Bec restaurant à Paradou – L’accueil et le service sont du pur bonheur! Tout en restant scotchée dans le cadre des attributions attendues d’une stricte gastronomie, la jeune patronne est rieuse et humaine, je veux dire pas rigide comme les coincés du genre qui vous défrisent la quenelle. Gloire à elle. Gastronomie oui, on comprend vite l’ambition de la maison. A lire la carte, le chef se positionne, tape fort pour se faire entendre y compris par les guides, en tous cas les “guides sérieux” nationaux et internationaux. Pas les petits guides de Province. Sauf que c’est pas le tout d’avoir l’ambition d’un conquistador en alignant un CV avec des paillettes sur son propre site internet, faut assurer au quotidien sous peine d’être un éternel talent prometteur. Le petit menu vendu 32€ promettait la belle affaire avec ses plats dérivés de la carte, principe connu permettant au cuisinier d’en faire tourner les produits. Mises en bouche agréables quoique peu pratiques à boulotter: caviar d’aubergine, sumac et œufs de truite et l’autre tempura de riz avec maquereau au curry. 15/20. Beurre sur table (j’adore), ici une quenelle de beurre aux olives noires et sel de Maldon. Un sel anglais. Pain fameux. Entrée poireau/moutarde/herbes fraîches douée! Poireau traité en plusieurs façons, moutarde citronnée culottée, tuiles de sarrasin, des herbes. Idée bien dressée et grassouillette qui vous déride les gencives: 15,5/20. Suite: thonine/tomate/olive verte. Tranche de thonine saupoudrée de poudre d’olive verte torréfiée, morceau d’un centimètre d’épaisseur snacké, rouge à cœur: parfait! Sauf qu’il renifle un peu sous les ailerons et est infiniment trop salé. Tranche posée sur un lit de riz avec anchois, très salé aussi. Lui-même posé sur une crème de tomate travaillée avec gingembre, très salée encore. Une bouchée de chaque étage (3). Je freine des 4 fers, alors la patronne visiblement gênée ramène l’assiette en cuisine et revient avec en me confirmant l’avoir essayé avec le chef: “le plat a un goût normal”. Je ne le suis donc pas. 7/20 pour le plat normal. On me propose en compensation pour la gêne occasionnée, un petit plateau de fromages assez parfait dans sa diversité, je vous conseille notamment le Leicester affiné 18 mois dans sa cire rouge foncée. 14,5/20. Dessert: je m’attendais à mieux vu l’ambition de la maison! Saint-Honoré/sésame/raisin. Enervantes annonces informatiques des intitulés. Oui mais c’est la mode. Enfin c’était. Donc: base pâte feuilletée blanche et molle, 3 choux alignés avec sésame blanc collé sur le caramel, chantilly. Pas vu de crème pâtissière. Trois grains de raisin rouge coupés en deux. 13/20 et 12€ à la carte quand même! 32€, c’est le prix possible d’une pizza, d’un tiramisu et d’un café dans une obscure qui ne prends pas la CB. Ça peut être aussi une régalade dans un véritable restaurant, encore faut-il que le chef arrête de se mordre le chinois dans un délire de recettes qui rivalisent de postures.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 2/5★ ΨΨ
Adresse
55 avenue de la Vallée des Baux
13520 PARADOU
Tél:04.86.63.57.52
Site : www.bec-restaurant.com
Réseaux Sociaux :
Accueil:
16/20.
Service:
17/20
Qualité/prix:
12/20
Cadre:
18/20
Pain:
15,5/20
Café:Illy 2,5€
16/20
Thé:
Toilettes:
16/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Edouard Beaufils
Spécialités
  • gastronomique
Menus
  • 32€ et 55€
  • Carte
Fermetures
  • Fermé dimanche soir, le lundi et le jeudi
Plus…
  • Terrasse
  • Parking
Sur place et...
A emporter
Livraison

Les plus proches



Warning: deg2rad() expects parameter 1 to be float, string given in /home/sites/www.le-bouche-a-oreille.com/web/wp-content/themes/Avada-Child-Theme/functions.php on line 309

