Le Tilleul

3.5

La rue principale du centre.

La petite vitrine annonce « restaurant-pizzeria ». Dedans c’est de l’ancien peint aux couleurs de contemporain, ça sent le pas tellement vieux et le presque nouveau, pensé pour que le client y soit bien. Chaises un peu dures, mais je suis vieux du dos. Amusant et long couloir oppressant pour aller aux toilettes, couloir qui débouche sur une terrasse toute provençale au calme avec le fameux tilleul, mais avec le vent d’hiver, les feuilles d’automne et la pagaille générale du désordre mobilier, on se croirait au cœur de la guerre du Liban. Bref!

Ce qu’on y mange ne fait pas la révolution du Larousse Culinaire: une douzaine de salades de 4,5€ à 13,5€, des burgers (pain maison!), des pâtes fraiches, et les pizzas de 8,5€ à 12,5€ et curieusement, aucune n’est à la truffe! Voilà bien une table originale! Sous prétexte d’être à Aups, le moindre tambouilleur propose de la truffe dans ses assiettes! Enfin bon. Ça sera « la Royale »! Un classique! Tomate, mozza râpée, jambon blanc, champignons, olives, œuf. Elle est appétissante, cette pizza. Une pâte fine, coulis délicat, champignons frais, seul le jambon du jour (j’ai eu l’explication) est en dessous. Agréable à boulotter avec les mains, si vous en avez au moins une de disponible. 14/20 pour 10€.

Le café est un des meilleurs du marché des restaurants, le Florio de la marque Richard. Quelques tables frimeuses du plat feraient bien de s’en inspirer au lieu de fourguer leur saleté pour gagner plus en travaillant moins. Oui, j’ai pris cet excellent café après ma pizza, sans passer par la case « dessert ». Et j’ai peut-être eu tort! Car j’apprends que le cuisinier est formé en pâtisserie, tant pis pour moi, vous me direz si vous y allez. En salle et sans chichis, c’est Vanessa, à l’aise dans sa mission salutaire notamment en hiver. Sans elle dans cette rue quand il fait froid, les passants n’auraient d’autres choix que le sandwich au bistrot du coin. Et il n’est pas certain que le café y soit aussi bon.