L'Auberge du Mérou

3.5

AUBERGE DU MÉROU restaurant à LE ROVE - Le Bouche à Oreille« Combinaison gagnante » pour « le Mérou » comme on dit pour les jeux de hasard: il ne doit rien à personne ici. Du travail, du sérieux. J’évoque simplement la pertinence de la direction d’avoir recruté un maitre de cuisine qui envoie ses recettes à fond la gamelle, mais aussi les poêles et les marmites. Inutile de tortiller du magret: on tient le jovial gaillard pour un des meilleurs de nos saintes pages! Forcément vu le rarissime panorama sur la Grande Bleue: poisson à la carte! Au poids et réalisables en croute de sel, aujourd’hui sole, loup, pageot, sar, turbot et parfois même du denti, renseignez-vous. Des plats historiques indétrônables: bouillabaisse, bourride, soupe de poisson délices des fainéants… et notre entrée commune avec Mauricette: les fameux « toasts de l’Ancre ». Fine farce de fruits de mer aux épices. On partage, avec un verre de blanc minéral (chacun) en regardant l’horizon, ça vous fera des souvenirs à vous aussi. 15,5/20 et 9€. Nouveau! Les 4 ou 5 plats changent tous les 15 jours! Travail plus personnel du chef! En ce moment, risotto de St-Jacques aux girolles, filet de merlu (de ligne) avec purée de châtaigne et jus réduit au figatelli, filet de bœuf aux cèpes et polenta crémeuse (les viandards sont soignés aussi).

AUBERGE DU MÉROU restaurant à LE ROVE - Le Bouche à Oreille Et aussi mon « filet de maigre, mousse de topinambour, espuma de corail d’oursin ». Le poisson courrait encore dans les champs ce matin. Pavé ferme avec peau, tonique et fondant en bouche. Il se suffit à lui-même mais les à-côtés sont de première bourre: légumes du moment poêlés au beurre, crème de topinambour de rêve, crème d’oursin juste. 16/20. Puisque le poisson est frais, Mauricette pioche la « marmite du pêcheur (esprit de bouillabaisse) ». Rouille « pas pour les parisiens ». Et 3 poissons dans le bouillon. On retrouve le maigre colocataire avec gallinette et lotte. Patates du jour, moules dodues, soupe sérieuse. Je dis « sérieuse » car tout amoureux de cette recette s’est fait avoir au moins une fois: la plage, le soleil, les touristes, le poisson congelé et la soupe en poudre diluée à l’eau chaude. Bref! Recette façon « Auberge du Mérou » saucée jusqu’au bout! 15,5/20! A la direction, Fabrice Renoux jongle entre plaisir d’accueillir la clientèle et obligation de paperasserie du patron du XXIème siècle. Mauvaise nouvelle pour lui: le service féminin est charmant… et n’a pas besoin de lui en salle! Bref! Jolie équipe, superbe restaurant. Et le panorama du petit Port de Niolon et la Bonne-Mère en fond de tableau n’ont pas bougé depuis des lustres!

AUBERGE DU MÉROU restaurant à LE ROVE - Le Bouche à Oreille

VUE PANORAMIQUE – GROUPES – CHAMBRES POSSIBLES