Ta & Co

2

Depuis 2016. Pour rapidement planter le décor: un self amélioré.

Un self amélioré qui surfe avec finesse sur les modes cumulées d’un exotisme d’Amérique centrale et de la bobo-urbano attitude composite à dominante largement estudiantine qui envahit le résidentiel quartier situé entre Castellane et La Timone quand sonne midi. Je vous dirais bien de tirer la porte mais elle coulisse. Si on s’en tient au décorum étudié qui nous rappelle les meilleures pages colorées de « Tintin et le Temple du Soleil », l’idée dépayse avec ses recoins malins, l’ambiance quoique bruyante (on se marche presque dessus) n’est pas tellement commune. Le problème, c’est qu’il faut manger. Les plus malins comprendront la carte, elle frise l’ésotérisme. Les incas sont des coquins. Seule l’irrationnelle Mauricette a trouvé les mots pour m’expliquer l’articulation. J’ai compris qu’il y a des kits complets avec boissons… c’est ainsi que nous nous sommes retrouvés devant un excellent « guacamole » du jour, tonique (très citronné) et frais, 14,5/20 pour 5,5€.

Puis la dame au chapeau vert tente le « Chilanga canard ». Des tortillas façon crêpes épaisses écrasées comme un panini. Canard confit, fromage comme celui des pizzas, pas d’oignons en vue comme prévu. Et coriandre. Tout le monde fout de la coriandre partout, pourquoi les mexicains se gêneraient-ils? Et puis c’est la mode, la coriandre. Vérification faite: elle est dans toutes les spécialités d’ici! Bon. Ça ne vole pas haut, même pour du canard. 8€ et 12/20. Mon « burrito au poulet »: un parfait étouffe-chrétien! Très peu de poulet, en miettes, comme du crabe. Un peu de haricots rouges et beaucoup de riz. Ça fait comme quand on mange un gâteau de riz trop tassé, mais dans un sandwich. Voyez? Faut pas se plaindre: le cuisinier a mis de la coriandre… Risible 6/20 pour 9€ quand même. Mauricette conclut avec une « compote » à 2,5€, du frais qui l’a été un jour. Compote très confiturée, un peu lasse. 12/20 pour 2,5€.

Le « gâteau au chocolat » est mon second étouffe-chrétien après le burrito scélérat. Il n’est pas si mal et pousse qualitativement sur le chocolat. Fait maison: 3,7€ et 13/20. Les vitrines sont remplies de bouteilles colorées de toutes sortes dont certaines d’importation jamais vues ailleurs. Enfin bon. Tout cela sent bigrement le concept finaud étudié jusqu’au bout du sombrero, vegan, végétarien, sans gluten… C’est bien le marketing, mais les airs de ne pas y toucher et les économies de produits et le savoir-faire mécanisé flinguent un peu le propos. Et je ne suis pas sûr de ne pas m’être fait endormir pour l’addition avec tous ces tarifs, entre suppléments hors-formules non demandés et ajouts de dernière minute.