La Renommée restaurant à La Roque d’Anthéron – On ne sonnera pas les trompettes de la Renommée pour cette fois dans le village. Ni la grande, ni la petite. Juste après son salut obligé, le 1er propos du jeune repreneur de l’adresse à qui je demande le nom du précédent taulier me répond: “Chez César, et j’espère que vous n’y avez pas mangé, les cuisines étaient pourries”. Ben dis donc. Mettons la bévue sur le compte de l’excitation d’une (petite) terrasse comble et de l’impulsivité d’une jeunesse qui doit bien se passer. Point de vue choix de plats, au lieu d’aller me chercher l’ardoise, le jeune homme me la récite. Il croit gagner du temps: il en perd. Et puis moi quand le propos ressemble à la messe, au bout d’un moment je décroche.

J’aurais même pu dormir. Pourtant, seulement une entrée et trois plats. J’opte pour les côtelettes d’agneau de Sisteron pommes de terre sautées annoncées. M’arrive une assiette avec sa jolie salade verte qui déborde, une côtelette trop cuite et une chop d’agneau, une “côte-filet” si vous préférez. Quand j’ai vu ce truc énorme, j’ai pensé à du mouton. Et ben non. C’est un agneau costaud, peut-être du broutard mais il ne sent pas fort. Viande un peu duraille, pas agréable. D’autant qu’elle fait la luge sur la surabondante sauce vinaigrette de la salade. Grosses patates des familles avec peau, persil frais. En lisant l’ardoise plus tard en sortant, il parait que la viande était marinée au miel et à l’origan. Oubli dans le descriptif qui confirme les limites de la tradition orale d’énoncé de plats dans le détail. Bref: ça ne casse pas trois pattes à un agneau! 11/20 et 18€ quand même. Un dessert pour voir. Impossible de savoir le prix. L’aventure. Le serveur en second m’amène une fort jolie “salade de fruits fraises et framboise”. C’est une erreur, il reprend l’assiette.

Pour m’amener quatre-quart perdu et ses fruits frais. Encore plus joli! De la couleur, du dressage, des coupes précises des fruits: pêche blanche, framboises, abricot. Le biscuit est identique à une pâte à savarin… ratée. Comme un baba farineux. Dommage car l’effort d’originalité est louable. 13/20. Et seulement 6€ au final. Comme quoi je suis mauvaise langue. Oui, je sais. Bilan: cafouilleux du service, cuisine familiale simple à prix pas donnés sauf le dessert, appliqué. Les tarifs des boissons sont mentionnés à la craie sur la façade du comptoir, si tu manges dehors, pochette surprise. Autrement dit, quelques réglages sont à envisager pour ce bistrot qui cuisine du frais, ce qui est un bon début.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 2/5★ Ψ½
Adresse
16 rue de l'Église
13640 LA ROQUE D'ANTHÉRON
Tél:04.42.59.68.49
Réseaux Sociaux :
Accueil:
13/20
Service:
13/20
Qualité/prix:
12/20
Cadre:
15/20
Pain:
15/20
Café:1,5€ pas pris
Thé:
Toilettes:
15,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
    Spécialités
    • pas de tarifs, plats annoncés à la voix
    Menus
      Fermetures
        Plus…
          Sur place et...
          A emporter
          Livraison
          - Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 2/5★ Ψ½
          Adresse
          16 rue de l'Église
          13640 LA ROQUE D'ANTHÉRON
          Tél:04.42.59.68.49
          Réseaux Sociaux :
          Accueil:
          13/20
          Service:
          13/20
          Qualité/prix:
          12/20
          Cadre:
          15/20
          Pain:
          15/20
          Café:1,5€ pas pris
          Thé:
          Toilettes:
          15,5/20
          Vin:
          Environnement:
          Aux fourneaux
            Spécialités
            • pas de tarifs, plats annoncés à la voix
            Menus
              Fermetures
                Plus…
                  Sur place et...
                  A emporter
                  Livraison

                  La Renommée restaurant à La Roque d’Anthéron – On ne sonnera pas les trompettes de la Renommée pour cette fois dans le village. Ni la grande, ni la petite. Juste après son salut obligé, le 1er propos du jeune repreneur de l’adresse à qui je demande le nom du précédent taulier me répond: “Chez César, et j’espère que vous n’y avez pas mangé, les cuisines étaient pourries”. Ben dis donc. Mettons la bévue sur le compte de l’excitation d’une (petite) terrasse comble et de l’impulsivité d’une jeunesse qui doit bien se passer. Point de vue choix de plats, au lieu d’aller me chercher l’ardoise, le jeune homme me la récite. Il croit gagner du temps: il en perd. Et puis moi quand le propos ressemble à la messe, au bout d’un moment je décroche.

                  J’aurais même pu dormir. Pourtant, seulement une entrée et trois plats. J’opte pour les côtelettes d’agneau de Sisteron pommes de terre sautées annoncées. M’arrive une assiette avec sa jolie salade verte qui déborde, une côtelette trop cuite et une chop d’agneau, une “côte-filet” si vous préférez. Quand j’ai vu ce truc énorme, j’ai pensé à du mouton. Et ben non. C’est un agneau costaud, peut-être du broutard mais il ne sent pas fort. Viande un peu duraille, pas agréable. D’autant qu’elle fait la luge sur la surabondante sauce vinaigrette de la salade. Grosses patates des familles avec peau, persil frais. En lisant l’ardoise plus tard en sortant, il parait que la viande était marinée au miel et à l’origan. Oubli dans le descriptif qui confirme les limites de la tradition orale d’énoncé de plats dans le détail. Bref: ça ne casse pas trois pattes à un agneau! 11/20 et 18€ quand même. Un dessert pour voir. Impossible de savoir le prix. L’aventure. Le serveur en second m’amène une fort jolie “salade de fruits fraises et framboise”. C’est une erreur, il reprend l’assiette.

                  Pour m’amener quatre-quart perdu et ses fruits frais. Encore plus joli! De la couleur, du dressage, des coupes précises des fruits: pêche blanche, framboises, abricot. Le biscuit est identique à une pâte à savarin… ratée. Comme un baba farineux. Dommage car l’effort d’originalité est louable. 13/20. Et seulement 6€ au final. Comme quoi je suis mauvaise langue. Oui, je sais. Bilan: cafouilleux du service, cuisine familiale simple à prix pas donnés sauf le dessert, appliqué. Les tarifs des boissons sont mentionnés à la craie sur la façade du comptoir, si tu manges dehors, pochette surprise. Autrement dit, quelques réglages sont à envisager pour ce bistrot qui cuisine du frais, ce qui est un bon début.