Le Cemabru restaurant Port-de-BoucCemabru, c’est le nom de baptême du chalut en bois de son père, à la dame qui cuisine. Migrant pêcheur catalan venu de Port-Vendres avec femme et enfants, chalut qu’il construisit à Martigues fin des années 80. C’est donc naturellement devenu le sobriquet au frontispice de cette nouvelle petite adresse planquée au milieu de tant d’autres sur le port de Port-de-Bouc. Je n’y suis pas tombé par hasard, une restauratrice bienveillante m’avait refilé le joli tuyau. Alors donc mes petits anchois mignons, la patronne-cuisinière s’appelle Cécile Ruiz. Avec sa fille Laurie à l’accueil et en salle, ce duo complice m’a filé le temps d’un repas du midi à la va-vite un bout de bonheur qu’on ne rencontre plus que dans un bon livre, parfois aussi dans un quartet de Schubert voire dans une bouteille de “Figeac 71, mon Saint-Émilion préféré” comme disait Desproges.

Bref! Doigts de pieds en éventail dans mes mocassins à glands des années 80 en terrasse, sous les canisses. A la carte, burgers, pâtes et raviolis, salades. Et aussi, des idées bistrotières simples mais pas simplettes qui nous épargnent du cinéma coutumier des intitulés bavards: andouillette 12,5€; magret de canard 18,5€; côte d’agneau 16,5€, steak de thon 15€, gambas persillées 16,5€. Et n’allez pas croire que les tarifs amicaux sont la conséquence d’une qualité de produit moindre. Notre fille de pêcheur met un point d’honneur à nourrir ses clients comme ses enfants. Ils ont de la chance, ses enfants. Le plat du jour s’appelle cannelloni/salade. Comme on est loin de Proust dans le descriptif, faut prendre pour savoir. Fort bien cuisiné et sobrement présenté, un copieux carré d’aspect gourmand gratiné qui donne envie, sans chercher à plaire à tout prix. La farce est faite ici, un mélange de viandes et d’herbes qui vous refile la banane. C’est bon, enlevé et le mélange de salade verte est chouchouté avec une excellente vinaigrette top secrète! Ne cherchez pas à la connaitre auprès de la coupable Cécile Ruiz, vous n’y arriverez pas. Ne lui cherchez pas la bagarre: fille de pêcheur, catalane et Port-de-Boucaine! Les éléments sont contre vous! Bref! 14,5/20 et 12,50€: douce tarification. La mousse au chocolat fait le taf, un verre posé direct sur la table sans assiette mais le fond de jeu est bien là: mousse faite ici aussi, pas du bidon gélatineux de tout prêt! 14/20. Les gourmands curieux peuvent commander la blanquette catalane de la patronne, une recette pas commune qu’on ne trouve pas sous le pas d’un cheval.

Et voilà! Pas l’ombre d’un élève de Ducasse ni d’un disciple de Robuchon à l’horizon, n’empêche que c’est du tout bon dans le genre familial-traditionnel. Intérieur cosy forcément inspiré de l’air marin façon comptoir de pêcheurs avec cuisine ouverte, ça sent bon tôt le matin. Passez y prendre un café pour vérifier.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 4.5/5★ ΨΨ½
Adresse
2 les Arcades du Port Port Renaissance
13110 PORT-DE-BOUC
Tél:09.81.88.55.74
Site : le-cemabru.business.site/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20
Service:
14,5/20
Qualité/prix:
15,5/20
Cadre:
14/20
Pain:
13/20
Café:Bon Café 1,5€
14,5/20
Thé:
Toilettes:
15/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Cécile Ruiz
Spécialités
  • cuisine traditionnelle maison
Menus
  • Plat du jour
  • Carte
  • Enfant 8,5€
Fermetures
  • Fermé jeudi et le dimanche soir
Plus…
  • Terrasse
Sur place et...
A emporter
Livraison
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2021 4.5/5★ ΨΨ½
Adresse
2 les Arcades du Port Port Renaissance
13110 PORT-DE-BOUC
Tél:09.81.88.55.74
Site : le-cemabru.business.site/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20
Service:
14,5/20
Qualité/prix:
15,5/20
Cadre:
14/20
Pain:
13/20
Café:Bon Café 1,5€
14,5/20
Thé:
Toilettes:
15/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Cécile Ruiz
Spécialités
  • cuisine traditionnelle maison
Menus
  • Plat du jour
  • Carte
  • Enfant 8,5€
Fermetures
  • Fermé jeudi et le dimanche soir
Plus…
  • Terrasse
Sur place et...
A emporter
Livraison

