“L’Hebdo de Marseille” : Allez les gars, on y croit, tous ensemble :

“LES 30 MEILLEURES TABLES DE LA VILLE”

Au moins, c’est pas le doute qui les étouffe ! Les rédacteurs de “L’Hebdo de Marseille” du 9 octobre 2002 nous assènent “Les 30 meilleures tables de Marseille” ! Un sens suraigu de l’affirmation. Mais pas de l’information. D’autant qu’à lire les petits commentaires sur chacun des 30 restaurants élus, y a matière à sarcasme ! Reprendre ça et là des bribes de commentaires du Michelin et du Gault et Millau, ça fait pas un avis ! ça fait même penser à ces gens qui récitent des phrases d’autres, travesties en pensée personnelle ! Bref ! Et quels seraient les critères de “l’Hebdo” pour qu’une table entre dans ce Top 30 ? Ne les chercher pas du côté des restos ! Fausse route ! Le critère est interne au journal ! Faut vendre du papier ! Car voilà. “L’Hebdo” est un journal positionné tendance, mode, chicos, branchouille, ce que vous voulez. Et qui fait ses choux gras en caressant le lecteur dans le sens du poil. Il dit à une catégorie de lecteurs définie et “ciblée” par les as de la pub, ce qu’elle a envie d’entendre. Ça rassure tellement ! Une pointe de nostalgie (Alloin, Fonfon, les Echevins…), une touche de noms qui causent à l’oreille (Miramar, Passédat…), une pincée de “”tendance” (Le Siam, Sushi Street Café, Lemon Grass…), une dosette d’irrévérence (les Arcenaulx, Chez Brun, La Ferme…) et une giclée de gros talent pour faire prendre la sauce (Cyprien, les 3 Forts, Le Charles Livon…). Ensemble augmenté sur la même double page de “l’expertise” du directeur des rédactions GaultMillau en mal de reconnaissance, et hop ! Un casting qui n’a rien à envier au genre Loft Story ou Pop Star, mais sur papier. Ce qui n’ôte rien au talent de quelques tables, ni à l’incongruité de beaucoup d’autres dans un tel classement. Bref. Les 30 meilleures tables de Marseille. Rien que ça… Au fait ? Ils sont où les “Caribou”, “Florian”, “Poisson qui marche” et même “Chamarel” ? Hein ? Aux 31, 32, 33 et 34ème place ?

Olivier Gros