Auberge Du Merou

3.5

AUBERGE DU MEROU restaurant à LE ROVE - Le Bouche à OreilleEnvironnement flamboyant, décor naturel unique! Panorama sur Marseille et la Bonne-Mère. Je vous présente la calanque de Niolon, son port et ses quelques pointus insouciants qui dansotent comme si le monde tournait rond. Enchanté. Déjeuner avec Mauricette une fois encore, loin de l’agitation urbaine et son fatras de tracas. Morosité passagère: « l’Auberge du Mérou » trouve les mots pour consoler. Suffit de les lire, puis de se régaler: « nos fameux toasts de l’Ancre, fine farce de fruits de mer aux épices » et pfffuit! La gaieté ressuscite! Magique! Nous voilà tous deux comme un vol de perdreaux par-dessus les champs qui montaient dans les nuages: on se partage équitablement les toasts… 2 pour elle, un pour moi. 15,5/20. L’intitulé du plat fait se poiler la dame au chapeau vert, elle qui ne rit plus depuis qu’elle n’a plus de vraies dents: « délice des fainéants » que ça s’appelle. Fruits de mer décortiqués flambés à l’anis. Ça se picore comme des biscuits, la quantité n’est pas anecdotique: 15/20. Les « pourprions en salade », on les connait bien depuis le temps. Même esthétique que le délice des fainéants, mais mono-bestiau. 15/20. Après ces recettes historiques de la boutique, fallait mesurer la cuisine du chef, sa stricte cuisine personnelle. St-Jacques rôtie, coulis de chorizo? Filet de dorade royale, coulis de favouilles, bulbe de fenouil braisé? Joue de bœuf braisée, polenta poêlée? Carré de porc ibérique aux trompettes de la mort? Au second tour, je vote « ris de veau aux morilles ».

AUBERGE DU MEROU restaurant à LE ROVE - Le Bouche à OreilleSi l’intitulé n’en fait pas trop, le cuisinier fait le reste! Sauce fine puissante, cuisson au cordeau des ris, légumes du moment poêlés, risotto doué. Du généreux, de l’opulence, ça envoie du lourd. 16/20. Faudrait revenir un jour pour la seiche en aïoli, pour la sole, le loup et le pagre grillés, les pieds paquets, la terrine de foie gras, la bouillabaisse, et la soupe de poisson de roche maison servie « avec sa rouille pas pour les parisiens ». Depuis une paires d’années, le grand timonier Fabien Renoux est équipé en série limitée rien que pour lui d’un phénomène en 3D qui cuisine comme d’autres écrivent, peignent où chantent: son associé-cuisinier Sébastien Marien. Un gaillard polyvalent de la vie, saxophoniste et plongeur à ses heures… mais pas forcément en cuisine. Autant dire qu’il a du souffle! Service plein de jeunesse et responsable, carte des vins adaptée à la situation, chambres possibles en cas de carte des vins trop adaptée à la situation. Bon alors? On revient quand pour la soupe de poissons?

AUBERGE DU MEROU restaurant à LE ROVE - Le Bouche à Oreille

VUE PANORAMIQUE – GROUPES – CHAMBRES POSSIBLES