Le Cemabru restaurant Port-de-BoucCemabru, c’est le nom de baptême du chalut en bois de son père, à la dame qui cuisine. Migrant pêcheur catalan venu de Port-Vendres avec femme et enfants, chalut qu’il construisit à Martigues fin des années 80. C’est donc naturellement devenu le sobriquet au frontispice de cette nouvelle petite adresse planquée au milieu de tant d’autres sur le port de Port-de-Bouc. Je n’y suis pas tombé par hasard, une restauratrice bienveillante m’avait refilé le joli tuyau. Alors donc mes petits anchois mignons, la patronne-cuisinière s’appelle Cécile Ruiz. Avec sa fille Laurie à l’accueil et en salle, ce duo complice m’a filé le temps d’un repas du midi à la va-vite un bout de bonheur qu’on ne rencontre plus que dans un bon livre, parfois aussi dans un quartet de Schubert voire dans une bouteille de “Figeac 71, mon Saint-Émilion préféré” comme disait Desproges.

Bref! Doigts de pieds en éventail dans mes mocassins à glands des années 80 en terrasse, sous les canisses. A la carte, burgers, pâtes et raviolis, salades. Et aussi, des idées bistrotières simples mais pas simplettes qui nous épargnent du cinéma coutumier des intitulés bavards: andouillette 12,5€; magret de canard 18,5€; côte d’agneau 16,5€, steak de thon 15€, gambas persillées 16,5€. Et n’allez pas croire que les tarifs amicaux sont la conséquence d’une qualité de produit moindre. Notre fille de pêcheur met un point d’honneur à nourrir ses clients comme ses enfants. Ils ont de la chance, ses enfants. Le plat du jour s’appelle cannelloni/salade. Comme on est loin de Proust dans le descriptif, faut prendre pour savoir. Fort bien cuisiné et sobrement présenté, un copieux carré d’aspect gourmand gratiné qui donne envie, sans chercher à plaire à tout prix. La farce est faite ici, un mélange de viandes et d’herbes qui vous refile la banane. C’est bon, enlevé et le mélange de salade verte est chouchouté avec une excellente vinaigrette top secrète! Ne cherchez pas à la connaitre auprès de la coupable Cécile Ruiz, vous n’y arriverez pas. Ne lui cherchez pas la bagarre: fille de pêcheur, catalane et Port-de-Boucaine! Les éléments sont contre vous! Bref! 14,5/20 et 12,50€: douce tarification. La mousse au chocolat fait le taf, un verre posé direct sur la table sans assiette mais le fond de jeu est bien là: mousse faite ici aussi, pas du bidon gélatineux de tout prêt! 14/20. Les gourmands curieux peuvent commander la blanquette catalane de la patronne, une recette pas commune qu’on ne trouve pas sous le pas d’un cheval.

Et voilà! Pas l’ombre d’un élève de Ducasse ni d’un disciple de Robuchon à l’horizon, n’empêche que c’est du tout bon dans le genre familial-traditionnel. Intérieur cosy forcément inspiré de l’air marin façon comptoir de pêcheurs avec cuisine ouverte, ça sent bon tôt le matin. Passez y prendre un café pour vérifier.