A La Table De Nicolas

4

Une des meilleures tables de la ville.

Le soir, douce atmosphère de simplicité chic, tables alignées et banquette sur le côté, éclairage chaleureux et recoins préférés des habitués. La patronne est seule avec des apprentis scotchés derrière le comptoir à notre arrivée. Comme elle prend une commande dans la salle bien remplie, on attend planté au milieu. La pourtant exhibitionniste Mauricette n’aime pas ça. Ce fut le seul bémol en salle, plus tard les apprenties déléguées à notre table seront adorables. Encore que pour patienter, les clients ont droit à de la tapenade. Pas nous, malgré nos verres de vin. Contrariée, la dame au chapeau vert ne dira rien jusqu’à l’arrivée de son « dôme à l’artichaut du pays et saumon fumé, vinaigrette barigoule ». Le feuilleté fatigué est décevant, le reste parfait: farce céleri rémoulade, artichaut tonique d’une grande fraicheur et bien travaillé. 14,5/20. Très agréable « pâte fraiche en ravioli, farce d’écrevisses, jus langoustines ». Elle sauce jusqu’au bout. Un signe qui ne trompe pas. 15/20.

De mon côté, « œuf bio cuit en basse température, nage d’asperges, poudre de bacon ». Pour tout dire, l’œuf « basse température » commence à me courir sur le haricot. Tous les cuisiniers cherchent le produit pas cher à valoriser, alors on retrouve l’idée (presque) partout. Cela dit, j’aime. Celui d’ici est couci-couça. L’œuf maitrisé trempe dans un potage d’asperges à l’eau, pas assez salé. Quatre longueurs d’une asperge verte coupée en quatre tentent laborieusement de faire la déco. Frais mais 14/20. Pas contre mon « gigotin d’agneau en croute de feuilletage, tapenade et jus au thym » est redoutable de gourmandise. Jus court du diable. 15,5/20. Je ne m’attendais pas à un aussi joli niveau pour les desserts, j’avais tort: « clafoutis aux fruits du marché, glace dulce de leche » dans les règles de l’art, sorti du four, pâte soyeuse, pomme nerveuse. 15/20.

Et « fraises de Verquières, crème vanillée inspiration d’un éclair » pour la dame au chapeau vert. Beau travail pâtissier qu’elle tient à féliciter: 15,5/20. Menus à 29€. Un travail militant: produits bio et locaux, viande française et souvent de proximité, fait maison (presque) intégral. La jolie table est à mettre absolument en avant dans une ville bouffée par le médiocre culinaire. Et puis le chef mérite mieux que d’avoir été référencé par le Gault et Millau, Champérard, Lonely Planet et le Routard. On tenait donc à évoquer son existence dans un guide de restaurants sérieux.