LES MINOTS restaurant Pierrevert – L’agréable village se frotte l’arpion à la ville de Manosque, mais sait s’en isoler des avanies. Curieusement on trouve ce restaurant une véritable urbanité ne serait-ce que dans sa récitation des codes de bistrot rural.

C’est à eux qu’on reconnait un restaurant de la ville, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes. J’me comprends. J’ai bien fait de réserver: c’est plein! La serveuse directive comme une préposée aux piétons devant une sortie d’école maternelle, me dépose avec sévérité juste à côté de deux rustres qui m’ont bien fait comprendre que j’aurai dû m’asseoir ailleurs. Un peu comme s’il avait privatisé le restaurant, étranger tu n’es pas le bienvenu, fait gaffe de pas espionner notre conversation. Des bourrins quinqua qui ne disent pas bonjour, diront du mal de tout le monde jusqu’au café, gobant chacun leur steak-frite comme si c’était la 8ème merveille du monde, en vérité une bavette Black Angus à 17€. Rah… je les aime pas ces deux-là.

Bref! J’ai vu le plat du jour: saucisse aux 5 poivres et gratin dauphinois à 11,90€: j’ai failli. 7 entrées pas toutes disponibles le midi, mais une terrine de sanglier maison à 6€ (bravo) et un grawlax à 10€ étaient possibles. Les plats jouent entre terroir et exotisme, comme la fameuse soupe Pho tonkinoise à 15€, la salade lyonnaise à 15€ et l’andouillette à 16€. Et puis j’ai fait le malin. Avec le “risotto de coquillette des minots”. Honnêtement c’est plutôt bon, forcément grassouillet et les cubes de jambon blanc confirment l’esprit régressif du plat. Sauf que ça sent le gaz comme souvent avec les extraits chimiques de truffe. Décoration avec poudre orange sur le bord de l’assiette façon années 80 et oignons… rouges d’avant la chute du mur de Berlin ou de Louboutin. Je rigole. M’enfin quand même à 18€ le jambon-coquillettes, ça fait un poil chérot de se faire dézinguer le CODEVI avec des pâtes, fussent-elles truffées. 14,5/20.

Pas envie d’un strict dessert (de 5€ à 8€) mais je profite de la belle idée de proposer un “cannelé-café” à 4€. J’ai un peu pleuré. Pas à cause des oignons rouges envoyés par la STASI, mais quand j’ai vu la serveuse balancer mon cannelé dans le micro-onde. En plus il s’agit d’un gros cannelé, je me suis reconnu: un gros mou. Pâte non-cuite trop chargée en rhum, les petits sont généralement meilleurs. Enfin bon. Pas fini. 12/20. Service en binôme féminin qui dépote comme des automates, sans sourire et sans âme sauf si on connait les patrons alors là, papareil. On passe la seconde et on oublie tout, avec toutefois la sensation puissante d’être passé à côté d’un bon cuisinier. Et surtout d’une absence de sentiment abyssal.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 2.5/5★ ΨΨ
Adresse
Cours de la Libération 04860 PIERREVERT
Tél:04.92.72.15.98
Réseaux Sociaux :
Accueil:
13/20
Service:
12/20
Qualité/prix:
13/20
Cadre:
16/20
Pain:
14,5/20
Café:
14,5/20
Toilettes:
15/20
Spécialités
  • cuisine de ville à la campagne et son contraire
Menus
  • Formule 15€ midi sauf week-end et jours fériés
  • Carte
  • Menu minot 8€
Fermetures
  • Ouvert le midi du mardi au dimanche, vendredi et samedi soirs
Plus…
  • Terrasses
  • Parking