 minutes il tient promesse en dégoulinant avantageusement. Maison ou pas: 13/20. Je paye à la caisse où la direction explique à un jeune serveur tonique dont c’est le 1er jour le comment du pourquoi, avec pédagogie et patience. L’étudiant saisonnier a l’œil vif, il comprendra vite la technique du job. Bref! Adresse avec un cuisinier qui sait des choses même si les produits “tradi” façon années 80/90 ne sont pas au goût du jour. Envie de revenir oui, mais quand l’aspirateur aura été passé.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 2/5★ Ψ½
Adresse
23 place Notre Dame du Mont
13006 MARSEILLE
Tél:04.91.47.22.02
Réseaux Sociaux :
Accueil:
13/20.
Service:
14/20
Qualité/prix:
12/20
Cadre:
14,5/20
Pain:
15/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
14/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : pas mal!
Spécialités
  • plats années 80/90
Menus
  • Ardoise
Fermetures
  • Fermeture se renseigner
Plus…
  • Terrasse devant et patio derrière
  • Accueil groupes
Sur place et...
A emporter
Livraison
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 2/5★ Ψ½
Adresse
23 place Notre Dame du Mont
13006 MARSEILLE
Tél:04.91.47.22.02
Réseaux Sociaux :
Accueil:
13/20.
Service:
14/20
Qualité/prix:
12/20
Cadre:
14,5/20
Pain:
15/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
14/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : pas mal!
Spécialités
  • plats années 80/90
Menus
  • Ardoise
Fermetures
  • Fermeture se renseigner
Plus…
  • Terrasse devant et patio derrière
  • Accueil groupes
Sur place et...
A emporter
Livraison

Le Court Circuit restaurant Marseille – Quartier de la ville délaissé depuis un petit moment par nos services. Une grande terrasse sur la place comme tous les autres désaffameurs en série du midi alignés en rang d’oignons sur la place Notre Dame du Mont. Pourtant, avec un peu de curiosité vous pouvez bénéficier d’un charmant patio au grand calme avec vigne vierge au dessus du chignon et vieux mûrier en coin, terrasse encadrée de vieilles pierres, on se croirait ailleurs mais non, on est bien ici. Ombre au tableau et ce n’est pas le mûrier, le plancher de bois érodé à force de pieds est garni de scories des précédents repas: bouts de serviettes, papiers d’emballage, résidus alimentaires pas encore bouffées par les moineaux et j’en passe.

Ça flingue un tantinet le fantasme d’éden. Dommage car le contexte “maison de ville” a du cachet. Bref! Pas de plat du jour, en tout cas je n’ai pas été informé. Ardoise sous-titrée “produits frais”. Ça va sûrement mieux en le criant. Aucune entrée pure mais quatre salades de 15€ et 17€, deux idées végé à 14€, et une huitaine de plats. Magret entier à 19€, des viandes rouges (entrecôte et côte de bœuf), burger 17€, thon poêlé 18€, souris d’agneau 18€… mes petits voyous j’opte pour un filet de loup bar garni d’un excellent gratin dauphinois que ça fait du bien à la tuyauterie. Cuit sur peau le poisson présente bien, mais on dirait comme du saumon archi-cuit du genre qui colle aux ratiches, façon thon en boite. C’est ballot de bâcler un joli savoir-faire. Quel intérêt de cuisinier du poisson frais si c’est pour le maltraiter de la sorte? Pour encore plus flinguer le plaisir, le chef zigouigouite son assiette de balsamique. C’est pas bon sur le poisson. Bref! 12/20 pour 16€.

Le taulier-serveur qui affiche une dégaine un peu blasée (en fait il n’en est rien) me propose un dessert à 6€, vanté “fait maison”. Du coup, je tente le fondant au chocolat pour rigoler un bon coup. Figurez-vous qu’il n’est pas mal du tout et même s’il arrive en 3 minutes il tient promesse en dégoulinant avantageusement. Maison ou pas: 13/20. Je paye à la caisse où la direction explique à un jeune serveur tonique dont c’est le 1er jour le comment du pourquoi, avec pédagogie et patience. L’étudiant saisonnier a l’œil vif, il comprendra vite la technique du job. Bref! Adresse avec un cuisinier qui sait des choses même si les produits “tradi” façon années 80/90 ne sont pas au goût du jour. Envie de revenir oui, mais quand l’aspirateur aura été passé.