Le Parc
Casino Pleinair Partouche

3

Architecture toute en rondeur façon Disneyland: grand parking sans doute privé et surtout gratuit (contrairement au centre-ville), couleurs primaires et infantiles qui interpellent les mirettes.

Ça fonctionne avec Mauricette: elle est chaussée de grosses lunettes roses à fleurs comme celles d’Elton John. Dire qu’un de mes rares amis a eu droit à un procès de sa Mairie pour avoir repeint ses propres volets d’un superbe « bleu grec » et blanchi ses murs. Sauf que tout le monde ne s’appelle pas Partouche. Bref! L’intérieur est organisé comme dans un fast-food dans les codes couleurs mais rapidement, la notion de vrai restaurant sonne la charge. Un maitre d’hôtel costard-cravate-cravache fait péter l’autorité, les serveurs suivent, impeccablement dressés. Superbe carte des vins déclinée pour partie au verre grâce à la machine infernale réfrigérée du bar. Tables en plaquage de bois clair souvent rondes et chaises colorées, comme dans un jardin d’enfants.

Et des parasols comme dans Mary Poppins. Quand on nous regarde, Mauricette c’est Blanche-Neige. Et moi avachi sur une chaise un peu basse, je suis les 7 nains. On mange quoi? Un menu du jour sans choix, et une carte qui va dans tous les sens, qui ratisse large: 7 entrées et salades de 9,5€ à 19€, risotto et pâtes, 3 burgers de 13,5€ à 17€ (bing), 3 pizzas de 15€ à 17€ (boing) 2 poissons à 20€ et 22,50€, et 6 viandes de 14,9€ à 23,5€. Desserts 7€. Si burlesque que j’ai pensé un moment avoir mal lu: les 5 garnitures sont payantes! Des frites à 3,5€ à la purée de pomme de terre aux truffes (9€). Toujours est-il que la dame au chapeau s’est franchement régalée sans mesure de sa « queue de lotte au curry rouge, quinoa au poireau, lait de coco et gingembre ». Indéniable doigté du cuisinier. Présentation circulaire, assiette creuse élégante, elle a tout saucé avec le bon pain. 15,5/20.

Que vaut la formule à 14,90€? Chaque jour un plat tradi cuisiné, cuisse de lapin, paupiette de veau… ce jour: « faux-filet de bœuf sauce marchand de vin, pomme boulangère ». Viande tendre, probablement une « cuisson basse-température » comme on dit. Sauce non surchargée en fond de veau (merci), pomme boulangère comme on apprend dans les bonnes écoles de cuisine. Je n’ai pas boudé mon plaisir: 14,5/20. Dessert du jour réussi! Une rondelette « tarte aux pommes » individuelle. Délicieusement croustillante, pâte sablée. 14,5/20. Sans le contexte infantilisant et sans une carte de propositions à l’ambition de ratisser large trop perceptible, on frisait le jackpot. Ce qui dans un restaurant de Casino n’est pas anodin.