Le DS restaurant Bormes-Les-Mimosas – Ouverture en 2019, installé du côté des bateaux dans l’enceinte du port de Bormes. On a beau être en fin de saison, le monsieur seul au service est aimable, accueillant. C’est bien, ça fait du bien. A l’ardoise, rien de tarabiscoté de la recette (tant mieux) mais des produits qui me rendent chagrin comme le filet de St-Pierre et le filet de rouget. Certes à prix doux (14€ et 13€) mais pas la peine faire autant de kilomètres comme ma pomme quand on trouve en bas de chez soi la même chose en congelé. Bref! trois entrées dont la moins chère: tomates mozzarella basilic. Je m’attendais au pire, à une mozza dure comme du carton. Des rondelles d’une tomate pas assez mûre recouvertes d’une curieuse brunoise de mozza fraiche. Le basilic n’est pas “en feuilles” mais en huile de pesto qui pollue l’ensemble. Toutefois mieux que du balsamique défoliant. Ne pas se plaindre puisque je m’attendais au pire! 13/20 pour 8,5€. Et puis mon plat: je m’attendais encore au pire. Magret de canard au miel. Quand on lit le prix, on se frotte les yeux. Soit il s’agit d’un magret de trafiquant qui l’importe de Bulgarie (5€ le kilo), soit le patron ne dit pas tout… Il m’avoue à la commande qu’il s’agit d’un demi-magret. Y avait donc un truc et le taulier l’avait escamoté en ne l’annonçant pas sur l’ardoise. Enfin bon. La demie portion m’arrive en tranchettes régulières, bien travaillée et saisie, rosée à cœur et croustillant du dos. Bravo, même s’il ne s’agit pas de magret de haut de gamme. Sauce maligne miel et chèvre. Le gratin dauphinois demandé avec (il y a d’autres choix) me va bien, juste sel et poivre pour lui donner un peu de relief. 12,5€ et 14,5/20. La carafe d’eau est sale, comme la machine à café derrière le comptoir. Ça sent la fin de saison, d’ailleurs le dab annonce la couleur en salle “on n’a pas tout à la carte car on ferme bientôt”. Il ne rouvrira qu’au printemps arrivé, pas seulement pour les congés d’hiver. 6 mois de fermeture. Ça pourrait l’exonérer de critiquer tous ses fainéants de la société qui ne foutent rien: il en fait un peu partie la moitié de l’année, quand même. J’ai bien ri du ridicule paradoxe.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 2.5/5★ ΨΨ
Adresse
Résidence de l'Esquillette Bt Le Courlis Port de Bormes
83230 BORMES-LES-MIMOSAS
Tél:04.94.30.82.65
Mobile:06.20.12.21.50
Site : restaurant-le-ds.business.site/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20
Service:
14,5/20
Qualité/prix:
13/20
Cadre:
13/20
Pain:
14,5/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
14,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
    Spécialités
    • ardoise mais ya pas tout!
    Menus
    • Plat du jour et suggestion
    • Ardoise
    • Enfant 8,5€
    Fermetures
    • 7j7 en saison
    • Fermé en automne, en hiver et une partie du printemps
    Plus…
    • Terrasse
    Sur place et...
    A emporter
    Livraison
    - Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 2.5/5★ ΨΨ
    Adresse
    Résidence de l'Esquillette Bt Le Courlis Port de Bormes
    83230 BORMES-LES-MIMOSAS
    Tél:04.94.30.82.65
    Mobile:06.20.12.21.50
    Site : restaurant-le-ds.business.site/
    Réseaux Sociaux :
    Accueil:
    15/20
    Service:
    14,5/20
    Qualité/prix:
    13/20
    Cadre:
    13/20
    Pain:
    14,5/20
    Café:pas pris
    Thé:
    Toilettes:
    14,5/20
    Vin:
    Environnement:
    Aux fourneaux
      Spécialités
      • ardoise mais ya pas tout!
      Menus
      • Plat du jour et suggestion
      • Ardoise
      • Enfant 8,5€
      Fermetures
      • 7j7 en saison
      • Fermé en automne, en hiver et une partie du printemps
      Plus…
      • Terrasse
      Sur place et...
      A emporter
      Livraison

      Le DS restaurant Bormes-Les-Mimosas – Ouverture en 2019, installé du côté des bateaux dans l’enceinte du port de Bormes. On a beau être en fin de saison, le monsieur seul au service est aimable, accueillant. C’est bien, ça fait du bien. A l’ardoise, rien de tarabiscoté de la recette (tant mieux) mais des produits qui me rendent chagrin comme le filet de St-Pierre et le filet de rouget. Certes à prix doux (14€ et 13€) mais pas la peine faire autant de kilomètres comme ma pomme quand on trouve en bas de chez soi la même chose en congelé. Bref! trois entrées dont la moins chère: tomates mozzarella basilic. Je m’attendais au pire, à une mozza dure comme du carton. Des rondelles d’une tomate pas assez mûre recouvertes d’une curieuse brunoise de mozza fraiche. Le basilic n’est pas “en feuilles” mais en huile de pesto qui pollue l’ensemble. Toutefois mieux que du balsamique défoliant. Ne pas se plaindre puisque je m’attendais au pire! 13/20 pour 8,5€. Et puis mon plat: je m’attendais encore au pire. Magret de canard au miel. Quand on lit le prix, on se frotte les yeux. Soit il s’agit d’un magret de trafiquant qui l’importe de Bulgarie (5€ le kilo), soit le patron ne dit pas tout… Il m’avoue à la commande qu’il s’agit d’un demi-magret. Y avait donc un truc et le taulier l’avait escamoté en ne l’annonçant pas sur l’ardoise. Enfin bon. La demie portion m’arrive en tranchettes régulières, bien travaillée et saisie, rosée à cœur et croustillant du dos. Bravo, même s’il ne s’agit pas de magret de haut de gamme. Sauce maligne miel et chèvre. Le gratin dauphinois demandé avec (il y a d’autres choix) me va bien, juste sel et poivre pour lui donner un peu de relief. 12,5€ et 14,5/20. La carafe d’eau est sale, comme la machine à café derrière le comptoir. Ça sent la fin de saison, d’ailleurs le dab annonce la couleur en salle “on n’a pas tout à la carte car on ferme bientôt”. Il ne rouvrira qu’au printemps arrivé, pas seulement pour les congés d’hiver. 6 mois de fermeture. Ça pourrait l’exonérer de critiquer tous ses fainéants de la société qui ne foutent rien: il en fait un peu partie la moitié de l’année, quand même. J’ai bien ri du ridicule paradoxe.