LE BISTROT BIANCA restaurant Rousset – Un grand parking poussiéreux comme dans les films de Clint Eastwood avec à la place des Mustang et des 4X4 Ford, des Fiat panda et des Renault Scenic. Le ranch, je veux dire le restaurant, a été retapé pour être visuellement acceptable.

Moi l’étranger, j’entre. Lui: “c’est pour manger ou pour un sondage?”. Je sens qu’on va rigoler. Dans un reflexe probablement idiot dû à l’inattendu d’un accueil qu’on mesurera comme familial pour être gentil, j’ai répondu “les deux”. Je sais, c’est nul. On sent vite l’esprit de “routier” dans la maison, bar et piliers. J’ai rien contre, au contraire. Sauf que là, pas de menu économiquement efficace pour sustenter l’affamé-bulldozer qui fuit les alimentations urbaines à la mode du colibri dépressif pour vivre un gavage en bonne forme qui lui calera les culbuteurs jusqu’au lendemain à la même heure. Bref: ici aucun repas à 14€ avec buffet d’entrées, plat au choix, fromage et dessert, ¼ de vin et café. Nan.

Mais une courte ardoise de 5 plats pour faire comme les restaurants à la mode qui vous implosent la CB: spaghettis carbonara à 12€, tartare de bœuf à 18€ (paf), hamburger à 18€ (boum), côte de bœuf à 26€ et… “escalopes de veau” à 17€. Pourquoi pas. Plutôt sympa, le taulier à qui je demande la qualité de la garniture, file se renseigner en cuisine. J’entends brailler une voix féminine des cuisines: “et jeu mets ce que je veuuux comme garnitureuuu!..” sur le ton de la galéjade! Qu’est-ce que j’ai ri! Un peu gênée de son trait de spontanéité, la cuisinière sortira pour s’excuser: j’avais bien compris son trait d’humour! Du coup, mis dans de bonnes dispositions, je pensais me régaler. Sauf qu’arrive l’assiette. Bon sang. Deux escalopes milanaises panées (oui: deux) micro-ondées de frais et pâles comme deux blancs de dinde de la Timone, recouvertes de grosses lamelles de parmesan froid.

C’est pas bon. Les frites fraiches maison sur-vantées par le patron sont grasses et molles. En prime, une verrine dans l’idée de caponata ratée avec du poivron qui pollue le reste, le poivron est une ineptie dans la caponata. Feuilles de salades fraiches en pleine forme, un peu amères. J’ai mangé ce que je pouvais pour ne pas éveiller les soupçons. 17€ pour 8/20. On en sort pourtant avec le sourire grâce à cet esprit insufflé de facéties et boutades permanentes d’un taulier qui sait être sympathique même s’il vous emplafonne le crapaud avec des tarifs bien trop élevés pour la qualité de cuisine prodiguée.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 0.5/5★ 0
Adresse
RN7 Quartier Les Prés
13790 ROUSSET
Tél:06.13.22.61.38
Mobile:06.18.91.01.39
Réseaux Sociaux :
Accueil:
12/20
Service:
13/20
Qualité/prix:
9/20
Cadre:
14/20
Pain:
14/20
Café: Lavazza 2€
14/20
Toilettes:
14/20
Aux fourneaux
  • Chef : joyeuse!
Spécialités
  • les frites selon le patron
Menus
  • Ardoise
Fermetures
  • Fermeture se renseigner
Plus…
  • Terrasse
  • Parking
  • Soirées