Le Poète

2

La dame de la nouvelle direction est aimable dans sa provençalité enjouée caricaturale.

Dans son ombre, sa serveuse est formidable de discrétion efficace. Quant au pizzaiolo qui nous a pourtant bien vu arriver, il est conforme au profil statistique commun: bougon, il ne dit pas bonjour. Il préfère d’évidence jouer avec son téléphone. La dame: terrasse? Ouiiii: à l’ombre sans vue mer, à deux pas du port du Brusc. Des salades à 15€, une dizaine de plats de 19€ à 49€. Burger 19€ (bim), daube de poulpe 22€ (ouch), daurade grillée 25€ (bam), soupe de poisson 19€ (paf) etc. Et des pizzas. C’est d’ailleurs sur une pizza « parmigiana » à 13€ que je m’arrête. Tomate, aubergine, mozza, parmesan, pesto…

Avec Mauricette, on a conversé un bon moment en attendant. On a évoqué son passé et vu son âge avancé, c’était très long. Du coup quand arrive ma pizza, ça me réveille en sursaut! Et j’ai direct tapé dedans comme un affamé. Pâte bien levée mais trop élastique, sans doute trop récente. La garniture glisse dessus, j’aime pas du tout. Mais la qualité des garnitures est très correcte. J’en étais à la moitié que la serveuse vient vers moi « elle n’était pas pour vous, je me suis trompée ». Je me tapais la « Regina » de ma voisine. A noter que la serveuse assume parfaitement son erreur… si c’est bien elle qui l’a commise! Bref! La pizza Regina: 12/20. Mauricette, qui venait de me raconter ses souvenirs de pétroleuse sous René Coty, était en prise avec des bouffées de chaleur en pleine canicule!

Sa « salade César » est décevante: salade fraiche, tomate, oignons rouges, olives noires (de qualité), copeaux de parmesan, vrais filets de poulet. Non panés et froids. Je sais bien qu’il existe une multitude d’interprétations de cette salade au restaurant. Le problème: ici la sauce est une simple vinaigrette sans aucun intérêt! On ne sent que l’huile! Pas de sauce Worcestershire, pas de saveur d’anchois, pas de citron ni d’ail… Facturée 15€ au client, ça vaut le coup que le cuisinier aille sur internet apprendre la recette: 11/20. Voilà. Nous aurons passé un gentil moment, entre la gouaille souriante de la patronne et une clientèle qui vient pour la terrasse. Note manuelle comme au bon vieux temps. Adresse sympa mais voilà: le rapport qualité-prix pèche à deux pas du petit port de pêche.