Le Tify

4.5

LE TIFY restaurant à BORMES-LES-MIMOSAS - Le Bouche à OreilleA force de vouloir être originaux pour se croire uniques, beaucoup de nos chers établissements appelés « restaurants » s’affalent dans le commun. Par exemple, c’est la mode de l’Angus ou du Pata Negra alors haro sur l’Angus et le Pata Negra. Pfffouuu…. Et puis vous avez des cuisiniers comme Fabrice Gounand. L’exigence au quotidien d’un bourguignon ouvert tôt le matin qui épluche, râpe, mijote bref, un cuisinier, pas un ouvreur de boites. Avec les petits prix de ces menus, obligation de tripoter la calculette avec virtuosité, tout en ayant dans le viseur la régalade du client. Recettes vissées à sa carte: petits légumes farcis provençaux, nage du pêcheur, bourride de lotte, sole meunière, steak tartare poêlé à la mode de St Tropez, rumsteack au poivre vert, tagliatelles sauce aux cèpes. Pour nous sortir des perles dans un menu complet avec choix le midi à 17,90€. Je sais bien, j’y étais puisque c’était moi. Enfin c’était nous puisque j’étais accompagné de l’inévitable Mauricette. On s’est installé comme des vieux amis qui n’ont plus rien à se dire depuis qu’ils ne se parlent plus, mais on était bien. La bonne humeur nous est tombée sur la tonsure et la perruque à cause de Pierre-André Romain, associé et alter-ego en salle du chef. Avec la discrète Sonia, voilà un beau duo.

LE TIFY restaurant à BORMES-LES-MIMOSAS - Le Bouche à Oreille Alors ce menu complet à 17,90€? Il arrive où on va se taper un pan-bagnat sur la plage? « Salade de chèvre chaud et mozzarella marinée » et la « salade de volaille en 2 façons saveur thaï », deux assiettes dressées comme si c’était dimanche avec une foule de détails alimentaires frais de saison. Mention bien au pimenté-épicé thaï avec notamment les fameux gyoza, ravioli japonais. 14/20. Nos plats respirent le cuisiné et le frais avec mon « filet de lieu sauce crustacés, risotto et épinard ». Joliment dressé et franchement gourmand. Le pavé de poisson est un délice, et la sauce aussi. Comme le reste. Enfin tout quoi. 15/20. La dame au chapeau vert se régale du « pintadeau rôti sauce aux champignons, pomme purée ». Volaille grassouillette, mais le chef a pris soin de la faire suer au four jusqu’à la rendre confite. Quenelle de purée, sauce fine et puissante. Sacré bon boulot de vrai cuisinier. 15/20. Les desserts tournent en roue libre avec une « mousse au chocolat » tranquille Emile à 14/20 et une jolie « tarte tatin » bien sous tous les angles, pâte brisée plus simple à réaliser pour le cuisinier que la coutumière pate feuilletée. 14,5/20. Modicité des prix, qualité de cuisine et bonne humeur chronique du maitre de salle: Bormes to be alive!