Le Hinata restaurant à Pourcieux – Nationale 7, elle déroule ici entre Aix et Saint-Maximin. Avec Mauricette, dans ce restaurant prétendu japonais, on est entré sur la pointe des geta en serrant les fesses sous le kimono. Ce type de cuisine généralement urbain n’est pas banal pleine campagne. Derrière le comptoir, seule salue celle qui sera notre serveuse, souriante et avenante brunette. Les autres non, même pas un regard, ils ont l’air très occupé alors que la salle est entièrement vide. Le coucou amical prédispose pourtant le client à la détente et l’ouverture des sens.

Enfin bon. L’œil aiguisé de Mauricette remarque au pied du comptoir, à côté de cartons vides, un tas de miettes au bout d’un sol non balayé. Ses yeux globuleux par nature se mettent à tourner dans leur orbite comme dans le film l’Exorciste, puis elle se gratte derrière l’oreille avec un grommellement d’ours… avant de filer aux toilettes! Elle en ressort déprimée avec les yeux revolver qui a le regard qui tue. Mauvais signe: c’est foutu. Photo: nous sommes les seuls clients et pourtant, la cuvette est sale, liquide et solide pour l’inventaire précis. La lunette n’est curieusement pas aux dimensions de sa cuvette, par terre y a des bouts de papier restants du karaoké de la semaine passée. Et à côté du lavabo, la poubelle qui mesure un mètre de hauteur est remplie à ras la gueule de papiers ayant essuyé des mains et un tas d’autres trucs si ça se trouve. Autant vous dire que d’un point de vue fantasmes sur l’hygiène de la maison, la coupe est pleine, elle aussi. Point de vue alimentaire, les idées ne sont pas bêtes. En particulier le menu à 22,90€ tout à volonté avec boissons et dessert. Un peu le principe du buffet où on va piocher jusqu’à plus soif, mais sans le buffet. Voyez? L’intérêt est l’absence de sushis cramés par le froid stocké de l’avant-veille ni de fin de fond de tiroir. On a pioché dans les références listées sur le set en papier: des california, des maki, des sushi, des chirashi, des brochettes et même des nouilles. Une trentaine de référence au total. Mais on évite les fritures: rien n’est maison (“on n’a pas reçu les gyosa poulet”). Le riz, à peu près commun à chaque élément, est du jour (c’est déjà ça) mais hors de contrôle: ne colle pas assez et pas assez vinaigré. Impossible de boulotter un sushi sans qu’il se délite sur l’entre-jambe de mon froc! Zut! J’y étais presque pourtant! Et puis la qualité des produits laisse à désirer, forcément quand on fait promotion par le tarif, ça tire vers le bas! En particulier le thon, flotteux et spongieux, filandreux. On connait ce produit à la texture de serpillière détrempée rencontré souvent ailleurs aussi. Et puis ses sushis, maki, california sont dressés à l’arrache, sans harmonie, ça conviendra aux équipes de copains qui veulent de remplir la marmite sans réfléchir. Les poissons (thon et saumon) du shirashi sont découpés au tractopelle, gros cubes irréguliers. Pas facile de rester zen, mes petits ravioli jolis.

Les notes vont de 4/20 (chirashi) à 14/20 pour la quinzaine de référence goûtées dont je vous épargne les intitulés précis. Pour dessert compris dans le forfait du menu, juste des glaces et encore, il ne reste que fraise et caramel: “on n’a pas reçu les glaces non plus”. Absence de maitrise culinaire de la discipline, professionnalisme hors-sujet, propreté douteuse, cordialité à marée basse de la patronne. Une belle idée qui se fait hara-kiri par manque de rigueur intégral.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 1/5★ 0
Adresse
Lieu-Dit Les Cabanes
83470 POURCIEUX
Tél:
Mobile:06.13.99.82.59
Site : www.lehinata.fr/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
11/20.
Service:
15/20
Qualité/prix:
10/20
Cadre:
12/20
Pain:
Pas de pain
Café:Pas de café
Thé:
Toilettes:
6/20.
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
    Spécialités
    • asiatiques traditionnel hallal à volonté
    Menus
    • Menu à volonté avec boisson et dessert 22,90€
    • Enfant 12,90€
    Fermetures
    • Fermeture se renseigner
    Plus…
    • A emporter et livraison
    • Terrasse
    • Parking
    Sur place et...
    A emporter
    Livraison

    Les plus proches



    Warning: deg2rad() expects parameter 1 to be float, string given in /home/sites/www.le-bouche-a-oreille.com/web/wp-content/themes/Avada-Child-Theme/functions.php on line 309

