Hôtel Mercure Restaurant Victor

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 3/5★ ΨΨ
3

HOTEL MERCURE RESTAURANT VICTOR Hyeres – La grande mode du moment dans la restauration! Comme les pickles dans les assiettes et les tatakis de toutes sortes! J’évoque ici les chaines d’hôtels qui à force de perdre des clients à leurs fréquentes tables médiocres, évitent désormais soigneusement de citer l’enseigne dans leur communication, ici Mercure du groupe Accor.

Avant ça s’appelait « L’Escale » et voici désormais « restaurant Victor » à Hyères, une probable référence à l’histoire de la ville. Super, du nouveau, ou presque. Sur place et même en arrivant en pleine nuit phares éteints, faudrait être sourd des mirettes pour ne pas voir qu’il s’agit d’un hôtel Mercure avec ses enseignes caractéristiques qu’on voit de la lune. Un non-accueil dépressif d’hôtel conforme au genre, moquette sous les pieds et Richard Clayderman dans les esgourdes. Sauf que plus loin côté restaurant: on sourit. Belle salle ouverte sur une terrasse avec piscine. Je suis bien. La carte des plats: 4 entrées de 9€ (sardines snackées au pesto), 4 plats dès 15€ (poulet Victor), 5 desserts de 6€ à 8€, et un fromage. J’ai bien failli me laisser tenter par les St-Jacques au Noilly avec linguines à 18€: noix américaines en saison des noix françaises au même prix voire moins. Cela dit, les tarifs sont positionnés de façon à ce que le client laisse une chance à l’établissement. Pas bête.

Faut donc qu’il fasse ses preuves. Alors le menu du jour à 20€. Ça commence plutôt mal! Mi-novembre: « tomates mozza burrata ». Bon sang. Ça fout les jetons. En fait, à l’œil cette entrée soignée a un certain cachet, le cuisinier est malin et s’accommode des produits qu’on lui met dans les pattes. Tomate débitée en cubes, travaillées avec oignon façon vinaigrette, une demi-burrata saupoudrée de sésame noir, un bout de jambon. Pas mal, jolie débrouille cosmétique: 14,5/20. Moins d’à-propos avec la « bavette à l’échalotte, gratin dauphinois et fenouille braisé » en français dans le texte. Viande tendre et copieuse, cuite saignante comme demandée. Le problème est que la sauce, c’est comme de l’eau. Un jus éteint, de la flotte ou baigne l’échalote. Gratin convenable, bout de fenouil tristounet, comme tombé par hasard dans l’assiette, bonjour à tous, je me présente, je suis fenouil, quelqu’un peut-il me dire ce que je fous ici? Détail important: l’assiette est chaude. 12/20.

Dessert en possibilité unique: « crème brulé » est écrit. Elle est infiniment meilleure en bouche qu’orthographiée sur l’ardoise. 14/20. Café cher (2,4€) et pain varié, entre tranches sèches de la veille et petits pains du petit-déjeuner. Service au féminin visiblement aimable, entre apprentie et responsable. Volonté d’humaniser la prestation avec une exposition de produits, conserves, confitures et produits du terroir. Pour tout vous dire, Victor est sur la bonne voie pour un restaurant d’hôtel Mercure, par Jupiter!