LES ARCHIVES DU BAO

Cette critique n'est (peut-être!) plus d’actualité!

L’Avenue

Jeunesse de talent et de travail bien peu attirée par les lumières de la ville, les médailles en chocolat, les faux-honneurs des clubs de chefs, les photos sur papier glacé, mon nom en haut de l’affiche… ils s’en fichent! Seul le client décide. Naturellement, notre couple réfute les abaques statistiques fomentés par les as du marketing de la sauce sur tel emplacement qui serait mieux qu’un autre. Alors oui! Tenir boutique à Tourves est un choix de vie plus qu’un plan de carrière! Un plan de vie, en somme. Bref! Entrée claire avec cartons des producteurs empilés, salle contemporaine bien tenue, lumineuse. Ardoises aux murs, éclairages doux, banquettes avec coussins. Et puis ça sent bon. La carte vit sur 2 mois et au moment où je vous cause: c’est l’hiver. Au cas où vous lisiez ça en maillot de bain et en tongs, c’est mieux pour comprendre. Avec son physique de compétition Mauricette « velouté d’artichauts, copeaux de foie gras et filet d’huile à la truffe », soyeux dans son assiette creuse très chaude. Un doux régal qu’elle aurait préféré plus féroce en artichaut. 15/20. Belle idée que le « filet de cannette servi rosé et sa sauce façon thaï ». Volonté de plaire aux mirettes en jouant avec les couleurs de légumes. Très franc, tonique: 15,5/20.

Prendre du saumon fumé au restaurant est un peu idiot. Sauf quand il est fumé sur place! Alors « assiette de saumon fumé maison et beurre d’Echiré demi-sel »! Nombreuses tranches peu grasses et suaves, magnifiquement irrégulières, une crème aux germes pour pousser, beurre Echiré pour gourmandise. Un des meilleurs « fumé » dégusté ces dernières années! 15/20. Beau tableau que le « pavé de cerf servi rosé, sauce foie gras et écrasée de pomme de terre à l’huile de truffe ». Le plat arrive fumant, bras ouverts! Des assiettes pour gros mangeurs qui aiment le beau. Chou-fleur, brocoli, carotte fane, champignons frais, purée croisée vitelote… viande qui assure comme une bête, forcément. 15,5/20. Croustillante « tarte fine aux pommes » dans le code du genre, tiède comme il faut: 15/20. Redoutable « nage d’agrumes et sa crème fouettée au Cointreau ». Alternance circulaire de suprêmes d’orange et pomelos, demi-sphère chocolat noir avec délicieuse crème parfumée. J’ai bien envie de pousser au 16/20 pour cette idée gourmande et fraiche. Service pleine gaieté de Laurie Crabett, belle jeune femme épanouie et de caractère, fière des assiettes de son mari de chef. Bon esprit intégral et addition qui ne vous carbonise pas sur place. Un joli frisson pour une cuisine de terroir élégante, saine et inspirée.