Restaurant Maison Sainte-Victoire

4

RESTAURANT MAISON SAINTE-VICTOIRE restaurant à SAINT-ANTONIN-SUR-BAYON - Le Bouche à OreilleSaint-Antonin-sur-Bayon, vous connaissez? Beaucoup plus l’été mais 120 habitants à l’année! Si vous arrivez en hélicoptère ou parapente, visez le pied sud de la Sainte-Victoire, entre Beaurecueil et Puyloubier. Par le sol suivez la route Cézanne: elle fait oublier l’absurdité destructrice du monde en un rien de temps! Bref! Abandonné par la cuisine depuis 2013, retour du restaurant « Maison Sainte Victoire »! Le bâtiment fait aussi office de musée et… d’office de tourisme. Mes petits moineaux, on peut se frotter les mains! Enfin les ailes: la cuisine revient par la grande porte! Une équipe d’un entrain rare même en « fin de saison » où les rotules commencent à penser aux vacances! Une volonté lisible: viande de France, charolaise, salers… la plupart des légumes viennent à vélo mais les autres sont trop loin, pain de la boulangerie de Puyloubier, les vins viennent en voisin. Le « circuit court » est ici un axe sincère, pas un argument de restaurant à la mode pour bobos en quête de sensations fortes. Mais passons. Un plat du jour à 13,50€: mijoté de canard à la provençale. Curieusement, pas d’entrées proposées à l’ardoise! Ou des grosses faisant office de plat comme l’aguichante terrine de légumes grillés et fromage frais avec pain d’épices maison et fruits du mendiant! Ça sera « lotte rôtie, poitrine fumée, poêlée de girolles, risotto ». De la girolle adulte poêlée en générosité pour bien manger, pas la fréquente girolle-clou qu’on picore à la pince à épiler.

RESTAURANT MAISON SAINTE-VICTOIRE restaurant à SAINT-ANTONIN-SUR-BAYON - Le Bouche à Oreille Beau pavé de poisson lardé comme dans du papier-cadeau, cuisson souple mais le peu de peau oubliée parasite. Risotto maitrisé. Un plat traditionnel soigné, gourmand, qu’on aime saucer sur la fin même quand on a plus faim. 14,5/20. Et puis les desserts, espace où peu de cuisiniers s’aventurent, ils s’y ennuient souvent. Une huitaine de fines sucreries aptes à faire oublier l’absence d’entrées. J’ai vu passer la tarte aux pommes paysanne et caramel au beurre salé, bien dressée. Mon « croustillant praliné ». Dacquoise, croustillant praliné, crème gourmande, glaçage chocolat noir et noisette. Un travail géométrique précis. Je me carambole la crêpe, je devais faire les yeux tout ronds d’un gamin de 8 ans devant Zidane. Dessert de pâtisserie boutique, proposé à 7€ comme tous ceux d’ici. 15,5/20. Cuisinier et pâtissier ne font donc qu’un ici! Il s’appelle Nicolas Torrès et l’avons déjà croisé par ailleurs. Avec sa compagne Carole qui tient salle et terrasse en équipe, il a repris la maison début 2019. Cuisinier tradi obnubilé par le détail, logique pour un pâtissier de formation! L’hérédité aide à la vocation… il est également neveu du MOF 1986 Jacques Torrès, pâtissier exilé volontaire à New-York. Bref! Vue remarquable en stéréo, vert du plateau du Cengle d’un côté, et montagne de l’autre. Bref! Bonne nouvelle supplémentaire pour le gourmand du canton et d’ailleurs. Alors bon appétit. Merci.

RESTAURANT MAISON SAINTE-VICTOIRE restaurant à SAINT-ANTONIN-SUR-BAYON - Le Bouche à Oreille

TERRASSE – ACCUEIL GROUPES – SALLE PRIVÉE ÉQUIPÉE POUR SÉMINAIRES 50 PERSONNES