La Carta

0.5

Grosse désillusion à « La Carta »!

Alors que je me trimballais au fond de la calebasse un joli souvenir de cuisine simple et sans prétention, sinon celle de sustenter le chaland en l’éloignant prudemment du port et de ses avanies. Autant vous dire que désormais et quitte à boulotter du mauvais, vous pouvez rester au bord de l’eau. Le seul intérêt est devenu ici la place pour la bagnole. Le serveur est complètement détaché de sa mission, heureusement qu’un responsable surveille l’oiseau, compense, bouche les trous, comme résolu à « faire avec ». Enfin bon. La carte s’est appauvrie en qualité, mais étirée en quantité. Fini le filet de bœuf sauce au poivre, alouettes de bœuf à l’ancienne, filet de loup de mer… Reste les pieds paquets et l’escalope de veau et encore, faudrait goûter. Bref!

Une douzaine d’entrées de 11,50€ à 16,90€, 4 tagliatelles à 11,50€, 4 poissons ou assimilés, une quinzaine de viandes dont un burger. Et un tas de formules. Dont celle du jour à 14,50€ avec en entrée une « terrine de campagne » avec à côté tomate de serre pas bonne, feuille de salade et râpures de carotte, un demi-œuf dur. Vive le cornichon, beurk les deux mauvaises olives noires. Que dire sur cette terrine grasse faite ailleurs, morne? 11/20. Le plat du jour est « colin sauce oseille ». Taquin, je m’amuse à demander au serveur confiné dans une mission sans âme s’il s’agit de « poisson frais »: « oui oui bien sûr, tout est frais ici ». Une assiette carrée transparente, avec ses bouts de poisson décongelés, pochés dans l’eau chaude. Recouvert de crème pour cacher la misère dont le riz. Tiens? Des râpures de carottes, encore. Ça met de la couleur. 7/20.

Pas de miracle pour « l’ile flottante », les caractéristiques habituelles du blanc au gout de polystyrène, 9/20. Pas de café. Mais une demie Sanpé à « seulement » 3€. Dommage, l’environnement intérieur comme l’extérieur se sont enjolivés, confirmant que la direction a choisi d’investir dans les rideaux et le décorum plutôt que de jouer le jeu d’une assiette de qualité. Si c’est pour manger la même chose que dans les franchises, je ne vois pas tellement l’intérêt de conseiller l’endroit désormais. Je le dis avec un peu de tristesse. Ya rien qui dure toujours.