La Fougassine restaurant Saint-Maximin Vous passerez mille fois devant en errant dans les rues piétonnes de la vieille ville. Un jour, peut-être même que vous entrerez. C’est tout le bien qu’on vous souhaite avec Mauricette. Cet estaminet aux airs d’épiceries des années 50 (c’en est d’ailleurs une!) a l’air de rien ou pas grand-chose mais c’est un peu trompeur. Il se trouve qu’on y trouve une bonne et saine cuisine. Une entrée comptoir-fouillis, empilages divers, rayons bourrés et vitrines garnies. Dedans, un couple vous donne espoir en la nature humaine.

Il était temps, je commençais à sérieusement douter. Lui presque sexagénaire à lunettes, physique sec contrairement à son esprit est arrivé de Franche-Comté voilà pas mal d’années. Un joli jour de printemps ou pas, il rencontre la méridionale Nathalie. Quand les deux se causent dans le croquignolet estanco, accents et intonations se carambolent joliment! Bref! Curieux lieu, avec une salle au fond. Sauf si vous préférez la terrasse sur la placette et ses tilleuls. C’est vous qui voyez. Avec Mauricette, on ne savait pas trop à quelle sauce on allait être boulottés! Le dab commence par une déclaration du menu ardoisé force explications! Mauricette choisit la caponata sicilienne! Comme elle dit souvent : “une ratatouille mais en meilleur!” Pas de poivron qui donne son goût à tous les légumes du voisinage! A déguster vinaigré, froid ou tiède! 14,5/20 et… 5€! A propos de vinaigre: j’ai visé œuf au vinaigre. Un caquelon avec l’œuf cuit façon brouillade, un jaune coulant ajouté à la fin pour faire plaisir au vieux croulant que je suis. Dans un finaud esprit de contrebande, le gourmet taulier me propose du vinaigre de vin de paille à goutter dessus. Ça change du balsamique italien traficoté! Bravo! 14/20! Nos plats? Virée viandarde à nous deux! Entrecôte pommes Robuchon à 12,50€ pour la dame au chapeau vert! La présentation reste celle d’une cuisine simple, mais la qualité du produit est bien là! Beau morceau! 14/20. Ma côte de cochon de qualité est un régal.

Faut savoir que le porc, je peux plus, j’évite généralement. Olivier Goulut m’a convaincu. Morceau épais, pas une côtelette de musaraigne découpée par un comptable radin. Chair souple après cuisson, extra. Garniture travaillée: patates colorées à la poêle et fregola sardes cuisinées à la bière IPA… cherchez un peu, je vais pas tout faire non plus! Le boucher est un voisin! 14,5/20. Afin d’éviter tous conflits supplémentaires avec mon médecin, pas de desserts. Voilà. Découverte d’un couple attachant et détaché des contingences communes de la restauration dite “commerciale”. Qui n’a pas investi dans des rideaux en soie chinois Brocarde Yun du Nanjing, ni dans des fauteuils en peaux de zébu du Botswana. Tout est dans l’assiette et dans la saine humanité. On prend.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 4/5★ ΨΨ
Adresse
8 place Martin Bidouré
83470 SAINT-MAXIMIN-LA-SAINTE-BAUME
Tél:04.94.59.42.23
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14/20
Service:
14/20
Qualité/prix:
15/20
Cadre:
12/20
Pain:
13/20
Café:
10/20
Thé:
Toilettes:
14/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Olivier Goulut
Spécialités
  • cuisine du marché
Menus
  • Entrées dès 5€
  • Plats dès 7,5€
  • Végétarien friendly
Fermetures
  • Fermeture: se renseigner
  • Pas de CB
Plus…
  • Epicerie
  • Terrasse
Sur place et...
A emporter
Livraison
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 4/5★ ΨΨ
Adresse
8 place Martin Bidouré
83470 SAINT-MAXIMIN-LA-SAINTE-BAUME
Tél:04.94.59.42.23
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14/20
Service:
14/20
Qualité/prix:
15/20
Cadre:
12/20
Pain:
13/20
Café:
10/20
Thé:
Toilettes:
14/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Olivier Goulut
Spécialités
  • cuisine du marché
Menus
  • Entrées dès 5€
  • Plats dès 7,5€
  • Végétarien friendly
Fermetures
  • Fermeture: se renseigner
  • Pas de CB
Plus…
  • Epicerie
  • Terrasse
Sur place et...
A emporter
Livraison

La Fougassine restaurant Saint-Maximin Vous passerez mille fois devant en errant dans les rues piétonnes de la vieille ville. Un jour, peut-être même que vous entrerez. C’est tout le bien qu’on vous souhaite avec Mauricette. Cet estaminet aux airs d’épiceries des années 50 (c’en est d’ailleurs une!) a l’air de rien ou pas grand-chose mais c’est un peu trompeur. Il se trouve qu’on y trouve une bonne et saine cuisine. Une entrée comptoir-fouillis, empilages divers, rayons bourrés et vitrines garnies. Dedans, un couple vous donne espoir en la nature humaine.

Il était temps, je commençais à sérieusement douter. Lui presque sexagénaire à lunettes, physique sec contrairement à son esprit est arrivé de Franche-Comté voilà pas mal d’années. Un joli jour de printemps ou pas, il rencontre la méridionale Nathalie. Quand les deux se causent dans le croquignolet estanco, accents et intonations se carambolent joliment! Bref! Curieux lieu, avec une salle au fond. Sauf si vous préférez la terrasse sur la placette et ses tilleuls. C’est vous qui voyez. Avec Mauricette, on ne savait pas trop à quelle sauce on allait être boulottés! Le dab commence par une déclaration du menu ardoisé force explications! Mauricette choisit la caponata sicilienne! Comme elle dit souvent : “une ratatouille mais en meilleur!” Pas de poivron qui donne son goût à tous les légumes du voisinage! A déguster vinaigré, froid ou tiède! 14,5/20 et… 5€! A propos de vinaigre: j’ai visé œuf au vinaigre. Un caquelon avec l’œuf cuit façon brouillade, un jaune coulant ajouté à la fin pour faire plaisir au vieux croulant que je suis. Dans un finaud esprit de contrebande, le gourmet taulier me propose du vinaigre de vin de paille à goutter dessus. Ça change du balsamique italien traficoté! Bravo! 14/20! Nos plats? Virée viandarde à nous deux! Entrecôte pommes Robuchon à 12,50€ pour la dame au chapeau vert! La présentation reste celle d’une cuisine simple, mais la qualité du produit est bien là! Beau morceau! 14/20. Ma côte de cochon de qualité est un régal.

Faut savoir que le porc, je peux plus, j’évite généralement. Olivier Goulut m’a convaincu. Morceau épais, pas une côtelette de musaraigne découpée par un comptable radin. Chair souple après cuisson, extra. Garniture travaillée: patates colorées à la poêle et fregola sardes cuisinées à la bière IPA… cherchez un peu, je vais pas tout faire non plus! Le boucher est un voisin! 14,5/20. Afin d’éviter tous conflits supplémentaires avec mon médecin, pas de desserts. Voilà. Découverte d’un couple attachant et détaché des contingences communes de la restauration dite “commerciale”. Qui n’a pas investi dans des rideaux en soie chinois Brocarde Yun du Nanjing, ni dans des fauteuils en peaux de zébu du Botswana. Tout est dans l’assiette et dans la saine humanité. On prend.