VAR-MATIN

PUB GRATUITE POUR LES COPAINS

En gros vous croyez lire l’article “objectif” d’un journaliste consciencieux. En fait il s’agit d’une pub. Et Var-Matin est le spécialiste en la matière, n’hésitant pas à prendre ses lecteurs pour des gogos. Lors de la visite d’un Premier Ministre encore en poste, le journaleux de service blablatera longuement sur la présence en 2003 de JP Raffarin, H. Falco, J.F. Mattei et J.C. Gaudin à l’hostellerie Bérard, à La Cadière. Voilà l’occasion rêvée (et coordonnée) d’une bonne pub pour celle qui depuis se coltine un macaron au Miche, tiens donc, quel hasard*. Une des nombreuses récidives de Var Matin dans le flagrant délit de copinage avec le monde de la toque aura lieu le 18 juin 2005, lors d’un grossier article intitulé “Rendez-vous au Moulin de Mougins pour les éditorialistes de Nice Matin. Sous prétexte de rendre compte de cette réunion annuelle rassemblant les célèbres plumes du groupe toujours promptes à s’autocongratuler (P. Bouvard, PPDA, A. Duhamel, P. Besson…et le régional de l’étape J.Gantié) le bavard de service du jour décrit le menu en détail : “c‘était hier au Moulin de Mougins, la belle table doublement étoilée d’Alain et Jean-Michel Llorca. Entre cannelloni de ricotta aux truffes d’été, subtile bouillabaisse et fraîcheur de fruits rouges, accompagnés de crus des Côtes de Provence…anecdotes, bons mots et retour sur actualité étaient au menu d’un déjeuner fort réussi et léger, préparé par l’équipe du Moulin”. Après un an de purgatoire qui rétrograda la maison à “une étoile” les frères Llorca ne cache pas leur ambition: décrocher… une troisième étoile. Sauf que contrairement à un Bérard fraîchement distingué par le Miche, les frangins ont du talent. En tout cas, voilà mine de rien de bien jolies pub pour le restaurateur qui pour peu qu’il sache soigner ses relations en chouchoutant son carnet d’adresses, bénéficie d’un retour sur investissement hors du commun. Autre exemple? Le quotidien de référence (publicitaire) du Var nous gratifie le 15 avril 2006 du titre suivant : “Nicolas Sale nouveau chef de cuisine à l’hôtel du Castellet. S’ensuit un long article sur son parcours. Où l’impétrant du Castellet annonce son objectif : décrocher une étoile au Michelin! Encore un dévot du guide rouge! Ils sont déjà nombreux. Question: pourquoi l’écriveur de Var Matin fait un papier sur çui-ci? Hein? Il a le choix pourtant! Il existe plein de chefs talentueux et de maisons plus discrètes! On voit toujours les mêmes! Que l’attaché de presse d’une boutique qui a les moyens de s’en payer un fasse bien son job: pas de problème! Mais recopier un dossier de presse : est-ce une info ou une pub ? Une chose est sûre: les journaleux de Var Matin confondent trop souvent “information” et “communication”. A croire que ce quotidien régional n’est rien d’autre qu’une plate-forme publicitaire pour les restaurateurs qui connaissent du monde.

Olivier Gros


*Alors même que le Gault Millau 2006 finasse sur Bérard : “constat d’une imagination en berne”.