Zazaï

1.5

Marrante l’adresse entre deux eaux, intermédiaire entre le strict urbain aixois et la campagne environnante.

Forcément beaucoup de monde passe devant, itinéraire obligé des locaux qui rentrent du boulot, hého-hého. Avec ma Blanche Neige au chapeau vert, on s’est arrêté chez « Zazaï » vu que le prévu voisin était exceptionnellement fermé. On se trompe en pensant qu’il s’agit d’un restaurant asiatique: il se baptise lui-même « traiteur exotique ». Aïe. Une sorte de fourre-tout en self avec les plats sous cellophane réchauffés par le personnel, comme dans n’importe quelle banale usine à bouffe asiatique de zone commerciale, mais en plus cosy et en plus cher. Du coup, tombe dans le panneau la ménagère de moins de 50 ans et ses enfants, son mari et son amant. Deux personnes en salle: un caissier aimable et une caissière beaucoup moins. Ça fait la moyenne.

A elle, ça ne lui plait vraiment pas que je prenne des photos. Si elle pense qu’un confrère restaurateur pique les recettes, elle se met le rouleau de printemps dans l’œil! Personne ne copie ce genre de recettes: sans tomber dans le scandale absolu, la cuisine est vraiment ennuyeuse. Mes 4 « nems » sont certes corrects, pas de quoi se taper sur les rouleaux! Peu gras: 14/20 pour 5,20€. Avis de tempête sur Katmandou avec le « plat bouddhiste végétarien 14 légumes différents mijotés au curry léger lait de coco ». Un ragout fourre-tout qui ne fait pas rigoler les bigoudis de Mauricette. Tout a le même gout, le gout de rien sinon du trop salé plâtreux. L’intitulé vous fait rêver à Alexandra David-Neel, on bouffe du Flunch. 6/20 pour 8,5€.

Grosse désillusion (ça fait deux) avec le « flan de canard laqué au épices » qui n’en est absolument pas un. Le véritable canard laqué, j’en rêve. Dire que c’est mauvais serait exagéré mais la maladresse l’emporte: trop d’épices, trop de sel (c’est affolant) et heureusement la peau de l’oiseau confite croustille un peu. 10/20 pour 14,90€ augmentés de 3,6€ pour le wok de nouilles. 18,5€ font beaucoup vu le bas niveau. La finaude direction explique sur chaque table pourquoi « il n’y a pas de service comme dans un restaurant traditionnel » justifiant ainsi de vous taper 1€ supplémentaires par couvert. Une rhétorique fumeuse culottée, surtout pour un strict self. Qualifions la méthode commerciale d’exotique et déontologiquement très limite. Trop salée, comme l’addition.