    LA FOUGASSINE

    LE RENDEZ-VOUS

    CAFÉ DE FANY

    LE MAS DES OLIVIERS

    LE JARDIN D'ÉDOUARD

    LE BOUILLON DES GOURMETS

    LE BISTROT BIANCA

    DÉJEUNEZ SOUS L'ARBRE

    MIDI'S CAFÉ

    L'ENTRACTE

    BISTROT COCOTTE

    - Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 1/5★ 0
    Adresse
    Lieu-Dit Les Cabanes
    83470 POURCIEUX
    Tél:
    Mobile:06.13.99.82.59
    Site : www.lehinata.fr/
    Réseaux Sociaux :
    Accueil:
    11/20.
    Service:
    15/20
    Qualité/prix:
    10/20
    Cadre:
    12/20
    Pain:
    Pas de pain
    Café:Pas de café
    Thé:
    Toilettes:
    6/20.
    Vin:
    Environnement:
    Aux fourneaux
      Spécialités
      • asiatiques traditionnel hallal à volonté
      Menus
      • Menu à volonté avec boisson et dessert 22,90€
      • Enfant 12,90€
      Fermetures
      • Fermeture se renseigner
      Plus…
      • A emporter et livraison
      • Terrasse
      • Parking
      Sur place et...
      A emporter
      Livraison

      Les plus proches



      Warning: deg2rad() expects parameter 1 to be float, string given in /home/sites/www.le-bouche-a-oreille.com/web/wp-content/themes/Avada-Child-Theme/functions.php on line 309

      LA FOUGASSINE

      LE RENDEZ-VOUS

      CAFÉ DE FANY

      LE MAS DES OLIVIERS

      LE JARDIN D'ÉDOUARD

      LE BOUILLON DES GOURMETS

      LE BISTROT BIANCA

      DÉJEUNEZ SOUS L'ARBRE

      MIDI'S CAFÉ

      L'ENTRACTE

      BISTROT COCOTTE

      Le Hinata restaurant à Pourcieux – Nationale 7, elle déroule ici entre Aix et Saint-Maximin. Avec Mauricette, dans ce restaurant prétendu japonais, on est entré sur la pointe des geta en serrant les fesses sous le kimono. Ce type de cuisine généralement urbain n’est pas banal pleine campagne. Derrière le comptoir, seule salue celle qui sera notre serveuse, souriante et avenante brunette. Les autres non, même pas un regard, ils ont l’air très occupé alors que la salle est entièrement vide. Le coucou amical prédispose pourtant le client à la détente et l’ouverture des sens.

      Enfin bon. L’œil aiguisé de Mauricette remarque au pied du comptoir, à côté de cartons vides, un tas de miettes au bout d’un sol non balayé. Ses yeux globuleux par nature se mettent à tourner dans leur orbite comme dans le film l’Exorciste, puis elle se gratte derrière l’oreille avec un grommellement d’ours… avant de filer aux toilettes! Elle en ressort déprimée avec les yeux revolver qui a le regard qui tue. Mauvais signe: c’est foutu. Photo: nous sommes les seuls clients et pourtant, la cuvette est sale, liquide et solide pour l’inventaire précis. La lunette n’est curieusement pas aux dimensions de sa cuvette, par terre y a des bouts de papier restants du karaoké de la semaine passée. Et à côté du lavabo, la poubelle qui mesure un mètre de hauteur est remplie à ras la gueule de papiers ayant essuyé des mains et un tas d’autres trucs si ça se trouve. Autant vous dire que d’un point de vue fantasmes sur l’hygiène de la maison, la coupe est pleine, elle aussi. Point de vue alimentaire, les idées ne sont pas bêtes. En particulier le menu à 22,90€ tout à volonté avec boissons et dessert. Un peu le principe du buffet où on va piocher jusqu’à plus soif, mais sans le buffet. Voyez? L’intérêt est l’absence de sushis cramés par le froid stocké de l’avant-veille ni de fin de fond de tiroir. On a pioché dans les références listées sur le set en papier: des california, des maki, des sushi, des chirashi, des brochettes et même des nouilles. Une trentaine de référence au total. Mais on évite les fritures: rien n’est maison (“on n’a pas reçu les gyosa poulet”). Le riz, à peu près commun à chaque élément, est du jour (c’est déjà ça) mais hors de contrôle: ne colle pas assez et pas assez vinaigré. Impossible de boulotter un sushi sans qu’il se délite sur l’entre-jambe de mon froc! Zut! J’y étais presque pourtant! Et puis la qualité des produits laisse à désirer, forcément quand on fait promotion par le tarif, ça tire vers le bas! En particulier le thon, flotteux et spongieux, filandreux. On connait ce produit à la texture de serpillière détrempée rencontré souvent ailleurs aussi. Et puis ses sushis, maki, california sont dressés à l’arrache, sans harmonie, ça conviendra aux équipes de copains qui veulent de remplir la marmite sans réfléchir. Les poissons (thon et saumon) du shirashi sont découpés au tractopelle, gros cubes irréguliers. Pas facile de rester zen, mes petits ravioli jolis.

      Les notes vont de 4/20 (chirashi) à 14/20 pour la quinzaine de référence goûtées dont je vous épargne les intitulés précis. Pour dessert compris dans le forfait du menu, juste des glaces et encore, il ne reste que fraise et caramel: “on n’a pas reçu les glaces non plus”. Absence de maitrise culinaire de la discipline, professionnalisme hors-sujet, propreté douteuse, cordialité à marée basse de la patronne. Une belle idée qui se fait hara-kiri par manque de rigueur intégral.