L'OS ET L'ARÊTE du Bouche à Oreille n°51 Août 2004

Implantation d’un Mac Do à Six-Fours :

menaces à l’hygiène!

«Si vous connaissez une ville de 35000 habitants sans un Mac Do, faites le moi savoir !»…«Mac Do a fait de gros efforts pour modifier et améliorer ses repas»… «Quarante ou cinquante emplois à la clef, qui peut s’en passer de nos jours ?»*. De qui sont ses propos ? Hein ? Du PDG de Mac Do France ? D’une agence de pub ? Même pas ! Si l’on en croit Var-Matin du 15 juin 2004 ils émanent de la bouche de Jean-Sébastien Vialatte maire de Six-Fours et député ! Laquelle bouche n’a pas du gober souvent des hamburgers, nous n’avons pas les mêmes valeurs. Seuls deux élus du conseil municipal voteront contre le projet : Mac Do s’est fait inviter en (riche) sponsor des « voix du Gaou », le festival musical estival de la ville. Voilà pourquoi l’implantation de ce Mac Do sur la commune ressemble à un retour d’ascenseur, à une collaboration. Seulement le maire doit maintenant faire face à une flopée d’administrés d’horizons et aux intérêts divers. Qui rouspètent contre son installation prochaine. Dont certains parce que ça sera sous leurs fenêtres. ça, c’est comme les déchets nucléaires ou les usines à fabriquer les cochons, vous les collez où vous voulez, mais pas chez moi. Bref. Et puis, voilà les restaurateurs. En pourtant bons « libres entrepreneurs » qu’ils sont, certains semblent se rebiffer. C’est là qu’au BàO, ça nous regarde un peu. Sans doute fébrile et adepte du « c’est un complot », le maire rentre dans le tas. Extraits de Var Matin, toujours : « dans certains (restaurants de la ville NDLR) les conditions d’hygiène étaient plus que douteuses ». Suit ce qui ressemble à des menaces : « D’ailleurs, je compte lancer dès cet automne avec le service d’hygiène, une campagne de vérification des établissements de restauration. A Mac Donald l’hygiène est nickel chrome ». Bref, il trimballe encore sa casquette de VRP patenté de Mac Do. Le plan marketing ? « Menaces au contrôle d’hygiène » ! Vague baratin ? Un mois plus tard Var-Matin du 16 juillet 04 nous apprend qu’à Six-Fours, 16 établissements ont été vérifiés, allez savoir pourquoi certains et pas d’autres. Hygiène, sécurité, URSSAF. Et 25 procès-verbaux seront dressés pour des motifs très divers. Même s’il y a pas mal à dire, au BàO on trouve ça plutôt rassurant, les contrôles à l’hygiène. Ce qui l’est beaucoup moins, c’est lorsque les contrôles ne sont pas le fruit d’une volonté sincère de protection du citoyen-consommateur, mais la conséquence d’une crise d’autorité mal placée. Celle d’un élu qui cautionne un choix de société basé sur le Mac Do, comme un symbole.

Olivier Gros


*Question : peut-on vivre avec 500 Euros par mois à Six-Fours (sans être “assisté”)?