Au Petit Nouveau restaurant à La-Valette-du-Var – Centre-village, planqué comme une bergerie qu’il faut chercher dans la montagne corse alors même qu’il n’existe qu’une seule route. Au sous-sol, belle salle voûtée de pierre. Elle accueille la vingtaine de veinards (au moins) quand la météo contrarie les projets de repas en terrasse sous les arbres, au calme. Juste une table ou deux face au bar (belle collec’ de whiskys!) mitoyen de la cuisine.

L’ardoise nous exonère de la frime balnéaire, et de la récitation modeuse de banalités assommantes qui ne valent pas un clou, fut-il de girofle. Elle bouge chaque semaine, intitulés modestes: assiettes de charcuteries et de fromages, tartare de thon, antispasti, burrata en salade, côte d’agneau, côte de veau, côte de bœuf au poids, entrecôte de bœuf. Sauf qu’en causant avec le trentenaire de cuisinier qui aime sortir du trou, on pige le gros lot avec du produit de 1ère main: agneau du Quercy, bœuf Aberdeen (Angus), thon de ligne de Hyères, burrata des Pouilles 250 grammes au lait de bufflonne etc. J’ai les crocs en ébullition quand j’entends en cuisine le chef aiguiser ses couteaux pour tailler ma côte de cochon fermier! Boudiou! Hé bé ouééé: le chef reçoit les trains arrières des bestiaux puis débite lui-même la barbaque à la demande! Côte de cochon épaisse de 3 ou 4 centimètres, amis du groin si vous passez dans le coin, faut lui serrer la main! Poêle brûlante, le chef arrose ma viande à la cuillère, la caresse. Rien de tel pour la couleur et les saveurs! Pendant ce temps, je tâte du beignet corse à la brousse avec deux feuilles de salade, bonne huile d’olive, du genre montagnard roboratif. 14,5/20. Arrive ma viande dorée et un gras doux comme la moelle, des frites fraîches croustillantes un peu cuites! En principe on bénéficie de pommes grenailles de Noirmoutier au beurre… absentes ce jour! J’ai loupé ça! Ramequin de salade verte à l’huile d’olive de Taurenne d’Aups (rien que ça). La maison ne fait pas dans le maigriot! Je me régale le tiroir pour 14€! Boing! Et 14,5/20, à coup sûr le 15/20 avec les grenailles! Les desserts sont délégués à une pâtisserie sérieuse du village sauf pour fraîcheur fruitée, assemblage malin de sorbet fraise, éclats de meringue, melon corse et crème fouettée. 14/20.

Le phénomène s’appelle Matthieu Albertini. 35 ans aux derniers œufs de cormoran, licencié en biologie qui vire rapidement dans le métier de la gamelle en cumulant de nombreuses expériences qui lui permettront de se définir, savoir ce qu’il veut ou ne veut pas faire en cuisine. Un dingo des terroirs et des bonnes choses, de la viande limousine maturée 120 jours comme des tablées de copains et de copines qui se tapent la cloche, boivent et rient à sa table avec sa panoplie de recettes. Ne loupez pas le pâté en croûte de la maison si vous tombez le bon jour, et des flacons mignons vendus “droit de bouchon” à 15€, et de la collec’ de whiskys pour se réconforter l’os à moelle… lui-même disponible en frais suivant arrivage. J’vous jure. On bade.

X

MATTHIEU ALBERTINI
BONNE SURPRISE

TERRASSE – PRODUITS DE QUALITÉ – CUISINE CONVIVIALE
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 5/5★ ΨΨ½
Adresse
12 rue Danton
83160 LA-VALETTE-DU-VAR
Tél:07.83.25.82.53
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20
Service:
15/20
Qualité/prix:
16/20
Cadre:
14/20
Pain:
15/20
Café:Malongo 1,5€
14,5/20
Thé:
Toilettes:
15/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Matthieu Albertini
Spécialités
  • ardoise hebdomadaire et produits frais cuisinés minute!
Menus
  • Ardoise des plats hebdomadaire
Fermetures
  • Fermé dimanche soir et lundi midi
Plus…
  • Terrasse à l'année
  • Groupes 30 été comme hiver
  • Privatisation possible
  • Parkings gratuits sur la ville
  • Réservation prudente (SMS conseillé)
Sur place et...
A emporter
Livraison