Le Barracuda

0

C’est comme au milieu des bateaux puisque sur l’intime port de la Gavine qui jouxte le grand.

Cette « brasserie » ne cherche pas à jouer dans la cour de la restauration aux codes qu’on apprécie, mais quand même, il existe des limites à ne pas dépasser quand on bénéficie de la catégorie administrative « code APE 5610 A »: restauration traditionnelle. Précisément « l’activité de restauration avec un service à la table ». Aucune table dressée sinon les trois occupées. Ni le patron ni la patronne (ils m’ont vu) ne s’occupe de mon cas de client en préférant me laisser debout vers la porte d’entrée. Je dois avoir une tête à vendre des extincteurs ou à vendre des tiroirs-caisses officiels. C’est donc un jeune homme qui se sacrifie en sortant sa jovialité de derrière le bar pendant que la direction tape la discute avec une table de dames contentes de leur sort, quel délice, que c’est bon, on reviendra avec des amis, j’ai eu le temps d’écouter.

Bref! Carte. Des galettes, des salades, des tartines, des planches et pas « à voile » vu le panorama. Une restauration « simple » avec des verres arkoroc et des sets en papier mais aux tarifs de vrais restaurants, en particulier les boissons: sanpé vendue 6,5€! Quand j’ai enfin compris ce que je me le prendrais dans le pif, j’ai soigneusement évité les galettes et les charcuteries. Mais pas la « salade César ». Bon sang. Comment est-ce possible? Vous montrer la photo aurait été plus causant. Assiette carrée, 8 rondelles de mauvaises tomates molles forment un second carré. Dedans, impossible de savoir le contenu tant il est recouvert intégralement et avec épaisseur d’une marée de sauce industrielle. Ça fait du litrage. Mais pas suffisamment: dessus le cuisinier probablement disciple de Zorro balance une série de Z de balsamique comme s’il était douze à lui tout seul. Quand on dégage au chasse-neige comme la neige des rues d’Avoriaz en février: croutons, comme des lardons de poulet fumé, peu de lamelles de Parmesan, tant mieux: quelques-unes sont moisies. De dures feuilles de salade en sachet empilées sous ce Niagara de sauce, aussi. J’évoque Avoriaz car s’y déroule un festival du film d’horreur. Voyez? Bref! Le 4/20 est adapté mais les 14€, non.

Pain de mauvaise grande surface, caoutchouc. Pas de CB sous 15€ et chèques non acceptés, contrairement aux espèces. Alors pourquoi pas 4 zéros? Le café est parfait et les toilettes sont propres. La direction n’a pas regardé une seule fois en direction de ma table, ni bonjour, ni au revoir. Etonnant non? Et puis après, on en trouvera quelques-uns parmi les défenseurs d’un artisanat fier qui se lève tôt le matin pour considérer de toute la hauteur de leur infaillibilité objective que j’exagère toujours.