LE CAFÉ CASTILLON

LA FLEUR DE THYM

AU RESTO LES FILLES

LA BENVENGUDO

Brasserie des Canisses

CÔTÉ MER LA BOUILLABAISSE

LA BERGERIE DES ALPILLES GOLF DE SERVANES

Auberge du Sommelier

ANTICO MULINO

JANA LA CUISINE DU VOYAGE

LE BISTROT DE LA GALINE

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 2/5★ ΨΨ
Adresse
55 avenue de la Vallée des Baux
13520 PARADOU
Tél:04.86.63.57.52
Site : www.bec-restaurant.com
Réseaux Sociaux :
Accueil:
16/20.
Service:
17/20
Qualité/prix:
12/20
Cadre:
18/20
Pain:
15,5/20
Café:Illy 2,5€
16/20
Thé:
Toilettes:
16/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Edouard Beaufils
Spécialités
  • gastronomique
Menus
  • 32€ et 55€
  • Carte
Fermetures
  • Fermé dimanche soir, le lundi et le jeudi
Plus…
  • Terrasse
  • Parking
Sur place et...
A emporter
Livraison

Les plus proches



Warning: deg2rad() expects parameter 1 to be float, string given in /home/sites/www.le-bouche-a-oreille.com/web/wp-content/themes/Avada-Child-Theme/functions.php on line 309

LE CAFÉ CASTILLON

LA FLEUR DE THYM

AU RESTO LES FILLES

LA BENVENGUDO

Brasserie des Canisses

CÔTÉ MER LA BOUILLABAISSE

LA BERGERIE DES ALPILLES GOLF DE SERVANES

Auberge du Sommelier

ANTICO MULINO

JANA LA CUISINE DU VOYAGE

LE BISTROT DE LA GALINE

Bec restaurant à Paradou – L’accueil et le service sont du pur bonheur! Tout en restant scotchée dans le cadre des attributions attendues d’une stricte gastronomie, la jeune patronne est rieuse et humaine, je veux dire pas rigide comme les coincés du genre qui vous défrisent la quenelle. Gloire à elle. Gastronomie oui, on comprend vite l’ambition de la maison. A lire la carte, le chef se positionne, tape fort pour se faire entendre y compris par les guides, en tous cas les “guides sérieux” nationaux et internationaux. Pas les petits guides de Province. Sauf que c’est pas le tout d’avoir l’ambition d’un conquistador en alignant un CV avec des paillettes sur son propre site internet, faut assurer au quotidien sous peine d’être un éternel talent prometteur. Le petit menu vendu 32€ promettait la belle affaire avec ses plats dérivés de la carte, principe connu permettant au cuisinier d’en faire tourner les produits. Mises en bouche agréables quoique peu pratiques à boulotter: caviar d’aubergine, sumac et œufs de truite et l’autre tempura de riz avec maquereau au curry. 15/20. Beurre sur table (j’adore), ici une quenelle de beurre aux olives noires et sel de Maldon. Un sel anglais. Pain fameux. Entrée poireau/moutarde/herbes fraîches douée! Poireau traité en plusieurs façons, moutarde citronnée culottée, tuiles de sarrasin, des herbes. Idée bien dressée et grassouillette qui vous déride les gencives: 15,5/20. Suite: thonine/tomate/olive verte. Tranche de thonine saupoudrée de poudre d’olive verte torréfiée, morceau d’un centimètre d’épaisseur snacké, rouge à cœur: parfait! Sauf qu’il renifle un peu sous les ailerons et est infiniment trop salé. Tranche posée sur un lit de riz avec anchois, très salé aussi. Lui-même posé sur une crème de tomate travaillée avec gingembre, très salée encore. Une bouchée de chaque étage (3). Je freine des 4 fers, alors la patronne visiblement gênée ramène l’assiette en cuisine et revient avec en me confirmant l’avoir essayé avec le chef: “le plat a un goût normal”. Je ne le suis donc pas. 7/20 pour le plat normal. On me propose en compensation pour la gêne occasionnée, un petit plateau de fromages assez parfait dans sa diversité, je vous conseille notamment le Leicester affiné 18 mois dans sa cire rouge foncée. 14,5/20. Dessert: je m’attendais à mieux vu l’ambition de la maison! Saint-Honoré/sésame/raisin. Enervantes annonces informatiques des intitulés. Oui mais c’est la mode. Enfin c’était. Donc: base pâte feuilletée blanche et molle, 3 choux alignés avec sésame blanc collé sur le caramel, chantilly. Pas vu de crème pâtissière. Trois grains de raisin rouge coupés en deux. 13/20 et 12€ à la carte quand même! 32€, c’est le prix possible d’une pizza, d’un tiramisu et d’un café dans une obscure qui ne prends pas la CB. Ça peut être aussi une régalade dans un véritable restaurant, encore faut-il que le chef arrête de se mordre le chinois dans un délire de recettes qui rivalisent de postures.