La Reine Jane

3

Rénovation récente et réussie de cet hôtel des années 50.

De dehors on le suppose, à l’intérieur: on le constate. Très joli, même si ça fleure bon le démonstratif visuel sous alibi culturel. J’y suis entré, je devrais dire rentré puisque je connaissais les prédécesseurs, pour déjeuner un de ces midis de semaine de début de saison estivale. Tiens? Je reconnais le maitre d’hôtel et il me reconnait aussi! C’est embêtant. Les aléas de mon métier. Un jeune sérieux mais je sais bien qu’à partir de là, plus rien ne sera comme avant pour mon test. Il a loyalement passé la consigne de vigilance en cuisine et en salle, elles sont au moins 3 ou 4 employées ou apprenties. Au total, on m’a demandé cinq fois « si ça a été », ce qui est beaucoup. J’ai bien ri. Enfin bon.

A la carte, plats cuisinés et plats à la mode. Entrées de 13€ (huitres) à 20€ (planche de jambon ibérique), deux viandes (maison Metzger) dont un filet de poulet à 21€ et le soir, une bavette en tagliata facturée 24€ (boum) deux risottos à 21€ et 24€. Tartare de bœuf à 19€. Aussi, une carte de cuisine thaï à des prix défiants toute concurrence… mais dans l’autre sens! Avec entre-autre la fameuse soupe de crevettes, coco et citronnelle vendue 19€! Pan dans le Baht! Soit deux fois plus chère qu’une excellente fréquentée par ailleurs! Quand on sait que cette cuisine est déjà particulièrement rentable avec des tarifs sages… Bref! Quand même pas donné mais si l’assiette est bonne, le plan n’est jamais mauvais: faut bien financer les investissements dans le décorum. Alors « dos de cabillaud en croute de noix mélangées sur lit de courgette à la menthe ». Poisson frais, resté nacré et souple après cuisson, un bonheur.

Tartiné épais de noix pilées un peu arides en bouche, le tout posé sur un lit de courgettes jaunes et vertes à l’huile d’olive, courgette très croquante. Pas mal et heureusement, l’assiette est chaude. C’était bien, contrôlé… et servi au guéridon pour faire grand genre, j’ai failli pouffer! Les avantages d’un repas non-anonyme, c’est rigolo. Bref! 21€ pour 14,5/20 pas donné. Un dessert à 7€, les autres à 9€. Pas pris de dessert. Mais un café Henri Blanc à 2,30€. Henri Blanc correct pour une fois. A ce prix, c’est la moindre des choses. A noter le prix du menu enfant: 18€. Autant vous dire que l’opération incite à laisser vos chiards à la baby-sitter, ce qui est peut-être la volonté masquée de la direction. Finissons avec une note positive: ça fait quand même plaisir quand les investisseurs de la restauration tirent vers le haut alors que le marché incite à tirer vers le bas.