El Pueblo

4

J’étais parti la fleur au fusil pour le restaurant de La Ciotat N°1 sur Tripadvisor au moment où je vous cause.

Une boite à hamburgers. 1er sur 168. C’est vous dire le problème. Enfin, les problèmes: le machin Tripadvisor ou le consommateur. Ou les deux à la fois, sûrement même. Enfin bon. Et puis mon œil a trébuché sur « El Pueblo ». Comme j’avais un fusil avec une fleur au bout, je me suis dit que c’était maintenant ou jamais que je pouvais jouer les Zapata. Gaffe: c’est pas beaucoup très grand tellement que c’est fort petit dedans, mais on s’y sent plutôt bien. Un comptoir de bar où un couple cuisine en direct, de la couleur, quelques tables dans l’arrière-boutique qui ne laisse place à aucune ambigüité: mexicain, à n’en point douter.

Flacons de Tequila et Mezcal, affiches locales, portrait dont l’inévitable artiste Frida Kahlo dont les héritiers assurent la commercialisation de l’image. Bref! Ça vous fera sans doute plaisir d’apprendre que le guacamole est un vrai guacamole maison et qu’en plus, il est fort bon. Je le sais bien puisque dans un coin de mon assiette, y en avait. Son épicentre était toutefois un « burrito », cette fameuse « galette de blé garnie aux poivrons, oignons, haricots rouges, ail, épices, fromage fondu ». Avec bouts de poulet marinés. Mesclun, vinaigrette adroite. 14,5/20 et le droit de manger avec les mains si ça vous chante. D’autres recettes cuisinées égayeront dans la joie votre quotidien du jour: enchiladas, pozole (ragout de porc), salade de cactus, nachos, ceviche de poisson, camarones al ajillo, et même… des insectes grillés! « La cucaracha, la cucaracha, ya no puede caminar… ».

Le rayon boisson n’est pas négligé. Non plus. Je dis « non plus » car j’ai trop souvent remarqué lors de mes pérégrinations de cobaye que le genre mexicain était sabordé par du vendeur de folklo et de l’escroc opportuniste. Une semaine au Club Méd’ voilà 30 ans et hop! On se refile l’AOC mexicain! Sauf qu’ici et sans être exceptionnelle, la cuisine de cette petite maison fait l’effort de ne pas se moquer du monde à tel point qu’on se croirait dans une ruelle d’Ensenada ou de Coatzacoalcos. A vos souhaits et « buen provecho » chez Nathalie et Mauricio!