Le Parma

0.5

Je vais faire court.

1ère pizza vendue 14€ et bouteille d’Evian ou Sanpé à 8,5€! Huit euros et cinquante cents. Un coeff’ abusif! Plus de 12! En avant Guingamp! Tant que des gogos poussent la porte, pourquoi se gêner? Tout est cher ici. Alors bien sûr, le restaurant est au 1er étage et bénéficie d’un panorama imprenable sur la Grande Bleue. Le mobilier a trop vécu, chaises avachies. Le serveur de la vieille école en tenue classique est cordial, déroule dans une lassitude professionnelle et maitrisée, l’air blasé mais œil partout. Il est rigolo. Poursuivons l’inventaire des possibilités: salades et antipasti à 15€ ou 16€, 4 poissons dès 23€ dont un filet de Saint-Pierre qui n’amuse plus personne (probablement congelé), viandes de 19€ à 25€ (magret), des pâtes. Et deux suggestions ardoisées, apparemment les plus cuisinées du lot, mais à 25€ quand même.

Quelques idées transpirent l’Italie comme les pâtes à la carbonara vendue ici 14€. En indécrottable romantique que je suis, je demande au serveur si ces carbonara en sont de véritables. Quand il m’a répondu « oui môssieur, des vraies italiennes avec des lardons et de la crème fraiche », j’ai pigé le coup fourré. Bifurcation illico sur « l’escalope de veau milanaise ». « Veau français môssieur, et spaghettis comme en Italie » précise-t’il. Ensemble présenté avec soin mais pas bon. Viande marron foncé trop dure, comme traumatisée. J’aime la fermeté du veau de qualité, pas la carne de troisième zone. Les pâtes sont trop cuites, pas salées, sauce tomate rouge vif flotteuse et acide sorti direct de la boite. Un peu de parmesan ou simili en poudre et pour faire la classe à la Aldo Maccione! É ma auzzi le couizinier balance sour les spaghettis dou pesto!.. Comme d’autres maladroits envoient du balsamique ou de la poudre orange. 19€ pour un 9/20, ce qui est court. Et trop cher puisque mauvais.

Pas de dessert, pas envie de me coltiner un moelleux au chocolat à 9€. Café pas bon, tasse Malongo, sous-tasse Richard et biscuit sec industriel. Tout ceci est bien gentil, mais ça commence à sérieusement gonfler cette surtarification des restaurateurs en bord de mer. Je sais bien qu’il faut payer son personnel, son crédit, son 4×4 et son loyer et que les bailleurs de fonds sont les grands bénéficiaires du hold-up organisé. Mais au moins, que le mastic des assiettes soit bon par Saint-Gobain! Ça ne coûte pas beaucoup plus cher!