Maxime écailler-Poissonnier à Toulon Je vois la micro-terrasse planquée au dos de la mairie. En zieutant de plus près, on remarque que ça fleure bon la nouveauté pas blasée avec un duo preste à l’ouvrage. Un simple poissonnier avec coquillages et crustacés peut-être, mais avec une carte affichée dans un fier panneau, comme au restaurant. Ça m’a donné envie, je peux pas mieux vous dire.

Je savais d’avance que la dimension strictement culinaire serait absente, mais qu’elle pouvait être compensée par du sentiment. C’est important les sentiments non? ça n’a pas loupé. La demoiselle est avenante avec ses sourires plein phares et son frère, le radieux Maxime Bartolone, est un pédagogue quant au genre alimentation marine et ses à-côtés: il connait le Larousse maritime par cœur du haut de sa trentaine à peine entamée et déjà bien remplie. Ingénieur de formation, il s’émancipe d’un avenir tout tracé, rassurant et rémunérateur. Pour prendre son envol chez Toinou à Marseille et Aix où pendant près d’une dizaine d’années il a appris le métier aux côtés de vieux briscards souvent rétifs à livrer leurs secrets. Ils n’en ont plus pour Maxime Bartolone: moules de corde ou d’Espagne, huitres, amandes, palourdes, oursins (Galice ou de Sète), bulot, vernis, clams, violets, araignées et homards français dans le vivier, langoustines, crevettes et tourteaux. Je conseille à l’amateur de tâter de l’huitre: Marenne, Gillardeau, Isigny, Cancale, Belon, Quiberon, Bouzigue et la locale de l’étape Tamaris. Et quand ses arrivages d’huitres ne lui plaisent pas, retour à l’envoyeur. Oui m’sieur. J’ai des clients à satisfaire moi madame. Bref! N’empêche que j’avais envie d’un tourteau, vous auriez vu comme il était beau. Il ne faisait plus tellement le malin dans le plateau avec glace pilée et citron. Commandée avec, une portion de Calambo, petites crevettes grises à picorer, crouic-crouic. 14/20. Revenons au dodu tourteau dont l’intérêt réside surtout dans le contenu des pinces. Avec l’équipement idoine pour le combat, on arrive au bout du chemin mais on en a plein les mains. Mettre au moins un lavabo à dispo de la clientèle serait un plus indéniable. 14/20. Bref! Le pain est formidable, beurre salé de qualité.

On attend avec impatience de voir l’évolution de la maison ouverte depuis moins d’une année: le nombre d’adeptes ne cesse d’augmenter! Tu m’étonnes! Boutique qui sera probablement devenue trop exigüe à court terme pour les ambitions débordantes du jeune patron. Mais voilà: faut pas pousser mémé dans les orties, et puis faut bien commencer par le début.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 3/5★ ΨΨ
Adresse
2 rue de la Fraternité
83000 TOULON
Tél:
Mobile:07.78.57.21.62
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20.
Service:
14,5/20
Qualité/prix:
14/20
Cadre:
13/20
Pain:
15/20
Café:Richard 1,5€
13/20.
Thé:
Toilettes:
Pas de toilettes
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
    Spécialités
    • poissons, coquillages et crustacés
    Menus
    • Plateaux et formules bien pensés à partir de 11,90€
    Fermetures
    • Ouvert du mardi au samedi de 8h à 21h et le dimanche de 8h à 14h
    Plus…
    • Terrasse
    Sur place et...
    A emporter
    Livraison
    - Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 3/5★ ΨΨ
    Adresse
    2 rue de la Fraternité
    83000 TOULON
    Tél:
    Mobile:07.78.57.21.62
    Réseaux Sociaux :
    Accueil:
    15/20.
    Service:
    14,5/20
    Qualité/prix:
    14/20
    Cadre:
    13/20
    Pain:
    15/20
    Café:Richard 1,5€
    13/20.
    Thé:
    Toilettes:
    Pas de toilettes
    Vin:
    Environnement:
    Aux fourneaux
      Spécialités
      • poissons, coquillages et crustacés
      Menus
      • Plateaux et formules bien pensés à partir de 11,90€
      Fermetures
      • Ouvert du mardi au samedi de 8h à 21h et le dimanche de 8h à 14h
      Plus…
      • Terrasse
      Sur place et...
      A emporter
      Livraison

      Maxime écailler-Poissonnier à Toulon Je vois la micro-terrasse planquée au dos de la mairie. En zieutant de plus près, on remarque que ça fleure bon la nouveauté pas blasée avec un duo preste à l’ouvrage. Un simple poissonnier avec coquillages et crustacés peut-être, mais avec une carte affichée dans un fier panneau, comme au restaurant. Ça m’a donné envie, je peux pas mieux vous dire.

      Je savais d’avance que la dimension strictement culinaire serait absente, mais qu’elle pouvait être compensée par du sentiment. C’est important les sentiments non? ça n’a pas loupé. La demoiselle est avenante avec ses sourires plein phares et son frère, le radieux Maxime Bartolone, est un pédagogue quant au genre alimentation marine et ses à-côtés: il connait le Larousse maritime par cœur du haut de sa trentaine à peine entamée et déjà bien remplie. Ingénieur de formation, il s’émancipe d’un avenir tout tracé, rassurant et rémunérateur. Pour prendre son envol chez Toinou à Marseille et Aix où pendant près d’une dizaine d’années il a appris le métier aux côtés de vieux briscards souvent rétifs à livrer leurs secrets. Ils n’en ont plus pour Maxime Bartolone: moules de corde ou d’Espagne, huitres, amandes, palourdes, oursins (Galice ou de Sète), bulot, vernis, clams, violets, araignées et homards français dans le vivier, langoustines, crevettes et tourteaux. Je conseille à l’amateur de tâter de l’huitre: Marenne, Gillardeau, Isigny, Cancale, Belon, Quiberon, Bouzigue et la locale de l’étape Tamaris. Et quand ses arrivages d’huitres ne lui plaisent pas, retour à l’envoyeur. Oui m’sieur. J’ai des clients à satisfaire moi madame. Bref! N’empêche que j’avais envie d’un tourteau, vous auriez vu comme il était beau. Il ne faisait plus tellement le malin dans le plateau avec glace pilée et citron. Commandée avec, une portion de Calambo, petites crevettes grises à picorer, crouic-crouic. 14/20. Revenons au dodu tourteau dont l’intérêt réside surtout dans le contenu des pinces. Avec l’équipement idoine pour le combat, on arrive au bout du chemin mais on en a plein les mains. Mettre au moins un lavabo à dispo de la clientèle serait un plus indéniable. 14/20. Bref! Le pain est formidable, beurre salé de qualité.

      On attend avec impatience de voir l’évolution de la maison ouverte depuis moins d’une année: le nombre d’adeptes ne cesse d’augmenter! Tu m’étonnes! Boutique qui sera probablement devenue trop exigüe à court terme pour les ambitions débordantes du jeune patron. Mais voilà: faut pas pousser mémé dans les orties, et puis faut bien commencer par le début.